Publié par Laisser un commentaire

Rumeur – Une Toyota hybride made in France !


Rumeur – Une Toyota hybride made in France !

Selon le quotidien japonais Asahi, le constructeur Toyota envisagerait de mettre sur le marché un modèle hybride de petite taille destiné à venir concurrencer la future Honda Jazz hybride.

Reprenant la plateforme de la Yaris, cette petite auto disposerait néanmoins d’un design unique permettant, comme pour la Prius, de la différencier des modèles thermiques classiques.

Et c’est en France qu’elle pourrait être fabriquée puisque la Yaris actuelle est construite en France à Valencienne.

Reste à savoir si cette information sera confirmée par le constructeur dans les semaines à venir.

Publié par Laisser un commentaire

L’ADEME présente une analyse sur le développement des transports électriques en France


L’ADEME présente une analyse sur le développement des transports électriques en France

Dans sa parution périodique « Stratégie & études », l’Agence de l’Environnement et de la Maitrise de l’Energie (ADEME) présente une première analyse sur les conditions optimales de développement des transports électriques en France en liaison avec la production électrique telle qu’elle est envisagée aujourd’hui.

Il ressort de cette analyse les principaux points suivants:

Le développement des transports ferrés électriques est une alternative toujours intéressante aux autres modes de transport pour réduire les émissions de CO2. Ils sont donc à privilégier.

À l’horizon 2020, l’intégration d’un million de véhicules électriques dans le parc ne poserait pas de problèmes majeurs si une gestion intelligente de la charge est assurée et si le niveau de consommation est faible. Ce développement doit se faire dans des conditions permettant des émissions inférieures aux véhicules thermiques à cet horizon.

À un horizon plus lointain, plus de 4 millions de véhicules électriques sont positionnables, sous réserve du respect des engagements du Grenelle, au vu des capacités moyennes non carbonées envisagées pour l’instant à cet horizon (8 GW en puissance instantanée et 60 GWh en énergie quoti dienne), avec cependant la difficulté de gérer certains jours de pointe. Les progrès envisagés sur les véhicules à cet horizon peuvent permettre d’augmenter ce nombre.

• Pour les particuliers, la « charge intelligente» (lente et en période creuse) devra être privilégiée, et la charge rapide exceptionnelle. La tarification de ces deux types de charge devra être fixée en conséquence.

Publié par Laisser un commentaire

Une navette électrique à l’essai à Ax Les Thermes


Une navette électrique à l’essai à Ax Les Thermes

Depuis le 24 juillet et jusqu’au 2 août, EDF met à la disposition de l’agglomération Ax les Thermes & Savignac les Ormeaux une navette électrique qui desservira quotidiennement 8 stations jalonnant un circuit créé spécialement pour l’occasion.

L’objectif de cette expérience est de tester en grandeur nature la faisabilité d’un projet de navette urbaine entièrement propre reliant les différents centres d’activité des Vallées d’Ax: camping, gare SNCF, télé-porté, thermes, tennis, piscine, commerces.

Jean-Louis Berthou, membre de la Direction des Transports et Véhicules Electriques (DTVE) chez EDF, définit la navette comme le véhicule urbain par définition: «il s’agit d‘un minibus urbain d’une capacité de 22 places. Cette navette est entièrement électrique.

C’est une génération où on a une autonomie de 120 km en exploitation urbaine sans recharge intermédiaire […] Dans les avantages, il y a l’aspect environnemental: le «carburant» électrique est quasiment nul en émission de CO2 […]

La seule contrainte, c’est l’autonomie. Mais au fur à mesure que le temps avance, les technologies progressent: on va répondre dans les prochaines années au besoin d’une exploitation journalière»

Cette expérimentation est réalisée en partenariat avec l’Association Nationale des Maires des Stations de Montagne (ANMSM) qui souhaite étudier les modes de transport doux dans les massifs montagneux.

Notons qu’une opération similaire a été organisée à la communauté de communes des 2 Alpes en avril dernier avec l’essai de deux bus électriques de 45 et 22 places.

Publié par Laisser un commentaire

Nissan dévoile la plateforme de sa future voiture électrique


Nissan dévoile la plateforme de sa future voiture électrique

Quelques jours seulement avant de dévoiler le design de sa voiture électrique dont la commercialisation débutera en 2010, le constructeur Nissan a présenté sa plateforme électrique par le biais d’un prototype sur base Tiida.

L’ensemble entièrement électrique Nissan est composé d’une carrosserie très rigide, d’un moteur à hautes performances et d’un bloc de batteries lithium-ion compactes à grande capacité énergétique.

Le moteur électrique, développé en interne, produit 80 kW et 280 Nm pour une réponse immédiate et des accélérations puissantes. L’unité de commande de ce moteur, une exclusivité Nissan, contribue également aux accélérations parfaitement linéaires de ce véhicule.

Le bloc batteries lithium-ion de 24 kWh est placé sous le plancher du véhicule pour un agencement plus efficace qui ne compromet en rien l’espace disponible dans l’habitacle ou dans le coffre. Cet agencement des batteries permet également un passage libre de l’air sous le plancher contribuant à améliorer le coefficient aérodynamique. De plus, le système utilisé pour recharger la batterie durant les phases de décélération et de freinage accroît l’autonomie, la portant à plus de 160 km à pleine charge.

La longévité de l’ensemble est assurée par un châssis spécifique supportant le bloc de batteries et améliorant de manière significative la rigidité de la plateforme. La combinaison entre une plateforme très rigide et une propulsion électrique minimise les vibrations et l’émission de bruits extérieurs.

La marque a également présenté un système sophistiqué d’information embarquée pour véhicule électrique (EV-IT) développé afin d’assister efficacement la conduite électrique.

Affichage des zones accessibles :

– Une simple pression sur un bouton permet d’indiquer au système de navigation le rayon d’action de la voiture en fonction de sa charge résiduelle ;

– Le système peut calculer les points à la portée du véhicule à partir d’une destination préétablie.

Mise à jour des stations de recharge :

– Le système de navigation s’enquiert des informations les plus récentes concernant les stations de recharge disponibles en tenant compte de l’autonomie résiduelle ;

– Des informations détaillées sur chaque station de recharge seront également affichées.

Fonction programmateur :

– La fonction programmateur permet de faire démarrer la climatisation ou la recharge de la batterie à un moment précis. La climatisation peut être enclenchée automatiquement lorsque le véhicule est en charge afin de refroidir l’habitacle avant un trajet, sans imposer d’effort supplémentaire à la batterie. Par ailleurs, la recharge de la batterie peut elle aussi commencer à un moment préétabli, notamment en heures creuses, afin de bénéficier de l’électricité à un tarif plus intéressant.

Commande à distance et fonction de surveillance :

– Le conducteur peut à tout moment contrôler l’état de charge de son véhicule électrique par l’intermédiaire d’un site Internet ou d’un téléphone portable. Lorsque la batterie est entièrement rechargée, par exemple, un message peut être envoyé sur un téléphone mobile. Les autres fonctions disponibles à distance vont de la mise en service ou hors service de la recharge à la programmation de l’air conditionné.

Le design de la voiture électrique de Nissan sera officiellement présenté lors de l’inauguration du siège de Nissan à Yokohama le 2 Aout prochain.

A noter qu’un site dédié à la mobilité électrique, http://www.nissan-zeroemission.com, ouvrira également le jour même.

Publié par Laisser un commentaire

China Automobile France – Bientôt une version électrique de la Kiff !!


China Automobile France – Bientôt une version électrique de la Kiff !!

La société China Automobile France, premier importateur européen à avoir homologué une voiture chinoise en France et en Europe, travaille actuellement au développement d’une version 100% électrique de la Kiff, un véhicule de type tout terrain.

La Kiff électrique sera homologuée dans la catégorie des quadricycles lourds et sera dotée d’un moteur électrique de 5Kw.

Deux systèmes batteries seront proposés :

– Plomb pour une autonomie estimée à 100 km
– Lithium-ion avec pour objectif d’atteindre une autonomie de 200 km.

Élaborée en partenariat avec une société italienne, la Kiff 100% électrique devrait être présente sur nos routes dans le courant de l’année 2010.

Notons également que China Automobile France travaille également au développement de la Chika, une voiture électrique qui fut présentée lors du Mondial de l’automobile de Paris en octobre dernier (voir news précédente). A suivre…

Publié par Laisser un commentaire

Autolib’ – On progresse !


Autolib’ – On progresse !

Après plusieurs semaines d’absence dans les médias, le projet de mise en place de voitures électriques dans la capitale et sa proche banlieue, Autolib’, reprend du poil de la bête.

En effet, la Mairie de Paris vient d’annoncer que le préfet a donné son feu vert pour la création du syndicat mixte «Autolib’». Cette structure s’avère indispensable pour que le projet ne soit pas confiné à Paris intra-muros.

Une première réunion a été fixée à la rentrée afin d¹installer officiellement le bureau, d’élire les vice-présidents et le président et d’établir un calendrier de travail pour les prochains mois.

Selon le maire de Paris, Bertrand Delanoë, le syndicat a déjà enregistré l’adhésion de plusieurs villes telles que Créteil, Alfortville, Limeil-Brévannes, Boulogne-Billancourt, Sèvres, Arcueil, Bagnolet, Le Bourget, Cachan, Charenton, La Garenne-Colombes, Les Lilas, Montrouge, Nanterre, Neuilly-sur-Seine, Pantin, Saint-Mandé, Saint-Maurice, Sceaux et Villeneuve-la-Garenne. La région Ile-de-France devrait elle aussi rejoindre le syndicat.

En tout, ce sont 1.400 stations «Autolib’» qui devraient être construites, dont 700 dans Paris (500 en surface et 200 souterraines). Le lancement est prévu en septembre 2010. Ce calendrier suppose que l’appel d’offres soit publié à l’automne, que les candidats déposent leurs dossiers en février et que la mairie de Paris décide avant l’été 2010 pour un démarrage à la fin de l’année prochaine. Autant dire qu’il y a de grandes chances pour qu’il y ait du retard…

Principes de fonctionnement

Le principe d’Autolib’ est simple et est semblable à celui du Velib’ : le titulaire d’un abonnement prend un véhicule dans une station de son choix et le restitue dans une autre, également de son choix.

Selon les premières estimations de la mairie de Paris, l’abonnement devrait être facturé 15 à 20 euros par mois et l’utilisation 4 à 5 euros par demi-heure. «On étudie également la possibilité de forfaits dégressifs à la journée», explique Annick Lepetit, adjointe au maire de Paris pour les transports.

Les utilisateurs pourraient avoir le choix entre deux véhicules : l’un à deux places pour les sorties et les déplacements professionnels, et l’autre à quatre places avec un coffre.

Les candidats

Autolib’ ne manque pas d’intéresser bon nombre d’entreprises pour sa gestion et pour l’heure trois candidats se distinguent :

– un groupement constitué par la SNCF, la RATP, Vinci Parc et Avis.

– Veolia Environnement, par l’intermédiaire de sa filiale de transport

– Transdev, filiale de transports publics de la Caisse des dépôts

Néanmoins, le récent mariage entre Transdev et Véolia Transport laisse supposer qu’un seul d’entre eux répondra finalement à l’appel d’offre.

Selon le journal Le Figaro, les sociétés Hertz et Daimler pourraient également se présenter.

Les véhicules

Ici aussi, certains constructeurs ne cachent leur intérêt pour le projet :

– Heuliez et sa Friendly. Le constructeur est d’ailleurs en partenariat avec Véolia (voir news précédente),

– Think et son modèle City,

– Daimler et sa Smart électrique,

– Fam Automobile avec son modèle F-City conçu spécialement pour des applications libre-service.

Nuls doutes que beaucoup d’autres constructeurs vont prochainement se positionner sur le projet, encore faut-il qu’ils soient capables de fournir les 3000 à 4000 voitures électriques nécessaires au projet.

Bref, le projet Autolib’ n’est pas mort malgré de longues semaines d’absence et continue d’avancer même si sa mise en place, initialement prévue pour 2009, a tendance à prendre légitimement du retard en vue de la complexité du dossier. Nous ne manquerons pas de vous tenir informés des prochains évènements.

Publié par Laisser un commentaire

Renault Nissan – Des usines de batteries li-ion au Royaume Uni et au Portugal


Renault Nissan – Des usines de batteries li-ion au Royaume Uni et au Portugal

Nissan, dans le cadre de l’alliance Renault-Nissan, a annoncé conjointement avec les gouvernements britannique et portugais leurs projets de construction de deux usines de fabrication de batteries lithium-ion en Europe. L’alliance Renault-Nissan réalise ainsi une avancée majeure dans le déploiement de son programme de mobilité zéro émission en Europe.

Les deux gouvernements ont mis en place les conditions financières nécessaires et toute autre forme de soutien afin que Nissan implante ses sites de fabrication dans leurs pays. Ce faisant, les gouvernements reconnaissent que les sites de fabrication auront un impact positif sur le long terme pour les économies locales et nationales.

Le site anglais sera basé à Sunderland où Nissan possède déjà une usine et constituera le principal site de production de batteries de Nissan en Europe. Le premier ministre britannique, Gordon Brown souligne :  » L’investissement de Nissan dans une nouvelle usine de production de batteries et l’espoir de produire des véhicules électriques à Sunderland est une grande nouvelle pour l’économie locale, qui garantira et créera jusqu’a 350 emplois directs et des centaines supplémentaires liés aux fournisseurs. » M. Brown a indiqué que le gouvernement britannique était en discussion avec Nissan pour soutenir ces investissements avec des prêts et des aides de plus de 200 millions de livres (230 millions d’euros).

Au Portugal, 250 millions d’euros seront investit dans la construction d’une usine et plusieurs sites probables de fabrication de batteries ont été identifiés. Le choix final sera annoncé ultérieurement. En novembre 2008, le Portugal est devenu le premier pays européen à signer un accord final avec l’Alliance visant le déploiement d’un programme de mobilité zéro émission dès 2010. Avec ce programme, l’Alliance commercialisera ses véhicules électriques à partir du printemps 2011. Le gouvernement portugais mettra en place un réseau de 1300 stations de charge dans le pays au cours des deux prochaines années (voir news précédente).

Les capacités annuelles de chacune des usines devraient atteindre 60.000 unités par an. Au-delà, l’alliance Renault-Nissan poursuit ses discussions avec d’autres gouvernements européens afin d’identifierd’autres sites de production en fonction de la demande en batteries.

Renault-Nissan vise le leadership en matière de mobilité zéro-émission. Ils proposeront des véhicules électriques aux Etats-Unis et au Japon en 2010 et commercialiseront ces véhicules à grande échelle à partir de 2012.

Publié par Laisser un commentaire

Présentation du Comarth Cross Rider


Présentation du Comarth Cross Rider

Encore un nouveau venu sur le marché du véhicule électrique en France : le Cross Rider.

Homologué dans la catégorie des quadricycles et homologué route, cet engin est fabriqué nous vient d’Espagne où il est fabriqué depuis plusieurs années par la société Comarth, à l’origine spécialisée dans le développement de véhicules de sport.

Équipé d’un moteur de 4 Kw et limité à 45km/h, le Cross Rider est disponibles en plusieurs versions :

Utilitaire : benne basculante, plateau, pick up… avec une charge utile pouvant aller jusqu’à 420 kg selon les versions,
Transport de personnes : 4 ou 6 places sachant que la version 6 places n’est malheureusement pas homologuée route.

Une version entièrement carrossée, dont 160 exemplaires ont été vendus à Correos (La Poste Espagnole), est également proposée.

Mais le principal atout du Cross Rider réside dans ses applications tout terrain puisque le véhicule est capable de parcourir sans difficultés des chemins accidentés. Des pneumatiques spécifiques pour utilisation sur le sable sont également disponibles.

En terme d’autonomie et de batteries, deux solutions sont proposées :

– Batterie Plomb-ouvert Trojan 48V – 185 Ah pour une autonomie annoncée autour de 60 km,
– Batterie plomb-gel sans entretien de marque Odyssey 48V – 215 Ah pour une autonomie maximale de 100 km

L’ensemble du véhicule est garantie deux ans. Un an pour les batteries.

Côté prix, il faudra compter à partir de 8300 € HT pour acquérir cet engin.

Parmi les premiers acquéreurs du Cross Rider en France : le Parc Aquatique Marineland à Antibes qui a acheté deux exemplaires et la ville de Mougins qui s’est équipée du modèle 4 places pour la mise en place de navettes dans la commune.

Pour le sud-est de la France, c’est la société Go Electrix, basée à Valbonne, qui distribue l’engin et nous les remercions pour cette présentation et l’essai du Cross Rider.

Comarth Cross Rider – Caractéristiques Techniques

Moteur : Électrique 4 kW
Disposition : Transversal arrière
Type : Moteur électrique avec excitation séparée et variateur électronique CURTIS
Puissance (kW CEE): 4 à 2800 t/min
Couple (mNà trs/min): 60 à 0 t/min
Alimentation : Courant continu
Batteries : TROJAN 48V 185 Ah ou ODYSSEY 48V 215 Ah
Chargeur : Alim 220V 16A
Transmission : Pont réducteur et changement de marche électrique
Direction : Crémaillère
Freins : Double circuit indépendant (avant/arrière)
Disques avants Ø172 mm • Tambours arrières Ø180 mm
Freins de stationnement avec commande mécanique sur l’essieu arrière
Suspensions : Triangles superposés avec combinés amortisseurs et ressort
Pneus : INNOVA RACER ATV • Avant : 175/70R10-58N • Arrière : 255/60R10-71N
Vitesse maximum : 45 km/h
Autonomie : Maximum 100 km

Publié par Laisser un commentaire

La loi du Grenelle I adoptée par le Parlement


La loi du Grenelle I adoptée par le Parlement

Deux ans après l’annonce du Grenelle de l’environnement, le projet de loi « Grenelle 1 » a été adopté définitivement jeudi 23 juillet par le Parlement.

Composé de 57 articles, le texte est une loi d’orientation qui regroupe un ensemble d’engagement et d’objectifs généraux à moyen et long terme dans les domaines du bâtiment, de l’énergie, des transports, de la biodiversité ou encore pour la gestion des déchets, la santé et la gouvernance.

Côté transport, l’idée principale est de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 20% d’ici à 2020.

Les différents objectifs dans le domaine du transport :

– ramener les émissions moyennes de dioxyde de carbone de l’ensemble du parc des véhicules particuliers en circulation de 176 grammes de dioxyde de carbone par kilomètre à 120 grammes de dioxyde de carbone par kilomètre en 2020 avec notamment la mise en place d’éco-pastilles. Des objectifs similaires en proportion devront être atteints pour les véhicules utilitaires et les motocycles,

– défendre l’objectif communautaire de 120 grammes de dioxyde de carbone par kilomètre d’ici à 2012 pour les véhicules particuliers neufs,

– étudier la mise en place de la modulation du tarif des péages autoroutiers en fonction de plages horaires, du taux d’occupation des véhicules et de leur niveau d’efficacité énergétique,

– mettre en œuvre un programme de recherche en faveur du développement industriel des véhicules propres et économes. La mise en place du fond démonstrateur de l’ADEME en est d’ores et déjà une application concrète,

– favoriser l’achat groupé de véhicules propres. La définition d’un cahier des charges commun est déjà en cours pour la mise en place de 100000 véhicules électriques d’ici fin 2012 à travers le « plan Bailly »,

– inciter les collectivités territoriales à la mise en place du disque vert en stationnement payant,

– mettre en place un programme national d’incitation à la conduite respectueuse de l’environnement, notamment dans le cadre de la formation des nouveaux conducteurs.

– développer les transports collectifs en site propre afin de les porter en quinze ans de 329 kilomètres à 1800 kilomètres. Le coût de ce programme est estimé par les collectivités concernées à 18 milliards d’euros d’investissements,

– construire 2.000 km de lignes ferroviaires nouvelles à grande vitesse d’ici 2020,

– mettre en place une taxe poids-lourds, ou « éco-redevance » à compter de 2011 sur le réseau national.

A présent, l’Etat va se concentrer sur le projet de loi Grenelle 2 baptisé « projet de loi portant engagement national pour l’environnement » qui vise à permettre la mise en application des objectifs définis par le Grenelle I. A suivre…

Publié par Laisser un commentaire

Matra présente son vélo électrique i-step racer équipé d’une batterie lithium


Matra présente son vélo électrique i-step racer équipé d’une batterie lithium

Matra vient de présenter sa nouvelle gamme 2010 et parmi les nombreuses nouveautés et évolutions de produits on notera l’arrivée du modèle i-step racer, le plus léger de toute la gamme Matra puisqu’il ne pèse que 18 kg sur la balance.

Mais la grande nouveauté, c’est l’intégration d’une batterie lithium que beaucoup, particuliers et distributeurs, attendaient depuis longtemps sur les VAE Matra. Cette batterie permet au vélo de disposer d’une autonomie pouvant aller jusqu’à 100 km contre 60 pour le pack Ni-Mh classique. On regrettera tout de même que le lithium ne soit pas proposé sur l’ensemble de la gamme tout en comprenant le choix de Matra qui semble vouloir rester prudent vis-à-vis de cette technologie. On peut donc imaginer que si la batterie lithium du Racer donne satisfaction, elle pourrait être prochainement proposée à tous les modèles. Wait and see…

Côté motorisation et fonctionnement, le Racer conserve les modes d’assistance habituels de la gamme i-step, à savoir 4 niveaux de régénération et 4 niveaux d’assistance que l’utilisateur peut sélectionner manuellement grâce à une commande au guidon.

Le vélo a d’ailleurs été testé par l’association indépendante Extra-Energy qui teste depuis 1992 une bonne part des VAE du marché européen. L’i-step Racer a ainsi été classé premier par l’association sur 7 principaux critères d’évaluation : autonomie réalisée jusqu’à 154 km, qualité de l’assistance, poids et portage (escalier), maniabilité, plaisir de conduite et faible niveau sonore.

Évidemment, le haut niveau d’équipement et la technologie du i-step Racer ont un coût puisqu’il faudra compter 2890 € TTC pour acquérir le vélo dans sa version lithium (2590 pour la version Ni-Mh).