Publié par Laisser un commentaire

La Renault Zoé désormais rechargeable sur prise domestique avec le Flexi Charger


La Renault Zoé désormais rechargeable sur prise domestique avec le Flexi Charger

Renault étend les possibilités de recharge de la Zoé et vient d’annoncer l’arrivée du Flexi Charger, son fameux câble de charge occasionnel en « mode 2 » qui permettra de recharger sa citadine électrique sur n’importe quelle prise domestique.

Disponible à compter du 4 mars, le Flexi Charger sera livré de série sur toutes les nouvelles Zoé et sera accompagné d’une prise Green’Up Access. Alternative à la wallbox jusqu’ici délivrée par le constructeur, la prise Green’Up Access autorise une charge à 14 ampère pour une recharge complète en 10 heures.

Pour les possesseurs actuels de Renault Zoé, le Flexi Charger sera également disponible pour 590 € TTC.

Nouvelle wallbox 7 kw

Au-delà du lancement de son câble occasionnel, Renault annonce également le lancement d’une nouvelle wallbox Wallbox 7 KW. D’une capacité de 32 ampères, celle-ci permettra aux clients les plus pressés d’effectuer une recharge complète de leur Zoé en 4 heures environ.

Grâce à l’extension des possibilités de charge offertes avec la Zoé, le client peut choisir parmi l’une des quatre configurations suivantes :

prise Green’Up Access inclue dans le prix de Renault ZOE, hors pose
Wallbox intérieure 3 KW à 490 € TTC, de marque Schneider Electric, hors pose
Wallbox intérieure 7 KW à 690 € TTC, de marque Schneider Electric, hors pose
Wallbox extérieure 3 KW ou 7 KW à 690 € TTC, de marque Hager, hors pose.

Concernant l’installation, Renault a conclu un accord avec la société Proxiserve et annonce un tarif débutant à partir de 300 € selon la configuration du domicile et l’installation électrique du client.

Publié par Laisser un commentaire

Courb C-Zen – La voiture électrique lyonnaise sera lancée en avril 2014


Courb C-Zen – La voiture électrique lyonnaise sera lancée en avril 2014

Près de Lyon, l’AVEM s’est rendue dans les locaux de Courb pour découvrir l’unité de production de voitures électriques du constructeur avec Stéphane Dugas, Directeur Commercial de Courb.
Une visite qui a également été l’occasion de faire un point sur le lancement imminent de la C-Zen dont les premières livraisons sont attendues pour début avril.

Un site de production de 7.000 m²

Installé à Saint-Priest, à une poignée de kilomètres de Lyon, Courb dispose d’un site de 7.000 m² dédié à la production de ses voitures électriques. Un site d’assemblage lyonnais qui, associé à l’utilisation de composants majoritairement français, permet au constructeur de bénéficier du label « Origine France Garantie ».

Si la production ne débutera que dans la deuxième quinzaine de mars, l’assemblage de certains sous-ensembles du véhicule a d’ores et déjà commencé avec pour objectif de pouvoir calibrer les différentes machines et gagner un temps précieux avant l’entrée officielle en production. Parmi les machines utilisées, un poste de soudure développé en partenariat avec le CEA permettant de réaliser de façon autonome les quelques 676 points de soudure nécessaires à la conception du châssis en aluminium, châssis sur lequel Courb est propriétaire de 3 brevets.

Fournies par la société américaine Valence Technology, les batteries sont intégrées sous le plancher

De la pose du plancher au carrossage en passant par la pose du pack batteries et autres organes électriques, les différents postes de production semblent désormais opérationnels et les premières préséries sont d’ores et déjà sorties.

Lors de notre passage à Saint-Priest, nous avons pu monter dans l’un de ses véhicules pour un bref tour d’essai. Si la C-Zen est aujourd’hui finalisée à 95 %, quelques finitions restent encore à réaliser au niveau de l’intérieur et des portes.

Jusqu’à 100 véhicules par mois

« Lorsque la production aura débuté, nous serons capables de produire 2 véhicules par jour soit 50 par mois » nous précise Stéphane Dugas. D’ici fin 2014, ce sont près de 100 véhicules qui seront fabriqués chaque mois.

Lancement en avril 2014

Si la sortie du véhicule était initialement prévue fin 2013, Courb a été contraint, notamment en raison de procédure de certification ISO 9001, de repousser les livraisons de quatre mois. Un délai qui a permis au constructeur d’affiner son réseau de distribution et de mettre en place un panel de services autour de sa voiture électrique.

25 distributeurs en France

« Aujourd’hui, notre réseau de distribution est constitué et nous compterons 25 distributeurs disposant de 50 points de ventes lors du lancement fin mars » nous explique Stephane Dugas, Directeur Commercial de Courb.

Le constructeur a également travaillé dans l’accompagnement de son réseau avec la mise en place d’une interface dédiée sur son site qui permet à ses revendeurs de pouvoir commander leurs pièces, de télécharger la documentation promotionnelle et technique et même d’établir des devis instantanément.

Au-delà de la constitution de son réseau en France, Courb a également référencé un distributeur pour le Benelux et s’apprête à le faire avec l’Espagne.

Une offre de services à 360°

Au-delà de l’achat du véhicule, Courb s’est attelé à constituer un véritable panel de services complémentaires. De l’assurance à la maintenance en passant l’assistance et le financement, le constructeur s’est associé avec des partenaires spécialisés et à forte notoriété pour offrir à ses clients une solution « clé en main ».

Filiale du groupe BMW, Alphera est ainsi chargée des offres de financement en LOA tandis que Groupama, qui est également entré au capital du constructeur, propose un forfait d’assurance tout risque à 1€/jour la première année.

La C-Zen est également proposée avec une assistance 24 mois incluant le dépannage et une prise en charge en cas de panne bord de route (y compris la panne électrique) avec Mutuaide Assistance, une filiale de Groupama. Enfin, Courb a conclu un partenariat national avec Feu Vert pour l’entretien de ses voitures électriques en sus du réseau de distribution classique (voir notre article précédent).

Deux versions disponibles : quadricycle et utilitaire

En version utilitaire, la C-Zen offre une capacité de chargement de 540 litres et 250kg.

Animée par un moteur électrique asynchrone de 15 kW et alimenté par une batterie lithium-ion de 12,4 kWh, fournie par le constructeur Américain Valence Technology, la C-Zen est proposée avec deux niveaux d’homologation. Le premier, en quadricycle lourd (L7e), lui permet d’être accessible dès 16 ans avec un permis B1, tandis que le second, homologué en N1 (utilitaire léger), lui permet de bénéficier du bonus écologique de 6300 €.

Du côté des performances, la C-Zen revendique une vitesse de pointe de 110 km/h et une autonomie de l’ordre de 120 km. Principalement destinée aux professionnels, la version N1 dispose d’un coffre de 540 l avec une charge utile de 250 kg. « C’est la voiture la plus légère du marché avec un poids de 700 kg batteries comprises » souligne Stephane Dugas.

A partir de 18.780 € bonus déduit

Une fois le bonus écologique déduit, la C-Zen est proposée à partir de 18.780 € TTC (14.600 € HT) avec des offres de financement en LOA débutant à partir de 216 € HT/mois. Non assujettie au bonus écologique, la déclinaison quadricycle se retrouve pénalisée avec un prix de vente à partir de 25.000 € TTC.

« Compte tenu du bonus écologique et de la TVA récupérable, le modèle N1 sera sans doute le plus populaire en France » estime Stéphane Dugas qui mise essentiellement sur la clientèle professionnelle pour dynamiser les ventes.

Objectif : 750 voitures électriques en 2014

Pour son année de lancement, Courb prévoit de commercialiser 750 exemplaires de la C-Zen.
« Nous sommes assez confiants sur cet objectif » nous confie Stéphane Dugas qui aurait déjà reçu environ 150 commandes, majoritairement en provenance de professionnels et de grands comptes partenaires du projet.

La première voiture électrique C-Zen sera livrée début avril à la préfecture du Rhône. Nous ne manquerons de vous tenir informés de l’actualité du constructeur…

Publié par Laisser un commentaire

Commission Européenne – « Il faut avoir une vision ambitieuse pour le futur », entretien avec Laure Chapuis


Commission Européenne – « Il faut avoir une vision ambitieuse pour le futur », entretien avec Laure Chapuis

La Commission Européenne, partenaire officiel des Assises IRVE (Infrastructures de Recharge pour Véhicule Electrique) qui ont eu lieu à Nice, les 5&6 février derniers pour la 3ème année consécutive nous a fait l’honneur d’un partenariat actif !

Laure Chapuis, représentait le Commissaire Siim Kallas en charge des Transports (DG Move) et a prononcé un des discours d’ouverture de ces rencontres professionnelles européennes dédiées à l’écosystème du déploiement de bornes de recharge.

Entretien avec Laure Chapuis qui revient sur l’engagement de la Commission Européenne en faveur de la mobilité électrique et du déploiement des infrastructures de recharge.

Laure Chapuis, Membre du Cabinet du Commissaire Européen en Charge des Transports Siim Kallas (DG Move)

Tout d’abord, quelles sont raisons qui ont poussé la Communauté Européenne à encourager le véhicule électrique ?

On voit que les initiatives nationales et locales sont extrêmement importantes. Le but de notre action au niveau de l’Union Européenne, c’est d’avoir des règles qui s’appliquent et des infrastructures qui sont mises en place de manière harmonisée dans le cadre européen global et pas seulement au niveau local.

Le fait d’éviter cette fragmentation est extrêmement important pour la Commission Européenne et on essaie d’avoir ces discussions à l’échelle européenne.

Il est aujourd’hui nécessaire de rendre le système de transport plus propre ?

C’est certain. On voit des émissions qui augmentent dans tous les domaines, que ce soit en matière de qualité de l’air ou de carbone. Le transport a une part de plus en plus importante dans ces aspects-là.

Il est très important d’agir et de changer maintenant, on en a les moyens, et d’avoir une meilleure efficacité des véhicules utilisant du pétrole mais aussi d’aller vers ces modes de transport alternatifs.

Les véhicules électriques sont un bon moyen de limiter les émissions de carbone ?

Tout à fait, nous allons également vers les énergies renouvelables et d’autres types d’alternatives mais les véhicules électriques sont un des moyens, notamment dans les zones urbaines ou les moyennes distances, qui pourraient changer cette influence négative du transport.

L’an dernier, la Commission Européenne a publié une Directive dans le domaine du véhicule électrique. Aujourd’hui, quels en sont les effets ?

La Directive a été adoptée par la Commission Européenne mais elle n’est pas encore entrée en vigueur. Elle est encore en cours de discussion entre le Conseil et le Parlement européen et les Etats Membres.

On attend cette adoption rapide par les institutions européennes et une mise en place, on espère en 2020, des points de chargement et des obligations de cette Directive.

Il est nécessaire d’encourager le développement des infrastructures de charge ?

Oui car nous sommes un peu dans une situation de la « poule et de l’œuf » où on tourne un peu en rond. Le citoyen ne veut pas acheter, les industriels ne veulent pas forcément agir non plus. On tourne un peu en rond… On a des véhicules, des citoyens prêts à aller vers l’avant mais il y a encore un besoin de bornes et de chargement.

La Commission souhaite donner des indications chiffrées pour chaque pays. La France est-elle une bonne élève dans le domaine des infrastructures de charge ?

Oui, c’est l’un des Etats Membres qui est le plus innovant dans ces domaines là et qui a, au niveau local et national, pris les choses en main. Il est important que ces initiatives soient répliquées dans d’autres Etats européens qui sont un peu en retard.

Est-ce qu’aujourd’hui le développement du VE est assez rapide. L’objectif à atteindre pour 2020, 5 millions de véhicules électriques, est difficile. Il faut vraiment accélérer ?

Oui, il faut accélérer. Nous sommes bien sûr dans des perspectives très ambitieuses mais il faut avoir une vision ambitieuse pour le futur. 5 millions de véhicules électriques en 2020 à l’échelle européenne, c’est encore faisable mais il va falloir encourager par toutes sortes d’initiatives.

Quels sont les points principaux sur lesquels il faut appuyer pour supprimer ces freins ?

Nous avons choisi l’infrastructure au niveau communautaire. Il y en a d’autres comme les normes de chargement. Les questions d’interopérabilité et de paiement sont également importantes. Peut-on recharger son véhicule en utilisant la même carte de toutes les manières ? Ce sont des choses sur lesquelles nous travaillons au niveau de la Commission Européenne.

La question des normes des prises est aujourd’hui pratiquement dépassée ?

Oui, elle est effectivement pratiquement dépassée. Nous avons une certaine flexibilité et il est important qu’au niveau européen, nous ayons la possibilité de recharger de la même manière partout…

Publié par Laisser un commentaire

Le Parlement européen valide la réduction des émissions de CO2 à 95g/km en 2020


Le Parlement européen valide la réduction des émissions de CO2 à 95g/km en 2020

Le Parlement européen vient de valider les nouvelles dispositions visant à atteindre une réduction des émissions de CO2 des voitures particulières à une moyenne de 95 g/km en 2020.

« Grâce à ce vote, l’Europe continuera d’être à la pointe du progrès en ce qui concerne la réduction des émissions de CO2 des voitures. L’objectif de 95g représente une économie de 15 millions de tonnes d’émissions de CO2 par an. Cependant, le coût de l’innovation doit être socialement acceptable et économiquement réalisable, tant pour les consommateurs que pour les fabricants », a déclaré le rapporteur Thomas Ulmer (PPE, DE).

Le texte a été adopté par 499 voix pour, 107 voix contre et 9 abstentions. Il doit être à présent approuvé par le Conseil des ministres pour entrer en vigueur.

Vers des méthodes d’essai plus justes

Au-delà de la réduction des émissions de CO2, la Commission souhaite également mettre en œuvre de nouveaux cycles de tests qui permettront de mieux refléter les conditions réelles de conduite.

« Les fabricants ont exploité les faiblesses de la procédure actuelle, de sorte que les chiffres officiels de consommation et des émissions sont loin de ceux obtenus dans les conditions de conduite quotidiennes » dénonce le Parlement dans son communiqué.

Définie par les Nations Unies, la nouvelle procédure mondiale d’essai pour les voitures particulières et les utilitaires légers devrait mieux refléter les conditions réelles de conduite. La Commission européenne a indiqué soutenir un délai pour 2017.

Publié par Laisser un commentaire

Pyrénées-Atlantiques – Le SDEPA prévoit 115 bornes de recharge à l’horizon 2016


Pyrénées-Atlantiques – Le SDEPA prévoit 115 bornes de recharge à l’horizon 2016

Le 22 février, le Syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques (SDEPA) a présenté une première étude de déploiement de bornes de recharge sur son territoire avec un objectif annoncé de 115 bornes et 230 points de charge à l’horizon 2016.

« En 2025, 5 % du parc automobile sera électrique. Et, il devrait y avoir 760 bornes pour le seul département des Pyrénées-Atlantiques » a indiqué Irina Khodossova, représentante du groupement Solstyce-Sareco-Ravetto Associés qui a été retenu par le SDEPA pour la réalisation de cette étude.

« L’objectif est d’impulser le déploiement, d’assurer la couverture de l’ensemble du territoire tout en préservant le réseau électrique » indique le SDEPA dans sa lettre d’information, précisant vouloir également développer l’usage du véhicule électrique au sein des flottes des collectivités.

Premiers déploiements en 2015

Si les objectifs de déploiement viennent d’être annoncés, il faudra attendre 2015 pour voir les premières installations concrètes.

« 2014 sera consacré à la modification de nos statuts, à la consultation des communes, à l’élaboration du dossier ADEME pour le financement et au montage juridique du projet » a indiqué à l’AVEM une représentante du SDEPA.

Source : SDEPA, La République des Pyrénées

Publié par Laisser un commentaire

Citelum – « Notre souhait est de devenir un acteur majeur de la gestion de l’infrastructure de charge », entretien avec Jean-Daniel Le Gall


Citelum – « Notre souhait est de devenir un acteur majeur de la gestion de l’infrastructure de charge », entretien avec Jean-Daniel Le Gall

Partenaire GOLD des 3èmes Assises des Infrastructures de Charge, Citelum mise sur l’innovation pour devenir un acteur incontournable des infrastructures de recharge en France.

Charge rapide & stockage d’énergie, photovoltaïque ou système de charge associé à l’éclairage public… Retour sur les principaux projets innovants portés par Citelum avec Jean-Daniel Le Gall, Directeur de la Stratégie et du Marketing du groupe Citelum.

Consulter l’interview sur le site des Assises

Publié par Laisser un commentaire

Charge rapide – ABB partenaire de BYD et Daimler en Chine


Charge rapide – ABB partenaire de BYD et Daimler en Chine

Le Groupe ABB vient d’être sélectionné par la co-entreprise chinoise BYD Daimler New Technology pour la fourniture de chargeurs rapides DC destiné aux futures voitures électriques de Denza, marque fondée par BYD et Daimler.

Ces chargeurs rapides seront directement proposés par les concessionnaires Denza lors de l’achat du véhicule et constitueront une alternative à la recharge classique sur prise domestique. Les premières livraisons sont attendues pour la mi-2014 et le système proposera également, en option, une interface communicante permettant de programmer la charge à distance.

La première voiture électrique de Denza sera révélée au mois d’avril lors du salon de l’automobile de Pékin et sa commercialisation interviendra en milieu d’année. Selon le constructeur, son autonomie serait de 200 km.

« Nous sommes honorés d’être associé à cette co-entreprise pour faire avancer le transport urbain d’une manière plus durable. En combinant les ventes de voitures avec des chargeurs rapides, DENZA prend une mesure audacieuse pour répondre à un obstacle majeur pour les acheteurs potentiels de véhicules électriques » explique Ulrich Spiesshofer, CEO du groupe ABB.

Un standard chinois pour la charge rapide DC

Similaire aux systèmes japonais CHAdeMO et européen Combo, le gouvernement chinois a également développé son propre standard pour la recharge rapide.
Baptisé GBT, il fonctionne en courant continu (DC).

Publié par Laisser un commentaire

Mitsubishi – « Notre stratégie est de rester dans le monde du SUV avec des véhicules propres »


Mitsubishi – « Notre stratégie est de rester dans le monde du SUV avec des véhicules propres »

Tandis que la version hybride rechargeable du SUV Outlander arrivera en mars dans les concessions françaises, Mitsubishi revient avec l’AVEM sur sa stratégie en matière de véhicules propres et son objectif de 20 % de voitures rechargeables dans sa gamme à l’horizon 2020.

Entretien avec Jean-Pierre Vaillant, Président de Mitsubishi Motors France.

L’arrivée de l’Outlander Electric + marque un tournant de la stratégie Mitsubishi puisqu’il s’agit du premier modèle hybride rechargeable de Mitsubishi. Une stratégie résolument axée vers les véhicules propres avec un objectif de 20 % de véhicules rechargeable à l’horizon 2020 ?

Effectivement, la stratégie de Mitsubishi Motors, précisée par le Président de Mitsubishi Corporation au salon de Tokyo fin 2013, est de rester dans le monde du SUV avec des véhicules propres. A cette occasion ont été présentés trois concept-cars au public que nous aurons l’occasion de revoir au salon de Genève en mars.

Le premier, le successeur de l’ASX, sera commercialisé en France en 2016 et il s’agira d’un modèle PHEV. L’année suivante, en 2017, arrivera le successeur du mythique Pajero avec une technologie qui n’est pas précisée aujourd’hui mais qui sera une technologie « propre ».

A l’échelle européenne, Mitsubishi a déjà lancé l’Outlander Electric + sur certains marchés, notamment aux Pays-Bas où il a connu un grand succès ?

Effectivement, le véhicule a été commercialisé en Europe au début du dernier trimestre de l’année 2013 avec un immense succès aux Pays-Bas puisqu’il a été vendu environ 10.000 véhicules sur 4 mois.

C’est un record puisqu’aux Pays-Bas, comme en France, le niveau moyen de l’ensemble de la gamme Mitsubishi se situe plutôt aux alentours de 5.000 exemplaires par an.

En France, les objectifs seront plus modestes ?

Oui car le marché 2013 du PHEV en France a été de 850 véhicules. Nous avons l’ambition de faire 850 véhicules en 2014 ce qui signifie qu’on table tout de même sur un accroissement de ce marché.

Entre 2012 et 2013, le marché des hybrides est passé de 26.000 à 48.000 exemplaires en France. Il y a donc une tendance lourde à l’acceptation de produits propres et on peut s’imaginer que la même chose va se produire avec les PHEV…

L’Outlander Electric + sera disponible dans l’ensemble des concessions françaises. Mitsubishi prévoit également la mise en place d’espaces d’accueil spécifiques pour les véhicules électriques et hybrides rechargeables de la marque ?

Oui, nous avons un réseau de 120 concessionnaires parfaitement répartis sur l’ensemble du territoire. Les 250 personnes travaillant dans les ateliers et les 130 vendeurs ont déjà été en formation technique pour les uns et commerciale pour les autres pour parfaitement comprendre cette technologie qui est un peu complexe.

Ceci étant, les techniciens avaient déjà été agrées spécialistes électrique lors de la commercialisation de l’i-MiEV. Il nous fallait simplement ajouter un module « hybride ».

Nous aurons ainsi des espaces dédiés avec des bornes de recharge en concessions, ouvertes à tous, pour accueillir les clients de manière particulière car les clients qui vont acheter ces voitures ayant des souhaits particuliers doivent être également traités de façon particulière.

Avec l’Outlander Electric +, vous ciblez une nouvelle clientèle ?

On cible d’abord une clientèle professionnelle ce qui est nouveau pour Mitsubishi car ce véhicule, en plus de ces avantages technologiques, est doté d’avantages fiscaux non négligeables. A moins de 50 g de CO2/km, il est totalement exonéré de la Taxe sur les Véhicules de Société (TVS). Dans la plupart des régions, il est également exonéré de la carte grise.

Nous visons incontestablement la clientèle professionnelle à travers un nouveau service que nous avons mis en place sur le marché en début d’année : la location longue durée de sorte à proposer une solution qui corresponde aux besoins des sociétés.

Les particuliers sont également ciblés avec un taux de conquête que nous imaginons assez important à l’image de ce qui s’est passé en Hollande où des clients de tout horizon sont venus avec des véhicules de toutes les marques et de toutes les catégories, de la petite voiture jusqu’au gros SUV.

On touche donc une clientèle large qui sort de la segmentation traditionnelle que nous connaissons.

La voiture électrique de Mitsubishi, l’i-Miev, a été lancée en 2009. Il y a-t-il un projet de renouvellement ?

Je ne connais pas tous les projets de MMC mais je pense vraiment que nous sommes en train de concentrer tous nos moyens économiques de R&D dans l’hybride rechargeable pour le moment.

Je pense que c’est vraiment sur cet axe que nous sommes engagés et je pense que l’expérience acquise dans l’électrique nous resservira dans le futur. Elle nous sert déjà dans l’hybride rechargeable et nous servira certainement ultérieurement…

Publié par Laisser un commentaire

Voiture électrique – Le Bhoutan roule avec Nissan


Voiture électrique – Le Bhoutan roule avec Nissan

Connu à l’étranger pour son indice du « bonheur national brut », le Bhoutan s’est rapproché de Nissan pour développer l’usage de la voiture électrique, comptant tirer profit de son abondante capacité hydro-électrique.

« Le royaume du Bhoutan est heureux de lancer ce partenariat avec Nissan, afin de devenir une nation pionnière des véhicules électriques », a annoncé vendredi le Premier ministre bhoutanais, Tshering Tobgay.

Deux exemplaires de la Nissan Leaf ont ainsi été offerts au gouvernement du Bhoutan à l’occasion de l’anniversaire du roi.

Pour Carlos Ghosn, PDG de Nissan, il s’agit de pouvoir faire de l’expérience bhoutanaise « une vitrine, qui montrerait comment un pays avec une vision claire et une volonté forte va bâtir un réseau de transport complètement propre » avec la possibilité de vendre dans ce petit pays himalayen, situé entre l’Inde et la Chine, « des centaines voire des milliers de Leaf » dans les années à venir.

Et pour recharger ses voitures électriques, les autorités bhoutanaises pourront compter sur la forte capacité hydro-électrique du pays avec au total 4 usines capable de produire 1.400 mégawatts – l’équivalent d’un puissant réacteur nucléaire.

« Nous ne voulons pas dépendre ni acheter d’énergie fossile », a défendu M. Tobgay, arrivé au pouvoir l’été dernier et qui veut faire de l’usage des voitures électriques un vecteur de développement et d’indépendance financière pour son pays.

Reste à savoir si la mobilité électrique parviendra à émerger dans ce petit pays où le prix risque de constituer un frein pour la majeure partie de la population dont le PIB moyen n’excède pas 2400 dollars…

Avec AFP

Publié par Laisser un commentaire

Jimmy Govecs – Une campagne décalée pour promouvoir le scooter électrique


Jimmy Govecs – Une campagne décalée pour promouvoir le scooter électrique

Pour promouvoir sa gamme de scooters électriques, la marque Govecs a lancé depuis quelques semaines une campagne de communication à la fois originale et décalée.

Diffusée principalement via les réseaux sociaux, cette campagne met en scène Jimmy GOVECS et son scooter électrique dans des situations loufoques et décalées qui ne manquent pas de souligner les avantages de l’électrique au quotidien.

Au total, une vingtaine de vidéos ont déjà été diffusées et peuvent être consultées sur la chaîne Youtube du constructeur.

Quelques séquences à découvrir ci-dessous…

Jimmy GOVECS – La conduite auditive

Jimmy GOVECS – Le scooter branché

Jimmy GOVECS – Essence VS électrique

Jimmy GOVECS – Deux-roues n°5