Publié par Laisser un commentaire

Google Glass – Une application pour charger sa voiture électrique


Google Glass – Une application pour charger sa voiture électrique

Aux Etats-Unis, la société SemaConnect s’apprête à lancer une application Google Glass destinée à faciliter l’accès aux bornes pour les utilisateurs de voitures électriques.

Les Google Glass, ce sont les lunettes à réalité augmentée du géant américain Google qui permettent de rester continuellement connecté grâce à une connexion wifi, un mini écran permettant de partager les informations avec l’utilisateur. Comme pour un Smartphone, le logiciel est ouvert aux applications extérieures qui peuvent être téléchargées via la plateforme MyGass App.

Spécialiste des infrastructures de recharge opérant plus de 300 points de charge en Amérique du Nord, SemaConnect souhaite ainsi proposer une application destinée à localiser les bornes de recharge disponibles dans un rayon de 30 kilomètres. L’application sera également capable de guider l’utilisateur jusqu’à la borne choisie.

En cours de validation, cette application inédite devrait être disponible dans le courant de l’été.

Publié par Laisser un commentaire

Voiture électrique – Courb livre les premiers exemplaires de la C-Zen


Voiture électrique – Courb livre les premiers exemplaires de la C-Zen

Le constructeur lyonnais Courb vient de livrer les premiers exemplaires de sa voiture électrique C-Zen à la préfecture du Rhône et à Groupama. Pour Courb, qui avait présenté son premier concept lors du Mondial de Paris 2008, il s’agit de l’aboutissement de six années de travail…

Fabriquée à Saint-Priest, en périphérie de Lyon, la C-Zen est animée par un moteur électrique 15 kW et alimentée par une batterie lithium-ion de 12,4 kWh. Rechargeable sur une simple prise secteur, elle annonce 115 km/h de vitesse maximale et une autonomie d’environ 120 kilomètres.

Homologuée en catégorie N1, elle cible essentiellement les professionnels avec un prix de vente débutant à partir de 14 600 € HT une fois le bonus écologique déduit. Au total, 25 millions d’euros auront été nécessaires pour réaliser le projet.

Objectif – 500 véhicules en 2014

Pour cette année de lancement, Courb prévoit de produire 500 exemplaires de la C-Zen. Le constructeur commencera à livrer ses cinquante distributeurs français à partir du début du mois de juin et devrait réaliser de nouvelles livraisons en juillet auprès de ses partenaires Icade et Feu Vert.

« Notre vocation c’est de passer majoritairement par un réseau indirect. Ce sont soit des vendeurs multi-marques, soit des spécialistes du véhicule électrique, mais aucunement des concessionnaires » a précisé Stéphane Dugas, Directeur Marketing et Commercial de Courb dans un article publié par La Tribune.

De l’autopartage en partenariat avec Proxiway

Au-delà des partenariats déjà établis avec Alphera pour le financement, Groupama pour l’assurance tous risques, la CNR pour la fourniture d’électricité renouvelable ou Feu Vert pour l’entretien, Courb a complété son offre de services en s’associant avec Proxiway pour les solutions d’autopartage.

Filiale du Groupe Transdev, Proxiway opère différents services à travers la France comme YeloMobile à La Rochelle, Auto Bleue à Nice ou Sun’Moov à Lyon.

L’objectif du partenariat serait donc de pouvoir proposer la C-Zen en libre-service sur des petites applications…

Publié par Laisser un commentaire

La RATP commande 250 bus hybrides à Heuliez Bus


La RATP commande 250 bus hybrides à Heuliez Bus

La RATP vient de passer commande de 250 bus hybrides au constructeur Heuliez Bus, marquant concrètement son ambition de verdir sa flotte et de sortir des bus 100 % diesel.

« Cette commande qui s’étalera sur quatre ans à partir de 2015 représente un montant de 30 à 90 millions d’euros. Nous avons déjà vendu 16 bus articulés hybrides à la RATP, mais ce contrat qui porte sur des bus classiques de 12 mètres, est notre premier référencement important avec la Régie » a indiqué une source de l’entreprise au quotidien Les Echos.

Conformes à la norme Euro 6, ces bus offrent une capacité de 30 à 40 places assises selon les versions et sont équipés d’une batterie lithium-ion de 11 kWh, logée sur le toit, permettant d’alimenter le moteur électrique. Ils seront aussi équipés de la fonction « Arrive and Go » permettant la coupure du moteur thermique avant l’arrêt et un redémarrage en mode électrique.

Selon les informations communiquées sur le site d’Heuliez, le système hybride permettrait de réduire la consommation de carburant et les émissions de CO2 de l’ordre de 30 % et les émissions de NOX de 50%…

Publié par Laisser un commentaire

Bornes électriques et réseau national – La loi adoptée en Commission au Sénat


Bornes électriques et réseau national – La loi adoptée en Commission au Sénat

Après son adoption à l’Assemblée Nationale le 6 mai dernier, la proposition la proposition de loi facilitant le déploiement d’un réseau national de recharge de bornes de recharge poursuit son parcours législatif. Désormais aux mains du Sénat, elle vient d’être adoptée par la commission du développement durable enrichie de plusieurs amendements et aux termes de deux jours d’audition auxquels l’AVEM a participé sous forme de contribution écrite.

« La voiture électrique n’est plus aujourd’hui le véhicule du futur mais celui du présent (…) Le frein le plus sérieux reste l’absence reste l’absence d’un réseau d’infrastructures de charge suffisant et équilibré. Sans elles, le véhicule électrique restera cantonné à un rôle d’appoint » a rappelé Jean-Jacques Filleul, Sénateur d’Indre-et-Loire rapporteur de cette proposition de loi. « L’installation d’un réseau de bornes structuré sur l’ensemble du territoire se traduira par un maillage « intelligent », ne laissant aucune région en marge » a-t-il ajouté.

Des opérateurs intervenants sur deux régions au moins

Les travaux de la Commission ont permis d’enrichir et de préciser la proposition de loi avec l’adoption de neuf nouveaux amendements à l’article 1.

Les Sénateurs ont ainsi précisé la « dimension nationale » d’un projet qui sera constituée dès lors qu’il concerne au moins deux régions et garantit une répartition équilibrée des bornes sur l’ensemble du territoire. « Ces bornes pourront également être implantées sur le domaine public de l’État, comme les autoroutes, qui ont besoin de points de charge rapide » a également ajouté Monsieur Filleul lors des débats.

Comme pour la version adoptée par l’Assemblée Nationale, les projets seront soumis à l’approbation des ministres en charge de l’industrie et de l’écologie et les modalités d’implantation feront l’objet d’une concertation avec les acteurs locaux (collectivités, gestionnaires de réseaux, autorités organisatrices du réseau d’électricité etc…).

Pour les opérateurs, leur rôle est complété par les compétences d’entretien et d’exploitation.

Le périmètre des acteurs publics pouvant participé à la création de ce(s) futur(s) opérateur(s) a également été élargi à l’ensemble des personnes publiques et non seulement à « l’Etat ou un de ses établissements publics ». En d’autres termes, cette évolution permettrait aux collectivités territoriales de prendre part directement à la création des opérateurs…

Exonération de redevance – Une compensation pour les collectivités

Si l’exonération de redevance d’occupation de l’espace public pour les futurs opérateurs reste d’actualité, la Commission a introduit un nouvel alinéa visant à compenser la perte de recettes des collectivités territoriales par l’intermédiaire d’une « majoration de la dotation globale de fonctionnement ».

La perte de recettes liée à cette majoration serait couverte par l’Etat grâce à « a création d’une taxe additionnelle aux droits prévus aux articles 575 et 575 A du code général des impôts », deux articles qui concernent la fiscalité du tabac…

Prochaine étape le 3 juin

La proposition de loi sera débattue en séance publique le 3 juin au Sénat. Évidemment, l’AVEM vous tiendra informé des échanges…

Publié par Laisser un commentaire

Brandt Motors SITL – Deux candidats en lice pour la reprise


Brandt Motors SITL – Deux candidats en lice pour la reprise

Selon une information diffusée par le quotidien Les Echos, un fonds d’investissement d’Abu Dhabi et l’américain Cenntro Motors seraient en lice pour la reprise des activités véhicules électriques de l’industriel industriel Brandt Motors SITL, ex Fagor Brandt.

Le fonds d’investissement d’Abu Dhabi se propose ainsi d’apporter 30 millions d’euros dans le constructeur lyonnais tout en assurant de conserver 218 des 395 salariés de l’entreprise. Il propose également de revitaliser les activités de R&D de la société en y installant un centre sur place et prévoit de relancer la production des véhicules électriques et notamment d’une voiture particulière. Ceux-ci bénéficieraient d’améliorations pour être mieux adaptés aux exigences du marché et disposeraient de nouvelles batteries lithium-ion assemblées sur place.

Le « Business Plan » du groupe prévoit la production de 3000 véhicules électriques à l’horizon 2018 et ciblera dans un premier temps le marché européen avant de s’attaquer au Moyen-Orient et à l’Asie.

« On veut démarrer tout de suite pour être prêts à commercialiser les premiers véhicules en septembre » a expliqué Emmanuel Delepoulle qui accompagne le fonds d’investissement sur ce dossier.

Cenntro Motors veut un véhicule électrique « low-cost »

Seconde candidate à la reprise, l’entreprise américaine Cenntro Motors propose de conserver 250 salariés, dont 116 placés en chômage technique les trois premiers mois. Elément phare de son « Business Plan » : le développement d’un véhicule électrique « low-cost » avec un objectif de production plutôt ambitieux : 1600 unités sur la seule année 2014 !

Le montant de l’investissement consentit par Cenntro Motors n’a néanmoins pas été révélé.

Prochaine étape le 4 juin

Les représentants des salariés devraient rendre un avis le 4 juin, deux jours avant l’audience du tribunal de commerce de Lyon, le 6 juin.

Sources : Les Echos, l’Usine Nouvelle

Publié par Laisser un commentaire

Google Car présente sa première voiture électrique autonome


Google Car présente sa première voiture électrique autonome

Aux Etats-Unis, Google vient de révéler sa première voiture électrique autonome. La société californienne envisage d’en produire une centaine dans les deux prochaines années…

Engagé depuis trois ans dans le développement de véhicules sans chauffeurs, Google expérimentait jusqu’ici des Prius converties et capables de se déplacer seules grâce à un système constitué de caméras et de radars. Avec cette première Google Car électrique, l’entreprise franchit une nouvelle étape avec un véhicule totalement conçu pour un usage autonome.

Jusqu’à 40 km/h

Sans volant, ni pédale, cette micro-citadine électrique peut accueillir deux passagers et sera tout d’abord limitée à une vitesse de 40 km/h. Selon Google, la voiture est capable de détecter des obstacles en mouvement sur une distance de 200 mètres et une amélioration du système logiciel lui permet de mieux interpréter certains éléments spécifiques comme les passages à niveau ou les cyclistes.

En partenariat avec un industriel de Détroit dont le nom n’a pas été révélé, Google compte fabriquer une centaine d’exemplaires de sa voiture électrique dans les deux années à venir. Les premiers modèles seront dotés d’une conduite manuelle avant de passer à la technologie 100 % autonome…

La Google Car électrique en vidéo

Publié par Laisser un commentaire

Volkswagen Passat hybride rechargeable– Premiers détails techniques dévoilés


Volkswagen Passat hybride rechargeable– Premiers détails techniques dévoilés

Volkswagen vient de révéler les premiers détails techniques de la prochaine génération de sa berline Passat qui se verra déclinée dans une version hybride rechargeable inédite.

Reposant sur la plateforme modulaire MQB, la 8ème génération deviendra le troisième modèle hybride rechargeable de Volkswagen après la XL1 et la Golf GTE.

Sur le plan technique, son système sera quasi similaire à celui de la Golf GTE et combinera un moteur essence 1.4 TSI de 115 kW à un moteur électrique de 80 kW. Cumulées, les deux motorisations offrent une puissance de 155 kW avec un couple maximal de 400 Nm. De quoi permettre à cette Passat PHEV de franchir le 0 à 100 km/h en moins de 8 secondes et d’atteindre la vitesse maximale de 210 km/h.

Batterie lithium-ion 9,9kWh

De technologie lithium-ion, la batterie affiche une capacité énergétique de 9,9 kWh ce qui laisse présager une autonomie électrique de l’ordre de 50 kilomètres.

En termes de consommation, les valeurs seront officiellement révélées lors de l’homologation du véhicule mais le constructeur annonce des performances similaires à celles de la Golf GTE, soit 1,5 l/100 km et 35 g CO2/km.

La nouvelle Passat sera officiellement présentée le 3 juillet et sera l’une des stars du stand Volkswagen au salon de l’automobile de Paris, en octobre… Sa commercialisation devrait intervenir en 2015.

Publié par Laisser un commentaire

Volvo va livrer trois bus hybrides rechargeables à Hambourg


Volvo va livrer trois bus hybrides rechargeables à Hambourg

A Hambourg, en Allemagne, Volvo s’apprête à livrer trois exemplaires de son hybride rechargeable. Les bus entreront en fonction d’ici la fin de l’année.

Associant motorisation diesel et électrique, ces bus peuvent parcourir jusqu’à 10 km en mode 100 % électrique. Comme à Göteborg en Suède, où ils ont été expérimentés pendant plusieurs mois, ils seront associés à un système de charge rapide automatique placé à chacun des terminus et délivrant 300 kW de puissance.

Cette infrastructure de charge rapide sera développée par Siemens, partenaire technique du projet. Selon Volvo, le système permettrait de réduire 75 % les émissions de CO2 et la consommation de carburant.

Pour la ville d’Hambourg, l’objectif est ambitieux puisqu’à compter de 2020, tous les nouveaux bus commandés par la ville seront nos polluants. « En concluant ce partenariat, nous allons passer du statut d’observateur à celui de force motrice dans le domaine de la technologie des bus électriques » a précisé Günter Elste, Président d’Hochban, la société qui opérera le service…

Publié par Laisser un commentaire

Volkswagen choisit l’AVEM pour son premier showroom e-mobility à Nice


Volkswagen choisit l’AVEM pour son premier showroom e-mobility à Nice

Le groupe Volkswagen s’associe à l’AVEM pour le lancement son premier showroom e-mobility à Nice. Et pour marquer l’événement, Volkswagen France et sa filiale de Nice Cariviera on souhaité organiser du 2 au 7 juin « Nice Electrifié », une semaine destinée à sensibiliser particuliers, entreprises et administrations à la mobilité de demain.

Installé au cœur de Nice, au 2 rue Cronstadt juste derrière le Negresco, ce showroom de 2.000 m² permettra aux niçois de découvrir les dernières nouveautés technologiques de Volkswagen en matière de véhicules électriques, hybrides ou hybrides rechargeables.

« L’important est de proposer des solutions et des services adaptés aux exigences des utilisateurs urbains » souligne Arnaud Barral, Directeur de Volkswagen France, qui a souhaité équiper les concessions des grandes villes de bornes de recharge rapide.

Trois modèles à l’essai – XL1, e-Up et e-Golf

Durant cette semaine électrique, le showroom niçois proposera plusieurs modèles à l’essai. La citadine électrique e-Up, lancée fin 2013, fera bien évidemment partie des modèles disponibles ainsi que la future e-Golf et la XL1 venues tout droit d’Allemagne pour célébrer l’inauguration du showroom.

Ces essais sont gratuits mais l’inscription est obligatoire via ce formulaire

Publié par Laisser un commentaire

Interopérabilité – Entretien avec Bruno Lebrun, Président de GIREVE SAS


Interopérabilité – Entretien avec Bruno Lebrun, Président de GIREVE SAS

Officiellement créée en juillet 2013, GIREVE vise à faciliter l’accès à la mobilité électrique en proposant une plateforme de services destinée à répondre aux besoins des opérateurs de charge et de mobilité.

Du référencement des points de charge en temps réel, à l’interopérabilité de la recharge en passant par l’étape indispensable de la standardisation, l’AVEM vous invite à découvrir les dernières avancées de la société avec Bruno Lebrun, Président de GIREVE SAS et nouveau membre de l’AVEM.

La première mission de GIREVE consiste à réaliser un état des lieux des points de charge déployés. Aujourd’hui, où en est-on ?

Le tout premier objectif reste essentiellement le déploiement de services dynamiques autour des points de charge, plutôt que le seul référencement statique (localisation). Evidemment pour détecter les bornes libres dans les véhicules électriques il faut savoir où elles sont positionnées. Donc, ce référencement statique est pour nous un moyen et non une fin en soi. Le but de GIREVE est plutôt, de délivrer des services connectés dans les véhicules, permettant de repérer en temps réel des points de charge en fonction de leur disponibilité, leur état de fonctionnement, leur compatibilité au véhicule, etc.

Néanmoins, il est vrai qu’on répertorie les points de charge de façon systématique. Nous avons aujourd’hui un référentiel contenant plus de 8.000 points de charge. Nous avons commencé par les modes 3 prioritairement car ce sont ces points de charge qui sont potentiellement communicants, supervisés et qui peuvent supporter le type de service que nous proposerons.

Aujourd’hui, notre référentiel est assez complet. Au-delà de la localisation, on référence systématiquement les informations techniques sur chaque point de charge : opérateur, modes d’accès, exploitant etc…

Ce référentiel est-il destiné à rester en interne ou sera-t-il commercialisé ?

C’est sur ce référentiel que seront bâtis nos services par la suite mais on le propose aussi comme gamme de produits ou service que l’on peut rendre accessible à des prospects et clients éventuels.

On peut donc effectivement vendre des POI (uniquement la location des points de charge ndlr) mais on préfère bien sûr les options où on « package » l’ensemble du service.

Au-delà du référencement, le but « ultime » de GIREVE est d’assurer l’interopérabilité des points de charge ? Pour cela la standardisation est indispensable ?

Oui, notre finalité c’est bien de faciliter l’interopérabilité des opérateurs de la mobilité électrique, via une plateforme de service B2B dont nous allons commercialiser l’accès: le « roaming » de la recharge (faculté pour l’abonné d’un opérateur à utiliser le réseau d’un autre opérateur au cours de ses déplacements) illustre la valeur de cette interopérabilité du service pour l’usager. On s’intéresse donc prioritairement aux bornes communicantes et supervisées qui ont un potentiel pour ce type de services.

Nous travaillons également sur les standards d’échanges. Les actionnaires de GIREVE avaient dès le départ dans l’idée de créer une instance de concertation, adossée à GIREVE permettant de favoriser l’émergence de ces standards.

Gireve et Hubject avaient choisis les Assises 2014 pour annoncer leur partenariat. De g à d : Bruno Lebrun, Président de GIREVE SAS, et Andreas Pfeiffer, CEO d’Hubject.

On appelle cette instance le comité consultatif de GIREVE. Elle regroupe des acteurs du domaine afin de pouvoir élaborer, ensemble, ces normes et standards qui faciliteront demain le déploiement des services de « roaming » de la recharge, et plus tard, de l’énergie. Nous y travaillons également avec nos partenaires d’Hubject et avec d’autres acteurs en Europe, que ce soient e-clearing.net en Hollande ou Mobi.E au Portugal.

Nous sommes convaincus que GIREVE ne peut pas survivre sans protocoles relativement ouverts qui structurent le marché en Europe et qui rejoignent les ambitions de la future Directive Européenne.

Un parallèle avec le monde des autoroutes

On peut faire un parallèle assez étonnant avec le secteur autoroutier. De la même façon qu’avec les bornes, il y a d’un côté des exploitants d’infrastructures et de l’autre des opérateurs de services qui donnent accès aux infrastructures (les lecteurs de télépéage).

Autour de cette interopérabilité, une association a été assez active et déterminante dans la structuration du marché, il s’agit de l’association des sociétés françaises d’autoroutes (ASFA).

Ainsi, il serait sans doute intéressant d’avoir une association similaire pour les opérateurs de mobilité et de la recharge, avec pour objectif de structurer et de travailler à l’émergence de ces standards en liaison avec les instances européennes, eMI3 et tous ceux qui peuvent conduire à cette standardisation.

Cette standardisation est également l’un des sujets prioritaires pour les pouvoirs publics qui s’appuient aujourd’hui sur GIREVE pour créer les conditions de cette interopérabilité du service.

En termes de calendrier, quelles sont les prochaines étapes de GIREVE ?

En ce moment, le gros de notre activité se concentre donc sur les services connectés autour de la recherche dynamique des points de charge. Notre objectif est de nous connecter aux opérateurs de charge, pour ensuite faire redescendre l’information dans les systèmes télématiques des véhicules et ce, dès que le nombre de bornes connectées est suffisant sur le territoire (à partir du 3° trimestre).

D’ici la fin de l’année également, nous devrions démarrer nos opérations de roaming de la recharge.