Publié par Laisser un commentaire

« Open data » – Première carte du répertoire national des IRVE


« Open data » – Première carte du répertoire national des IRVE

Data.gouv.fr, la plateforme « open data » officielle du gouvernement, vient de révéler une première carte présentant les données de localisation des bornes de recharge en France. Un premier inventaire qui doit encore être complété…

Tesla, Renault (concessions), Autolib’, Plus de Bornes et la Métropole de Rennes… au total cinq acteurs ont déjà partagé leurs informations, soit environ 1300 bornes référencées. Standardisées et libres d’accès, les données disponibles sur la plateforme data.gouv.fr comprennent la localisation des bornes mais aussi beaucoup d’autres informations : moyen d’accès, heures d’ouverture, puissance disponible, type(s) et nombre de prise(s) etc…

Vers un répertoire national des IRVE

Pour le gouvernement, l’objectif est de pouvoir disposer d’un répertoire national directement mis à jour par les opérateurs concernés et recensant l’ensemble des bornes déployées à travers le pays. L’idée est de faciliter l’accès aux informations, notamment pour les sociétés de service qui pourront ainsi proposer des outils mobiles ou embarqués pour les utilisateurs.

Collectivités, opérateurs privés, exploitants de parkings, centres commerciaux etc… tous les acteurs amenés à déployer des bornes de charge public sont appelés à partager leurs informations sur la plateforme. Avec les nouvelles recommandations techniques de l’AMI ADEME, diffusées en juillet dernier sous l’impulsion du préfet Francis Vuibert, chef de projet du Plan industriel « Bornes électriques de recharge », les collectivités financées par l’Etat ont même l’obligation de partager leurs données… Un moyen de compléter plus rapidement ce recensement national…

Publié par Laisser un commentaire

Bornes de recharge – La Directive Européenne CPT entre en vigueur


Bornes de recharge – La Directive Européenne CPT entre en vigueur

L’Union Européenne a adopté ce lundi 29 septembre sa Directive CPT (Clean Power for Transport), une nouvelle réglementation destinée à assurer la mise en place de points de ravitaillement pour les carburants alternatifs et à fixer des normes communes encadrant leur conception et leur utilisation. Les Etats membres devront présenter leurs plans d’actions d’ici fin 2016.

Jusqu’à présent, l’essor des carburants propres s’est heurté à trois obstacles: le coût élevé des véhicules, la faible réceptivité des consommateurs et le manque de bornes de recharge et de stations de ravitaillement. Ces obstacles forment un cercle vicieux. Avec la nouvelle «directive relative au déploiement de l’infrastructure pour les carburants de substitution», les États membres devront prévoir une infrastructure minimale pour les carburants alternatifs tels que l’électricité, l’hydrogène et le gaz naturel, et appliquer des normes européennes communes aux équipements requis et à l’information des usagers.

Approuvé par le parlement européen en avril dernier, la Directive fixe également des prises communes pour la recharge des véhicules électriques. Type 2 pour la recharge normale et Combo 2 pour la charge rapide avec une ouverture sur d’autres standards rapides comme CHAdeMO afin de ne pas pénaliser les véhicules électriques déjà en circulation avant l’entrée en vigueur de la Directive.

Des plans d’actions nationaux d’ici fin 2016

Selon les termes de la Directive, les Etats membres devront fixer et rendre publics leurs objectifs et présenter leurs cadres d’action nationaux d’ici à la fin de 2016.

Une obligation qui s’applique pour les bornes de recharge, mais aussi pour les autres carburants -GNV, GNV et hydrogène – pour lesquels la présence d’infrastructures de ravitaillement est indispensable pour garantir le développement du marché.

«Les carburants de substitution sont d’une importance cruciale pour améliorer la sécurité de l’approvisionnement énergétique, réduire les effets du transport sur l’environnement et doper la compétitivité de l’UE», a déclaré Siim Kallas, vice-président de la Commission chargé des transports. «Avec cette nouvelle réglementation, l’UE offre aux entreprises la sécurité juridique qu’elles appelaient de leurs vœux pour commencer à investir et réaliser des économies d’échelle. Les États membres de l’UE réclamaient une certaine souplesse dans le déploiement des infrastructures. Il leur appartient désormais de mettre au point les cadres d’action nationaux adéquats.»

Publié par Laisser un commentaire

Mobilité électrique – Les adhérents AVEM au Mondial de l’Automobile


Mobilité électrique – Les adhérents AVEM au Mondial de l’Automobile

A quelques jours de l’ouverture des portes du Mondial de l’Automobile de Paris, l’AVEM revient sur la présence de ses adhérents au salon. Constructeurs, fournisseurs de bornes, Ride&Drive etc… petit tour d’horizon des stands à ne pas rater lors de votre visite…

Constructeurs automobiles

Parmi les nouveautés déjà annoncées par nos adhérents, on notera l’Outlander PHEV Concept-S chez Mitsubishi (Hall 3 – stand 315) et l’e-NV200 qui fera ses premiers pas sur le stand de Nissan (Hall 1 – stand 331). Eon Motors (Hall 3 stand 321) révélera également en première mondiale sa nouvelle Weez qui sera déclinée dans différentes versions (VP ou VUL).

Dans la Hall 1, le stand Venturi (212) promet d’être festif puisque la marque profitera du Mondial pour célébrer son 30ème anniversaire avec quelques nouveautés en préparation.

Chez BMW (Hall 5, stand 101), pas encore de préannonce officielle mais on sait que les modèles électriques et hybrides de la gamme i seront au rendez-vous… Idem chez le constructeur Lyonnais Courb qui exposera sa C-Zen dans la Hall 3 (stand 321).

Côté deux-roues, la société CityScoot sera présente au milieu du stand « UNIVERS CONNECTE » organisé par le concours Lépine (hall 3 – espace B251).

Bornes de recharge & équipementiers

Si le Mondial fait la part la belle à la voiture, de nombreux équipementiers ont également répondu présents à l’appel de cet événement international.

ABB, Borne Recharge Service, DBT-CEV et Schneider Electric seront ainsi regroupés sur le stand 345 (Hall 3) tandis que les bornes Hager seront visibles sur le Ride&Drive (Hall 2.1) où elles assureront la recharge des voitures électriques proposées à l’essai.

Egalement situé dans le Pavillon 3, stand 244, EP Tender présentera la dernière version de sa remorque à prolongateur d’autonomie avec un démonstrateur monté sur une Renault Zoé.

Et si vous avez besoin de conseils pour l’acquisition d’une flotte de VE ou le déploiement d’infrastructures de recharge, Greenovia, société de conseil en mobilité, vous accueillera dans le Hall 3, stand 345.

Une voiture électrique à gagner avec EDF

Le stand EDF prendra place au cœur du hall 3 (stand 115) avec pour thématique la « mobilité électrique au service du Progrès » et proposera aux visiteurs de gagner une voiture électrique à travers un jeu interactif « parcours électrique » organisé en partenariat avec Nissan, Renault, BMW i et Volkswagen…

Centre d’essais VE en pavillon 2.1

Situé dans le Hall 2.1, le Ride & Drive vous proposer d’essayer gratuitement plusieurs modèles électriques dont la Courb C-Zen, l’Eon Weez et le nouveau Nissan e-NV200…

Et si vous n’avez pas l’occasion de vous rendre sur le mondial, l’AVEM sera bien évidemment au rendez-vous et vous tiendra informé de toutes les nouveautés. Bref, restez branchés…

Venir au Mondial de l’Auto – Infos pratiques

Dates et horaires : du samedi 4 oct au dimanche 19 oct 2014, de 10h à 20h (nocturnes chaque jeudi et vendredi jusqu’à 22h00)

Tarifs : 14 € adulte, 8 € jeunes (10 – 25 ans), gratuit pour les moins de 10 ans

Publié par Laisser un commentaire

Scooters électriques – Newteon et Govecs remportent l’appel d’offres de Nice


Scooters électriques – Newteon et Govecs remportent l’appel d’offres de Nice

Newteon, société spécialisée dans la mobilité électrique pour les professionnels et les particuliers, vient de remporter l’appel d’offres initié par la Métropole de Nice Côte d’Azur et portant sur 40 scooters électriques de la marque Govecs.

Désireuse de diminuer son impact environnemental et de réduire les nuisances sonores liées aux deux-roues motorisés, la Métropole niçoise a lancé son appel d’offres en début d’année. Il prévoit la fourniture, sur quatre ans, d’une quarantaine de scooters électriques destinés aux déplacements quotidiens des agents. Les premiers exemplaires devraient être livrés dans les jours à venir…

Modèles équivalents 125 cc

Homologués en équivalent 125 cc, les modèles choisis, des Govecs S3.4, sont équipés de batteries lithium et disposent d’une autonomie de 70 km tandis que leur vitesse maximale s’élève à 85 km/h. Capables de transporter deux personnes, ils seront équipés d’un top case, d’un pare-brise et d’une chaîne antivol NF SRA pour les besoins des services.

« Nous sommes ravis d’avoir été choisis pour équiper la Métropole Nice Côte d’Azur en scooters électriques, » explique Sergio Contaldo, directeur de Newteon. « Le véhicule électrique devient aujourd’hui un outil incontournable et de plus en plus sollicité par les villes. C’est une belle collaboration qui commence ».

Publié par Laisser un commentaire

Auto Bleue – La Métropole Nice Côte d’Azur lance une offre pour les jeunes


Auto Bleue – La Métropole Nice Côte d’Azur lance une offre pour les jeunes

La Métropole Nice Côte d’Azur vient de lancer l’offre jeune pour Auto Bleue, son dispositif d’autopartage 100 % électrique. Les moins de 26 ans se verront ainsi offrir les frais d’inscription et bénéficieront de 10% de remise sur les locations d’Auto Bleue.

Lancé en avril 2011, le service Auto Bleue compte aujourd’hui près de 200 véhicules électriques proposés dans 66 stations réparties sur le territoire de la Métropole.

Solution alternative à la voiture personnelle, Auto Bleue propose deux formules d’utilisation. Le mode « ZEN » qui permet de réserver une voiture à l’avance et le mode « FLEX » qui permet de restituer la voiture aux stations éligibles FLEX.

Publié par Laisser un commentaire

Transition énergétique – Taxis, VTC et loueurs devront passer au vert


Transition énergétique – Taxis, VTC et loueurs devront passer au vert

A l’Assemblée Nationale, la commission spéciale chargée de l’examen du projet de loi sur la transition énergétique vient d’introduire une obligation d’équipement en véhicules propres pour les loueurs, sociétés de taxis et VTC. Ils devront ainsi acquérir au moins 10% de véhicules propres lors du renouvellement de leur parc avant 2020

Déposées à travers deux amendements distincts par le député Philippe Plisson, l’un des cinq rapporteurs du projet de loi, ces mesures introduisent une obligation d’équipement pour les loueurs, les exploitants de taxis et de voitures avec chauffeur lors du renouvellement du parc. La mesure s’applique « dans la proportion minimale de 10 % avant 2020 ».

Les taxis et VTC « assurent un grand nombre de trajets interurbains pour lesquels il n’est pas indispensable que les véhicules disposent d’une autonomie considérable » a indiqué Philippe Plisson en Commission. Un amendement qui « ne vise pas les artisans mais uniquement les compagnies de taxis et de VTC disposant d’au moins dix véhicules ».

A noter que certaines villes encouragent déjà le développement des taxis propres. A Paris, l’aide s’élève à 7000 euros pour un taxi électrique et 4000 pour un hybride rechargeable (voir notre actualité). Au total, quelques 1200 taxis propres circulent d’ores et déjà dans la capitale, dont plus de 400 subventionnés par la Mairie.

Le levier des loueurs auto

« Par le biais des loueurs de véhicules automobiles, une contrainte assez légère permettrait de mettre régulièrement sur le marché des véhicules ayant un très faible niveau d’émission de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques » souligne l’amendement.

En effet, les loueurs représentent une part importante du marché des véhicules neufs, pouvant atteindre 40 à 50 %, avec un « turn over » assez court (entre 2 et 4 ans). Une mesure qui permettrait également de dynamiser le marché de l’occasion…

Véhicules propres – Une définition élargie

Les débats en commission ont également permis d’introduire une nouvelle définition du « véhicule propre » qui intègre désormais un plus large panel d’énergies.

L’amendement adopté en commission défini ainsi les véhicules propres « comme étant électriques à batterie ou à pile à combustible à hydrogène, hybrides électriques, les véhicules fonctionnant au gaz de pétrole liquéfié ou au gaz naturel, au biométhane, y compris tout mélange hydrogène gaz naturel, ou au gaz naturel liquéfié, et les véhicules fonctionnant avec des carburants à haute teneur en biocarburants et définis par voie réglementaire. » Une manière de n’écarter aucune technologie ni source d’énergie…

Publié par Laisser un commentaire

Goelectrix rachète les pièces détachées de Mia Electric


Goelectrix rachète les pièces détachées de Mia Electric

Lors de la vente aux enchères des actifs de Mia Electric, les 24 & 25 septembre derniers, Goelectrix s’est porté acquéreur d’un certain nombre de lots destinés à assurer la maintenance et l’entretien des voitures électriques Mia sur toute la France.

Au total, Goelectrix a fait l’acquisition de 152 Mia de 1ère et seconde génération destinées à la récupération de pièces détachées, plaçant la société comme un acteur majeur dans la maintenance des véhicules de la marque.

Sur l’ensemble du territoire, distributeurs et particuliers pourront ainsi très prochainement se fournir directement auprès de Goelectrix.

« Nous avions à la fois le savoir faire technique du véhicule mais aussi un réel attachement à cette petite citadine originale. Il était important pour nous de continuer à assurer notre activité de distribution et de location sur la marque mais surtout la maintenance et la réparation et la vente de pièces détachées sans lesquelles rien n’est possible. Alors que les propriétaires de Mia particuliers ou distributeurs se rassurent nous sommes là pour répondre à leur besoin ! » a précisé Erick Kaspy, Président de Goelectrix.

Situé à Valbonne, dans les Alpes-Maritimes, Goelectrix a été l’un des distributeurs historique du petit constructeur français. Il est également concessionnaire de plusieurs marques françaises comme Ligier ou plus récemment Courb.

Publié par Laisser un commentaire

Nissan e-NV200 VIP Concept – La navette électrique cinq étoiles


Nissan e-NV200 VIP Concept – La navette électrique cinq étoiles

A l’occasion du salon du véhicule utilitaire de Hanovre, Nissan a présenté le e-NV200 VIP Concept, une version luxueuse du ludospace e-NV200 Evalia.

Navette idéale pour les hôtels cinq étoiles, cette e-NV200 VIP se voit doté de sièges en cuir clair et de finitions noires aux détails laqués. Quatre places sont proposées : deux à l’avant et deux sièges « Club Class » à l’arrière, avec ceintures intégrées, accoudoirs, et repose-pieds extensibles.

A l’intérieur, un large écran de 21,5 pouces permet de garantir le divertissement des passagers à l’arrière du véhicule. Il permet notamment de diffuser des DVD du lecteur embarqué ou afficher des applications, des films, ou des photos sur une tablette ou un smartphone via Bluetooth.

Le panneau central entre les sièges arrière intègre les commandes pour l’écran et les éclairages ambiants, ainsi qu’un compartiment contenant des boissons réfrigérées. Un plafond spacieux incrusté de lampes LED propage une lumière diffuse à l’arrière, tandis que chaque siège possède une lampe de lecture individuelle.

Motorisation identique au modèle de série

Côté mécanique, le Nissan e-NV200 VIP Concept est identique au Nissan e-NV200 de série. Il est donc propulsé par le même moteur 100% électrique à courant alternatif de 109 ch. Celui-ci est alimenté par une batterie lithium-ion de 48 modules, déjà développée pour la Nissan LEAF et le Nissan e-NV200. L’autonomie du Nissan e-NV200 est de 170 km en cycle NEDC.

« Le Nissan e-NV200 Evalia est déjà un véhicule confortable et silencieux. Ce concept va franchir une nouvelle étape. A ce stade, le Nissan e-NV200 VIP Concept n’est qu’un projet, mais qui devrait générer un véritable intérêt de la part des conducteurs de navette VIP, » déclare Dany Boulenger, Nissan’s Global LCV General Manager. Un concept dont certaines caractéristiques pourraient faire l’objet d’applications concrètes si la demande se fait sentir…

Publié par Laisser un commentaire

Interview – Nick Heidfeld et Nicolas Prost reviennent sur leur accident en Formule E


Interview – Nick Heidfeld et Nicolas Prost reviennent sur leur accident en Formule E

Quelques jours après leur accident spectaculaire survenu lors de la première étape du Grand Prix de Formule E, Nick Heidfeld et Nicolas Prost se sont retrouvés à Austin où ils ont concourent dans la même équipe en WEC… L’occasion pour les deux pilotes de revenir sur les événements survenus à Pékin dans une interview exclusive diffusée par Venturi…

Nick, Nicolas comment vous êtes-vous sentis au moment et juste après l’accident ?

Nick Heidfeld : Je me souviens qu’après le premier impact, j’ai senti la voiture s’envoler alors j’ai fermé les yeux, je me suis mis dans la position que l’on doit prendre dans de telles circonstances (les bras repliés sur le corps, NDLR) et j’ai attendu que ça s’arrête. Puis j’ai ensuite vérifié que je sentais l’ensemble de mon corps, que tout était en place… j’ai rassuré le team par radio, je me suis détaché et je suis sorti de la voiture. Je me suis mis à l’abri des murs de sécurité, mais j’étais encore effrayé. Ca a vraiment été un très mauvais moment.

Nicolas Prost : Juste après le choc j’étais dans l’incompréhension, car au moment de l’accident j’étais complètement concentré sur mon dash (un écran situé sur le volant qui donne des indications sur la consommation et les réserves d’énergie des Formula E, NDLR) et Nick arrivait tellement vite que je ne l’ai pas vu. Tout de suite après, donc, je lui en voulais… puis en revoyant les images je me suis rendu compte que c’était de ma faute et je me suis senti mal. Il aurait pu être blessé, et Nick est en outre l’un des pilotes avec lequel je suis le plus proche… Ensuite, il y a la frustration d’avoir laissé passer la victoire, j’aurais préféré finir deuxième plutôt qu’ainsi…

Et qu’avez-vous ressenti lorsque vous vous êtes retrouvés seuls, face à vous-mêmes, au soir de la course ?

Nick Heidfeld : en fait, il s’est écoulé un long moment avant que je me retrouve seul, au calme… Car entre les interviews, mes diverses obligations, le dîner… Mais quand le moment est arrivé il est certain que c’était spécial… Bien sûr, c’est la course, et il y a des risques… Mais ce n’est vraiment que tard dans la soirée que j’ai réalisé que j’avais eu beaucoup de chance.

Nicolas Prost : c’est terrible car j’avais fait une super journée et c’est dans cette dernière ligne droite, alors que je suis concentré sur mon dash, lequel semble me communiquer des informations erronées, que tout est arrivé. Ce n’est pas pour trouver une excuse, mais c’est très frustrant car cette course j’aurais vraiment voulu la gagner. J’ai très mal dormi les deux nuits qui ont suivi.

Nick, Nicolas, ici à Austin vous mangez ensemble, vous plaisantez ensemble, et vous roulez pour la même équipe, comme si il ne s’était rien passé. Avez-vous déjà oublié ce qui s’est passé le week-end dernier ?

Nick Heidfeld et Nicolas Prost se sont retrouvés à Austin, quelques jours après la première manche du Grand Prix de Formule E à Pékin

Nick Heidfeld : Il ne faut pas s’arrêter à cela. Il s’agit de sport automobile, on fait la course, tout le monde peut faire une erreur…

Nicolas Prost : Nick a réagit avec beaucoup d’intelligence… mais il ne faut pas oublier que ce n’est pas le contact en lui-même qui constitue le plus gros du choc, mais le vibreur qui a fait décoller la voiture. On ne s’est pas touché si fort que ça… J’ai ensuite fait mon mea culpa en direction de course, où j’ai indiqué avoir été fautif, bien que mon erreur ne soit pas volontaire. Mais je pense que nous sommes tous les deux suffisamment intelligents pour aller de l’avant.

Nick, ne vous êtes-vous pas dit, en revoyant les images, que vous n’auriez pas du attaquer alors qu’une très belle deuxième place vous tendait les bras ?

Nick Heidfeld : mais non, pas du tout ! Je l’avais attaqué suffisamment tôt, il s’agit d’un endroit où les opportunités de doubler au freinage sont les plus grandes et où il y a d’ailleurs eu le plus de dépassements. Si nous avions été dans l’une des dernières courses de la saison et que le championnat était déjà joué, je serais resté derrière. Mais c’est la première course, j’avais la vitesse, l’énergie et la place. Il était normal que je tente ma chance.

Et vous, Nicolas, pensez-vous vraiment que Nick n’avait aucune chance de prendre ce virage, comme vous l’avez déclaré après la course ?

Nicolas Prost : il ne faut pas confondre les réactions à chaud, et celles à froid. C’est sûr qu’il arrive vite… mais maintenant l’incident est clos et je ne veux pas en reparler. On s’est touchés et c’est tout…

Le 22 novembre aura lieu la seconde manche du championnat de Formula E, à Putrajaya (Malaisie). Vous serez tous les deux sous haute surveillance. Comment abordez-vous cette course ?

Nick Heidfeld : c’est dans deux mois, et j’ai la chance d’avoir un bon programme, donc je n’y ai pas encore trop pensé, même si je reste en contact régulier avec le team Venturi.

Nicolas Prost : j’ai déjà pensé longuement à la prochaine course, car j’aurai dix places de pénalité… Je vais tenter de refaire la pôle, prendre des points, et même si je repars onzième ou douzième je peux espérer un bon résultat. On a vu qu’il peut se passer beaucoup de choses, et ce qui est sûr c’est qu’il ne faudra rien lâcher.

Propos recueillis par Didier Laurent Auto Press Club pour Venturi

Publié par Laisser un commentaire

Kia Soul EV – Le crossover électrique à partir de 28990 €


Kia Soul EV – Le crossover électrique à partir de 28990 €

A quelques jours de son lancement officiel lors du Mondial de l’Automobile de Paris, Kia vient d’annoncer le tarif de sa première voiture électrique, la Soul EV, qui sera proposée à partir de 28.990 € TTC bonus déduit.

Animé par un moteur électrique de 81,4 kW développant un couple de 285 Nm, le Soul EV est capable de réaliser le 0 à 100 km/h en moins de 12 secondes et affiche une vitesse de pointe de 145 km/h.

Alimenté par un pack batterie lithium-ion-polymère de 27 kWh, issu d’un partenariat entre Kia et SK Innovation en Corée, le Soul EV revendique une autonomie de 200 km environ selon le cycle NEDC.

Pour la recharge, le Soul EV embarque un chargeur de 6.6 kW permettant une recharge en 5 heures sur une wall-box dédiée. Egalement compatible avec la charge rapide CHAdeMO, il annonce accepter jusqu’à 100 kW de puissance, soit une charge à 80 % en 22 minutes seulement (30 minutes pour un chargeur 50 kW).

Deux niveaux de finition

Le Soul EV est proposé en deux niveaux de finition, EV et EV Ultimate, pour un tarif respectif de 28.990 et 30.490 € TTC bonus déduit.

Concrètement, les deux versions reposent sur la même base technique, les changements intervenants plus sur des éléments de confort. La version « Ultimate » propose ainsi une série en cuir, radar avant & arrière, sièges et volant chauffants.

Offre de leasing à partir de 249 €/mois

Kia annonce aussi des offres de leasing à partir de 249 €/mois pour la version d’entrée de gamme (279 € pour la version « ultimate »).

L’exemple de tarif annoncé par Kia porte sur une location sur 36 mois et 37.500 km avec un premier loyer majoré de 2.900 € bonus déduit…