Publié par Laisser un commentaire

228 bornes de recharge à venir dans les Côtes-d’Armor


228 bornes de recharge à venir dans les Côtes-d’Armor

Peu de bornes aujourd’hui

Depuis que l’Etat français a lancé son programme d’aide pour le déploiement dans l’espace public de bornes de recharge pour véhicules électriques et hybrides rechargeables, les collectivités de démènent pour imaginer le maillage le plus adapté à leur territoire. Dans les Côtes-d’Armor, département touristique et important bassin aux multiples industries, il s’agit en particulier de tenir compte de la densité de population qui fluctue fortement ça et là selon les saisons.

Aujourd’hui, en dehors de quelques concessions automobiles équipées, c’est surtout grâce à des initiatives privées que les électromobiliens peuvent disposer de quelques stations de recharge. Le plus souvent, Renault apporte un soutien concret, espérant doper ponctuellement les ventes de sa Zoé.

Un déploiement ambitieux

A partir du printemps 2015 et jusqu’en 2017, le Syndicat départemental d’énergie des Côtes-d’Armor va installer sur son territoire 221 bornes de recharge accélérée et 7 rapides. En cohérence avec le schéma régional, elles équiperont toutes les communes de plus de 2.000 habitants, ainsi que les destinations touristiques intéressées. Mais le déploiement tiendra compte aussi d’une observation fine du terrain. Il s’inquiétera, par exemple, de la situation des nœuds composés de plusieurs bourgs de moins de 2.000 habitants. Le SDE s’intéresse aussi, avec le Conseil général, aux aires de covoiturage très présents dans le département, et aux grands axes routiers. Ce sont ces derniers qui recevront les bornes de recharge rapide.

5% à la charge de la commune

Susceptible de recevoir encore quelques petites retouches, le plan de financement cherche à épargner au maximum les communes. Globalement, l’Etat (via l’Ademe), la Région et le SDE prendront respectivement en charge 50, 20 et 20% des coûts d’installation. Si l’on retire la part du Conseil général, les communes concernées ne supporteraient que 5% de l’enveloppe.

Publié par Laisser un commentaire

Voitures et utilitaires électriques – Les immatriculations de novembre 2014


Voitures et utilitaires électriques – Les immatriculations de novembre 2014

Voitures électriques : +10,5% sur l’année par rapport à 2013

A mesure que nous approchons de la fin de l’année, il devient de plus en plus évident que 2014 ne signera pas une révolution électromobile. A l’année, du 1er janvier au 30 novembre, l’augmentation des ventes de voitures particulières électriques ne représente qu’à peine 10,5%, pour 847 exemplaires de plus sur les routes. Une moyenne de seulement 77 VPE immatriculées en plus par mois : c’est peu !

Une année pas vraiment aidée

Pour rappel, l’année 2014 a surtout été marquée par différents événements qui ont freiné les acheteurs. Le premier semestre s’est révélé morose du fait d’un bonus moins favorable aux achats de véhicules électriques neufs, parfois compensé par des aides locales ou régionales malheureusement limitées en nombre. Le superbonus, qui augmente l’aide de l’Etat à 10.000 euros sous conditions (habiter une zone couverte par un plan de protection de l’atmosphère et se débarrasser d’un véhicule diesel de plus de 13 ans), ne démarrerait qu’au milieu de l’année prochaine.

+31,27% en novembre 2014 par rapport à 2013

Dans ce contexte, et alors que les ventes de voitures alimentées au gazole montrent des chiffres historiques à la baisse, novembre se classe parmi les bons mois de l’année 2014 pour les VP électriques. Il enregistre une hausse de 31,27% de leurs immatriculations par rapport à 2013. Soit 217 unités de plus sur les routes.

Les valeurs sûres

Ce sont les valeurs sûres du marché qui enregistrent les meilleurs volumes de ventes en novembre. Les chiffres pour les Renault Zoé et Nissan Leaf s’élèvent respectivement à 655 et 94. Le repli à l’année de 445 exemplaires pour la citadine branchée du losange ne doit cependant pas faire oublier qu’elle s’accapare à elle seule 53,7% des immatriculations des voitures électriques depuis janvier. La Leaf est derrière, avec seulement 16,54% des parts du marché, mais elle enregistre 203 ventes supplémentaires sur l’année.

Les nouveautés à la traîne

Viennent ensuite la Bluecar de Bolloré dont les nouvelles immatriculations fluctuent avec les contrats signés dans le cadre du développement des services en autopartage, puis les plus régulières Smart ED et Tesla Model S. Les nouveaux modèles proposés en 2014, comme les Volkswagen e-Golf et e-up!, la BMW i3, ou la Kia Soul EV, tout aussi excellents soient-ils, ne décollent pas.

#Du côté des utilitaires#

Seulement 2 Nissan e-NV200 vendus en version familiale. Ce modèle fait légèrement mieux en utilitaire, en enregistrant, pour novembre 2014, 11 des 357 ventes du marché. Ici aussi, c’est Renault qui s’illustre, plus particulièrement avec son Kangoo Z.E. (166 exemplaires), mais aussi avec la Zoé VU (34 exemplaires). Entre les 2, le Goupil G3 enregistre 74 immatriculations ce même mois. Il n’est pas le seul quadricycle utilitaire à séduire les professionnels : le Ligier Pro Pulse 4 arrive en quatrième position avec 29 exemplaires vendus.

Les jeux sont faits pour 2014 ?

Il ne reste plus qu’un mois à 2014. Désormais, seules d’importantes commandes des entreprises et collectivités pourraient ponctuellement bouleverser quelques chiffres, mais sans doute pas les différents classements dédiés aux ventes des véhicules électriques.

Publié par Laisser un commentaire

Gireve : Résultats de l’étude des stations de recharge en région PACA


Gireve : Résultats de l’étude des stations de recharge en région PACA

Prochain enjeu de la réassurance des conducteurs de véhicules électriques : la recharge universelle en domaine public et un meilleur niveau de service

Une étude menée en région PACA¹ révèle que les conducteurs de véhicules électriques n’ont pas accès à une information fiable leur permettant de se recharger facilement sur les réseaux de bornes de la région. Ce constat confirme le sentiment que le niveau de service de l’infrastructure publique ne suffit pas encore à rassurer les usagers. Gireve présente ses solutions afin de permettre aux opérateurs de mobilité d’enrichir leurs offres et de proposer aux utilisateurs de véhicules électriques un service plus large et plus complet.

« Faire le plein d’électricité au coin de la rue relève encore du parcours du combattant », a déclaré récemment le quotidien Nice Matin. Afin de faire le point sur les raisons qui poussent à dénoncer la complexité de la recharge sur l’infrastructure publique, Gireve et l’Avem se sont associés pour réaliser une étude sur l’ensemble des stations de recharge de la région PACA. Un contrôle téléphonique suivi d’une visite sur site ont permis de se mettre à la place des conducteurs et de constater les difficultés auxquelles ils doivent faire face au quotidien.

L’étude montre que les bornes de recharge maillent le territoire de plus en plus finement, contribuant à rendre la mobilité électrique toujours plus attrayante. Néanmoins, cette enquête note qu’il est encore malaisé pour un conducteur de la région d’obtenir les caractéristiques précises et fiables des bornes (y compris leur disponibilité), informations pourtant nécessaires à l’organisation de ses déplacements. Il se révèle par ailleurs impossible d’accéder librement à l’ensemble des services de recharge sans devoir passer par de multiples abonnements.

« Pour l’opérateur d’un réseau de bornes de charge, le premier besoin est de rendre visible l’information de disponibilité de ses points de charge. Gireve a consenti des investissements lourds pour collecter et consolider ces données, et en faciliter l’accès », confirme Bruno Lebrun, président de Gireve. « Trouver une borne libre c’est bien, mais l’utiliser sans souscrire autant d’abonnements qu’il existe de réseaux c’est encore mieux ! Cette réassurance est nécessaire au développement de la recharge sur le domaine public. Il faut aujourd’hui souscrire 10 abonnements pour pouvoir recharger son véhicule électrique dans toute la région PACA et les régions avoisinantes ! ».

Gireve met actuellement en place sa plateforme d’interopérabilité donnant la possibilité aux opérateurs de simplifier les échanges de données nécessaires à l’existence de réseaux interopérables.

« Je me réjouis de constater que Gireve, à travers sa mission d’agrégateur de données pour les professionnels, va concrètement participer à simplifier la vie des utilisateurs de VE dont je fais partie. La fiabilité des données sur les points de charge en temps réel permettra la création de services utiles et faciles d’accès pour ne plus borner nos déplacements à des frontières restrictives », précise Isabelle Rivière Fondatrice des « Assises Nationales sur les Infrastructures de Recharge pour Véhicules Electriques et présidente de l’Avem.

Les conducteurs n’ont pas accès à une information suffisamment précise sur les bornes

Connaître les informations relatives à la borne (puissance, types de connecteurs, abonnements nécessaires, etc.) en amont de sa recharge est indispensable au conducteur d’un véhicule électrique qui souhaite préparer sereinement son déplacement. Si le conducteur ne dispose pas d’informations fiables et exhaustives, ou s’il veut s’assurer de la précision de celles données par certains sites internet (Chargemap, Open Charge Map, PlugSurfing, etc.), il est contraint de joindre par téléphone l’établissement qui propose le service de charge (grandes surfaces, concessions automobiles, parkings, etc.).

Dans cette situation, seul un interlocuteur sur deux est capable de confirmer la compatibilité des points de recharge avec un véhicule se rechargeant via un câble de type 3. En tout, 73% reconnaissent ne rien savoir de la puissance disponible et ne permettent donc pas au conducteur d’estimer le temps nécessaire à la recharge du véhicule. Enfin, dans seulement 6% des cas l’interlocuteur est capable de communiquer avec justesse toutes les informations indispensables à l’utilisateur : existence confirmée de la borne, présence ou non d’une prise de type 3 ou domestique, puissance disponible et moyen d’accès à la recharge.

Gireve tient à jour le répertoire national qui référence de manière détaillée et fiable les points de recharge accessibles au public, en se connectant aux systèmes de supervision des opérateurs eux-mêmes. Ce répertoire mis à la disposition des opérateurs de mobilité leur permet dès aujourd’hui de fournir une information précise au grand public.

Les conducteurs n’ont pas accès à l’information de disponibilité des points de recharge en temps réel

D’après le blog « L’énergie en question » (septembre 2014), « Il existe une insatisfaction des utilisateurs au niveau de la disponibilité des bornes publiques ».

En région PACA, près de 60% des points de charge aujourd’hui déployés ne sont pas conçus pour donner leur état de disponibilité et de fonctionnement en temps réel. Pour avoir accès à ces informations, un automobiliste n’a pas d’autre choix que d’appeler le standard de l’établissement qui met à disposition ce service. Dans 95% des cas, les personnes contactées sont bien informées de l’existence de points de charge ouverts au public, mais dans six cas sur dix, elles ne peuvent pas garantir la disponibilité de la borne. A ce jour, seul le service Auto Bleue donne à ses abonnés l’état de disponibilité de ses bornes. Ce constat est appelé à évoluer puisque la plupart des bornes déployées aujourd’hui sont en mesure de diffuser leur état de fonctionnement et de disponibilité par le réseau.

En agrégeant en temps réel l’état de disponibilité de tous les points de recharge des réseaux de bornes accessibles au public en France et en Europe, Gireve est en mesure de consolider l’information que les conducteurs de véhicules électriques recherchent pendant leur navigation. A tout moment, un conducteur a donc accès à la liste des points de recharge compatibles avec son véhicule et disponibles au moment où il en a besoin. Ce service est actuellement lancé par Gireve en France et se déploiera prochainement en Europe afin de proposer le même niveau de service aux conducteurs sur les zones frontalières.

Dès 2015 : l’interopérabilité des réseaux de recharge. Un accès à tous les réseaux de bornes quel que soit l’abonnement choisi par l’utilisateur

Dans une station de recharge sur cinq, un conducteur de véhicule électrique de la région PACA est dépendant d’un intervenant extérieur (accueil, technicien, etc.). Dans les autres cas il est autonome, soit parce que le service n’est pas contrôlé, soit en utilisant le moyen d’accès fourni avec son abonnement (carte sans contact, application smartphone, etc.). Ce mode d’accès par abonnement concerne aujourd’hui 31% des points de recharge en région PACA et a tendance à se généraliser à tous les nouveaux réseaux de bornes de recharge en voirie, dans les centres commerciaux ou les parkings en ouvrage.

Rien qu’en région PACA, pour pouvoir charger un véhicule sur tous les points de charge, pas moins de 5 badges différents, associés à des abonnements distincts, sont nécessaires. Si un conducteur souhaite accéder aux installations des deux régions frontalières (Languedoc-Roussillon et Rhône-Alpes), il lui faudra souscrire 5 abonnements supplémentaires. Plus largement, déjà 42 abonnements sont nécessaires pour accéder à la totalité des points de charge en France.

Afin d’éviter la juxtaposition de réseaux « étanches », Gireve met en place un service d’itinérance. Dès 2015, les opérateurs de mobilité pourront ainsi proposer des abonnements donnant accès à plusieurs réseaux de bornes de recharge en France et à l’international, évitant ainsi aux utilisateurs de devoir souscrire autant d’abonnements qu’il existe de réseaux de bornes.

Infrastructure de recharge publique de la région PACA :
747 points déployés à ce jour

L’infrastructure de recharge en région PACA est aujourd’hui déployée dans 62 villes avec en tête Nice, Marseille, Aix-en-Provence, Cassis et Cagnes-sur-Mer.

Le département des Alpes-Maritimes, avec près de 400 points de recharge, est le mieux équipé à ce jour. Ceci s’explique principalement par la présence de nombreuses stations de recharge du service d’auto partage Auto Bleue dont un tiers des points ne sont malheureusement pas accessibles à la recharge des véhicules de particuliers.

En prenant en compte uniquement les points de recharge accessibles aux véhicules de particuliers, c’est le département des Bouches-du-Rhône, avec plus de 200 points, qui est le mieux équipé, suivi des Alpes-Maritimes (plus de 170 points) et du département du Var (plus de 110 points).

Les infrastructures de recharge sont principalement déployées dans les parkings.

La majorité des points offrent une vitesse de charge standard (77%), c’est-à-dire qu’il faudra autour de 8 à 10 heures à un automobiliste pour faire une recharge complète (véhicules équipés de batteries de 20 à 25 kWh).

Mais de plus en plus de points récemment installés offrent une recharge accélérée (19%), voire rapide, permettant ainsi d’envisager des recharges le temps d’une course (une heure), ou, pour les bornes rapides, le temps d’une pause de 30 minutes.

En fonction de son véhicule et des cordons dont il dispose, un conducteur aura accès à une part plus ou moins grande de l’infrastructure de recharge pour véhicules électriques.

Dans le cas d’une recharge standard ou accélérée, l’utilisateur possédant un câble de type 3 et un autre équipé d’une prise domestique aura accès à la quasi-totalité des points déployés en région PACA (91%).

L’utilisateur possédant un véhicule équipé d’une prise CHAdeMO et compatible avec cette option (Nissan, PSA, Mitsubishi, etc.) aura accès aux trois quarts des points de recharge rapide de la région. Ce chiffre atteint 50% des points pour les véhicule disposant d’une prise de type 2 rapide (c’est le cas de la Zoé). Au moment de l’enquête, aucune borne publique n’était compatible avec les véhicules équipés de la technologie Combo (BMW et Volkswagen par exemple). Enfin il faut noter le récent déploiement de stations dédiées au Model S de la marque Tesla, qui représentent déjà près d’un tiers des 22 points de recharge rapide de la région.

¹ Etude réalisée de juillet à octobre 2014 sur 186 stations de recharge en région Provence-Alpes-Côte d’Azur

A propos de Gireve :

Gireve est le Groupement pour l’Itinérance de la recharge électrique des Véhicules.

Créé en juillet 2013 à l’initiative de Renault, EDF, ERDF, la CNR et la Caisse des Dépôts, Gireve a pour mission de rendre les infrastructures de recharge pour véhicules électriques :
Visibles : Créer un répertoire référençant tous les points de charge en France et en Europe ;
Accessibles : Mettre à disposition en temps réel les données de disponibilité des bornes de recharge, tous réseaux confondus ;
Interopérables : Assurer à tout conducteur, quel que soit son fournisseur d’accès, la possibilité de recharger son véhicule sur toutes les bornes.

Publié par Laisser un commentaire

KiWhi Pass : Entretien avec Thierry Meignan


KiWhi Pass : Entretien avec Thierry Meignan

Il y a quelques jours, nous annoncions la reprise du réseau KiWhi par Easytrip France, filiale du Groupe Egis. Thierry Meignan, qui a créé la solution Kiwhi Pass en 2011, continue aujourd’hui à assurer son développement. Il répond, pour l’Avem, à quelques questions qui se posent depuis l’annonce de l’opération.

Pouvez-vous en quelques chiffres nous dresser l’importance du réseau KiWhi Pass aujourd’hui ?

KiWhi Pass est une carte d’accès et de paiement utilisée par plus de 1.500 conducteurs de voitures électriques au quotidien. Elle a déjà été diffusée auprès de plus de 6.500 utilisateurs, chiffre qui devrait passer à plus de 12.000 à fin janvier 2015.

Ce badge permet d’accéder à un réseau de charge rapide de plus de 270 points, dont certains sont à ce jour en cours d’installation. Ils se répartissent, entre autres, dans les magasins Auchan (110 équipés à fin février 2015) et Cora, les concessions Nissan (65 points de charge), le centre Leclerc de Pont-l’Abbé (6 pdc) dans le Finistère, la Compagnie nationale du Rhône (50 bornes à terme), des stations-service BP (4 pdc), les syndicats d’énergie du SDEM 56 (14 pdc) dans le Morbihan, du Sydev (5 pdc) en Vendée, et, dans le Nord-Pas-de-Calais, sur les territoires d’Hazebrouck, de la communauté de communes de la Morinie, et de Saint-Omer.

La carte KiWhi Pass ouvre aussi l’accès à un réseau de plus de 150 points pour la recharge normale ou accélérée, disponible, par exemple, en Mayenne avec le SDEGM 53, dans les parkings de Vinci Park, ou encore ceux de Toulouse Métropole (31), Pont-à-Mousson (54), du projet alsacien Crome, de magasins Système U et Leclerc, etc. En 2015, le maillage devrait fortement évoluer.

Quels constructeurs de véhicules électriques s’appuient déjà sur KiWhi Pass ?

Nissan est l’un des partenaires historiques de KiWhi Pass. En février 2014, l’entreprise automobile lançait son ZeroEmission Charge Pass powered by KiWhi, utilisable dans ses concessions équipées et auprès des réseaux de charge rapide développés en association. D’autres constructeurs devraient officialiser leur choix KiWhi Pass avant fin janvier 2015.

Qu’est-ce qui va changer pour ce réseau avec l’arrivée de Easytrip à sa tête ?

Outre l’apport économique visant à apporter une stabilité financière, le groupe Egis, au travers de sa filiale Easytrip dédiée aux services à la mobilité, permettra d’élargir les horizons de la solution KiWhi Pass. Bien évidemment, le support du groupe, tant juridique, marketing que commercial, est un atout essentiel à la pérennité de Kiwhi.

Quelles perspectives pour le dispositif ?

Nous sommes encore en phase d’intégration dans la société Easytrip : les discussions sur la stratégie long terme en sont à leurs prémices. Nous vous préciserons dès que possible le fruit de nos échanges concernant les évolutions et enrichissements de l’offre KiWhi.

Comment continuerez-vous à accompagner la solution KiWhi Pass ?

J’ai créé la solution Kiwhi Pass en 2011. Aujourd’hui, mon rôle est de la développer au sein d’un groupe aussi international qu’agile, et intéressé par ma connaissance du marché. Je suis responsable du développement du périmètre « Voitures électriques » et de son écosystème, et plus spécifiquement de l’accès au service et au paiement.

Des électromobiliens craignent que la reprise du réseau par l’opérateur en charge du télépéage autoroutier se traduise par une augmentation du tarif d’accès aux bornes. Que leur répondez-vous ?

En quoi un prestataire de service facilitateur d’usage « autoroutier » aurait-il vocation à créer de l’inflation tarifaire ? Bien au contraire, la volonté affichée de la société Easytrip est de porter l’électromobilité et de favoriser le développement des voitures électriques en France et en Europe. Voici une véritable mission !

L’Avem remercie Thierry Meignan pour sa disponibilité et les précisions qu’il a apportées à travers ses réponses à la reprise de KiWhi par Easytrip.

Publié par Laisser un commentaire

Eccity souhaite élargir son réseau pour diffuser son Artelec 670


Eccity souhaite élargir son réseau pour diffuser son Artelec 670

Installé à Grasse (06), le constructeur français Eccity Motocycles produit depuis environ 1 an un très intéressant maxi-scooter électrique équivalent 125 cc. Baptisé « Artelec 670 », il dispose d’un moteur de 6 kW placé dans la roue arrière et alimenté par une batterie lithium-ion de 70 Ah. Cette chaîne de traction autorise son pilote à pousser des pointes à 100 km/h. En roulant plus sagement, il peut compter sur une autonomie flirtant avec les 100 kilomètres. D’un poids de 140 kg, l’engin peut embarquer 2 personnes tout en restant vif et à l’aise sur les routes de montagne.

Rendez-vous aux JPMS

Globalement bien implanté du sud de la France à la région parisienne, le réseau de revendeurs dédié gagnerait à s’étendre plus au nord, à l’est et à l’ouest. Christophe Cornillon, à la tête de l’entreprise, espère profiter des JPMS qui se tiendront au parc floral de Paris, les 18 et 19 janvier 2015, pour séduire les concessionnaires des régions concernées. Proposé aux professionnels de la moto, du quad, du SSV et du scooter, ce salon est justement l’endroit privilégié pour faire se rencontrer fabricants et revendeurs. Sur place, il sera d’ailleurs possible d’essayer le Artelec 670.

Sauf lorsque la météo est chagrine, les séances d’essai organisées autour de ce maxi-scooter rencontrent toujours beaucoup de succès. Christophe Cornillon s’est ainsi réjoui, avec ses collaborateurs, du nombre de visiteurs présents à la journée portes ouvertes du 8 novembre dernier.

Une remise sur la série spéciale suréquipée

A l’approche de Noël, il est encore possible de profiter d’une remise de 750 euros sur une série spéciale suréquipée. Pour 7.560 euros au lieu de 8.310, celle-ci comprend un tablier de protection, une bulle haute et 3 ans de garantie sur la batterie. L’offre est limitée aux 20 premiers exemplaires commandés avec 70% d’acompte.

Que vous soyez un particulier désireux de circuler sur un maxi-scooter électrique de qualité, ou un professionnel intéressé pour diffuser cet engin, le mieux est encore de vous rendre d’abord sur le site Internet de Eccity Motocycles, et en particulier pour retrouver la récente vidéo de présentation du Artelec 670. Tout y est, ou presque !

Publié par Laisser un commentaire

Un jeu chez Blooweels pour l’arrivée d’une nouvelle Tesla


Un jeu chez Blooweels pour l’arrivée d’une nouvelle Tesla

Il y a exactement 1 mois, jour pour jour, l’Avem vous informait de la création de Blooweels. Convaincue de leur attrait, cette start-up propose de louer des voitures électriques et hybrides rechargeables premium en région parisienne. Pour se faire connaître, elle organise régulièrement des opérations de location à 1 euro la journée. Et ça marche !

Les demandes s’enchaînent

Depuis la récente ouverture du service, les demandes s’enchaînent. La BMW i3 est déjà sortie 8 fois. Quant à la première Tesla Model S, elle a été louée 15 fois, pour une durée moyenne de 3 jours. Selon Vincent Gombault, président de Blooweels, le profil des automobilistes qui s’adressent à lui pour disposer de la berline américaine est très divers : « Ce sont des personnes intéressées pour découvrir une voiture électrique dont on parle beaucoup actuellement, parfois pour la montrer à leurs enfants, pour réaliser un essai en situation avant d’en commander une, et même pour la conduire tout de suite alors que l’exemplaire acheté n’est pas encore livré ».

Le jeu

Devant ce succès, Blooweels va proposer une seconde Model S. Un jeu relayé sur le compte Facebook de l’entreprise permettra aux gagnants de la louer pour 1 euro à une date à convenir. Pour participer, il suffit « d’aimer notre page » et d’indiquer en commentaire le nombre à 3 chiffres qui, selon vous, figurera sur la plaque d’immatriculation de la nouvelle venue. Clôture des participations : jeudi 4 décembre 2014 à 20 heures.

Surprise à Noël ?

Blooweels compte encore créer la surprise avant Noël en proposant à la location un nouveau modèle… du style hybride rechargeable.

Participer au jeu : www.facebook.com/Blooweels