Publié par Laisser un commentaire

Des chargeurs rapides automatisés ABB pour alimenter les bus de Namur


Des chargeurs rapides automatisés ABB pour alimenter les bus de Namur

Après un essai de bus alimentés au bioéthanol, la capitale wallonne se prépare à accueillir 11 bus hybrides rechargeables qui circuleront uniquement sur leur chaîne de traction électrique dans la nouvelle zone « zéro émission ». Sous le couvert d’un partenariat entre ABB et Volvo Bus, deux nouveaux chargeurs rapides permettront d’en recharger les batteries.

Partenariat

Depuis l’été 2014, Volvo Bus et ABB travaillent de concert pour développer et commercialiser un système de recharge rapide automatisé à destination des bus électriques et hybrides rechargeables du constructeur suédois. Ce partenariat impliquait de mettre au point un protocole de communication entre les véhicules et les infrastructures qui prenne en charge la procédure de connexion elle-même. A Namur, les deux entreprises n’y vont pas sans une certaine expérience, acquise dans un précédent projet, très similaire. L’année dernière, Volvo Bus et ABB ont bâti un scénario identique au Luxembourg autour d’une douzaine de bus hybrides rechargeables mis en service sur des lignes gérées par Sales-Lentz, partenaire historique du constructeur suédois et pionnier pour la mobilité électrique. « Pour une ville, les bus électriques représentent une solution économique de réduction des pollutions atmosphériques et sonores. En s’association avec ABB, Volvo a développé une offre complète et compétitive destinée aux villes du monde entier qui souhaitent adopter un système de transport public durable », a déclaré Håkan Agnevall, président de Volvo Bus, en évoquant le projet belge.

Namur

A Namur, ABB et Volvo Bus renouvellent leur collaboration pour installer une solution d’infrastructures de charge rapide dédiée au système de transports publics déjà en place. Onze nouveaux bus du type Volvo 7900, qui devraient être opérationnels fin 2016, quadrilleront une nouvelle zone « zéro émission » aménagée au cœur de la ville. Outre les deux chargeurs rapides, la réponse proposée par ABB inclut l’appareillage et un contrat de service. Selon le communiqué de presse de notre adhérent, « les chargeurs rapides automatisés sont parfaitement adaptés au principe de recharge occasionnelle : au lieu d’être renvoyé en dépôt pour être raccordé à un chargeur individuel, le bus est rechargé en l’espace de quelques minutes lors de l’arrêt à l’un des terminus ».

Une question d’optimisation

Le bénéfice immédiat de ce travail en collaboration est de l’ordre de l’optimisation. En permettant de réduire la taille et le poids de la batterie, il dégage de la place supplémentaire dans les bus au profit des voyageurs. Avec des recharges rapides aux terminus, le retour au dépôt n’étant plus nécessaire. Les véhicules sont donc en mesure de multiplier les trajets avec moins d’unités en circulation. Un système qui minimise la densité de la flotte, et donc son coût global. C’est ce qu’exprime Pekka Titinen, président de la division Discrete Automation and Motion d’ABB : « Dans le monde entier, les villes investissent massivement dans la mobilité urbaine électrique afin de réduire l’encombrement et d’améliorer la qualité de l’air. En mettant notre portefeuille de technologies de mobilité électrique au service de partenariats comme celui que nous avons conclu avec Volvo, nous répondons à l’un des aspects essentiels de notre stratégie Next Level. Les usagers peuvent ainsi optimiser leurs trajets, tandis que les sociétés de transports publics réduisent leurs coûts ».

Le chargeur rapide d’ABB

« Parfaitement modulaire grâce à des puissances de 150 kW, 300 kW ou 450 kW, le chargeur rapide d’ABB s’adapte à n’importe quelle plateforme de bus électrique. Les solutions de recharge rapide s’appuient sur les dispositions de la norme internationale CEI 61851-23, relative à la charge rapide des véhicules électriques. Cette norme permet de garantir la mise en œuvre des systèmes de sécurité appropriés et la conformité réglementaire des circuits électriques. Elle veille aussi à ce que l’architecture et les principes de fonctionnement du système soient et restent compatibles avec les produits de la vaste majorité des constructeurs automobiles », explique le communiqué. Avec l’objectif de gagner en réactivité et disponibilité, les chargeurs rapides ABB abritent diverses fonctions de connectivité, telles que le diagnostic, la gestion et les mises à jour logicielles à distance.

Bus Volvo 7900

Pour éloigner la panne d’autonomie, les bus Volvo 7900 sont équipés d’un petit moteur diesel qui leur permet d’assurer tous déplacements imprévus, qu’il s’agisse d’un nouvel itinéraire ou de rejoindre un site spécifique éloigné pour l’entretien. Ainsi, ils peuvent s’adapter à toutes les situations, dont celle de pouvoir pénétrer sur son seul moteur électrique dans les zones à « zéro émission » qui se développent à travers le monde. Selon les retours d’expériences, notamment réalisés en Suède par Volvo, le système de bus hybride rechargeable associé à la recharge rapide « permettrait d’économiser 60% de carburant par rapport à un bus diesel conventionnel ».

Publié par Laisser un commentaire

New York : Toyota dévoile la nouvelle version hybride rechargeable de sa Prius


New York : Toyota dévoile la nouvelle version hybride rechargeable de sa Prius

Toyota a profité du New York International Auto Show, qui se déroule jusqu’à dimanche, pour présenter la nouvelle version hybride rechargeable de sa Prius. Etudiée pour les clients qui souhaitent un véhicule hybride tout en bénéficiant des avantages d’une conduite prolongée en mode électrique, la Prius Prime offre une progression significative de l’autonomie, de la puissance et de la vitesse maximale en mode électrique. Son profil a également été profondément revisité par rapport à celui de la Prius hybride classique, tandis que l’habitacle a été conçu pour augmenter encore le plaisir de la conduite. Un plaisir renforcé par la présence de nombreuses technologies avancées qui sont aussi là pour améliorer la sécurité du conducteur et de ses passagers.

Un mode électrique amélioré

Comme tous les véhicules hybrides Toyota, La Prius Prime peut utiliser indépendamment le moteur essence ou le moteur électrique, tout en pouvant également les associer de manière transparente. Si le moteur essence, un 4 cylindres 1,8L développant 122 ch, est identique à celui de la dernière Prius, la nouveauté réside dans la motorisation électrique avec une batterie lithium-ion de 8,8 kWh, soit le double de la précédente génération de Prius rechargeable.
La technologie Hybrid Synergie Drive (HSD) autorise par ailleurs un fonctionnement en mode électrique plus fréquent et prolongé avec une autonomie en mode tout électrique estimé à 50 km et une vitesse de pointe de 135 km/h. Même quand elle ne fonctionne pas en mode électrique, la Prius Prime fait toujours le meilleur usage de ses capacités électriques à chaque fois que cela représente un avantage pour le moteur essence, notamment en conduite urbaine sur les trajets courts. Elle vise ainsi une consommation moyenne de 1,4 l/100 km pour des émissions de CO2 de 32gkm.

Un design revisité

Avec son design assez futuriste, la Prius Prime se démarque nettement de la Prius hybride classique. Avec un profil ciselé, des lignes de forces incisives et un centre de gravité abaissé, elle arbore une allure plus campée sur la route. Elle est d’ailleurs légèrement plus longue et plus large que sa devancière alors qu’elle est un peu moins haute. La nouvelle plateforme TNGA (Toyota New Global Architecture) a donné plus de liberté aux designers qui ont pu proposer une présence visuelle plus forte, au profil abaissé et plus athlétique.
L’aérodynamisme de sa silhouette apporte une contribution essentielle à la faiblesse remarquable de sa consommation d’énergie. D’autres mesures aérodynamiques sophistiquées permettent au véhicule d’afficher un Cx exceptionnellement bas de 0.24, l’un des meilleurs pour une berline de grande série. La Prius Prime se distingue également par ses feux avant qui s’étirent en largeur, intégrant 4 modules à diodes, et des feux arrière qui font le tour de vitre inférieure du hayon, tandis que la vitre supérieure adopte une double vague.

Le plaisir de conduire en ligne de mire

La conception de l’habitacle de la Toyota Prius Prime a souhaité privilégier le plaisir de conduire. Avec sa position de conduite abaissée et un confort accru, la configuration à quatre sièges, organisée autour d’une console centrale traversant toute la cabine, évoque la qualité premium de l’intérieur d’un coupé haut de gamme. Le design de la cabine est sophistiqué et très fonctionnel. Il reprend le concept d’utilisation intuitive hérité des générations précédentes de la Prius en regroupant les commandes opérationnelles au plus près du conducteur et en plaçant les fonctions d’informations plus à distance.
Si l’on retrouve les fonctions informatives sur deux écrans de 4,2 pouces qui se trouvent dans le champ de vision du conducteur lorsque son regard est porté sur la route, les fonctions opérationnelles (la navigation, la musique,…) sont regroupées sur un grand écran HD de 11,6 pouces qui reprend le format vertical initié par Tesla. Une tablette bien présente sur le salon à New York, mais qui ne figure pas sur le communiqué européen de Toyota qui ne fait référence qu’à un écran 8 pouces. Espérons donc que cette innovation sera bien présente sur le continent européen lors de la commercialisation de la Prius Prime, prévue d’ici la fin de l’année.

Les technologies avancées au rendez-vous

Une Toyota Prius Prime dans laquelle l’on retrouvera bon nombre de technologies avancées conformément au statut d’ambassadrice de la technologie de Toyota que la Prius a toujours eu depuis le lancement de la première génération en 1997 au Japon. La Prius Prime comportera même des évolutions exclusives comme les projecteurs à 4 lampes DEL à économie d’énergie ou un nouveau système de recharge par panneau solaire sur le toit avec une batterie dédiée. Elle sera également dotée d’un système de climatisation intelligente qui détecte l’occupation des sièges passagers pour minimiser la circulation de l’air autour des places inoccupées. Un système utilisant une pompe à chaleur à injection de gaz qui permet de chauffer ou de refroidir la cabine lorsque le véhicule fonctionne en mode électrique, sans avoir besoin du moteur thermique.
La Prius Prime dispose également du nouveau système intelligent de stationnement de Toyota, ainsi que des dernières avancées de la marque en matière de sécurité active et préventive, comme un système de pré-collision avec détection des piétons et freinage automatique, ou l’alerte de franchissement de ligne avec aide au maintien dans la file. Des technologies qui se traduisent par une conduite plus facile et moins fatigante pour le conducteur.

Publié par Laisser un commentaire

Corri-Door : 33 bornes sur le réseau autoroutier de la Sanef


Corri-Door : 33 bornes sur le réseau autoroutier de la Sanef

Le groupe Sanef se réjouit d’entrer dans l’aire de l’électromobilité en mettant progressivement en service 33 bornes rapides multistandard pour jalonner les deux mille et quelques kilomètres de son réseau d’autoroutes. Depuis Paris, les 5 accès à ce maillage permettent de rejoindre différentes villes régionales d’importance, dont Strasbourg (67), Metz (57), Reims (51), Lille (59), Amiens (80), Rouen (76) et Caen (14).

En chiffres

Le réseau de charge Sodetrel du projet Corri-Door, reconnu de « dimension nationale » par une décision ministérielle du 29 janvier 2016 exonérant de la redevance d’occupation de l’espace public, c’est au total 200 bornes de recharge rapide implantées tous les 80 kilomètres en moyenne le long des grands axes autoroutiers et à la périphérie des villes. Alimentées en énergie 100% renouvelable, elles sont conçues pour réaliser en 30 minutes environ 80% du plein des batteries des voitures électriques et hybrides rechargeables compatibles. Elles disposent également d’une prise domestique E/F. Selon le communiqué de presse reçu, ce maillage vise à faciliter les déplacements interurbains d’une distance de l’ordre de 150 kilomètres.

15 bornes en service / 22 installées

A ce jour, 15 bornes rapides multistandard fabriquées en France par le groupe Cahors sont déjà en service sur le réseau autoroutier dépendant du goupe Sanef. Elles sont implantées sur les aires de Bosgouet Nord, Rosny-sur-Seine Sud, Saint-Hilaire-Cottes, Saint-Laurent, Tardenois Sud, Tardenois Nord, Valmy Le Moulin, Beuzeville Sud, Vémars Est, Vémars Ouest, Changis-sur-Marne, Keskatel Est, Keskatel Ouest, Rely, Vironvay Nord. Neuf autres sont installées ou en cours de travaux, pour une ouverture prochaine, sur les aires de Valmy Orbeval, Saint-Léger, Ussy-sur-Marne, Ressons Ouest, Phalempin Ouest, Phalempin Est, Rosny-sur-Seine Nord, Ressons Est, et Sommesous. Suivront ensuite neuf nouvelles stations sur les aires de La Baie de Somme, Saint-Eloi, Wancourt Est, Beuzeville Nord, Bosgouet Sud, Brumath Est, Brumath Ouest, Vironvay Sud et Hardivillers. Le site Internet www.sodetrel-mobilite.fr, dont la carte des bornes du réseau Corri-Door est actualisée régulièrement, permet de suivre le rythme des implantations.

Consortium privé

Pour rappel, Corri-Door, qui bénéficie, sur 10 millions d’euros d’investissement global, de 4,85 millions d’euros d’aide de la Commission européenne dans le cadre de l’appel à projet du programme Réseau transeuropéen de transport « RTE-T », est porté par un consortium privé. A sa tête, EDF SA coordonne l’opération. Sa filiale Sodetrel est propriétaire du réseau de bornes de charge rapide qu’elle exploite. Quatre constructeurs automobiles sont embarqués dans cette aventure : BMW, Nissan, Renault et Volkswagen. A leurs côtés, l’établissement public de coopération scientifique ParisTech qui abrite 12 grandes écoles d’ingénieurs et de commerce parisiennes. Se posant en « acteurs d’une transition énergétique maîtrisée et de la diminution des émissions de gaz à effet de serre, les membres du consortium ont décidé d’unir leurs efforts pour favoriser et accélérer le développement de l’usage des véhicules électriques », précise le communiqué.

Partenariats commerciaux

Le succès du déploiement Corri-Door s’appuie aussi sur des partenariats commerciaux. Le groupe Sanef (réseaux Sanef / SAPN) n’est par l’unique société d’autoroute à avoir signé. APRR (réseaux APRR / Area), Vinci Autoroutes (réseaux ASF, Cofiroute, Escota) et Atlandes sont aussi engagées. Avec elles, des opérateurs de distribution de carburants et des enseignes de la grande distribution alimentaire.

Sans abonnement

Sans abonnement, il est possible d’utiliser les bornes du réseau Corri-Door de 2 façons différentes, soit en achetant un pass préchargé (20 euros = 2 charges de 30 minutes) en boutique de la station-service ou du point d’accueil du centre commercial à proximité de l’installation, soit par SMS via le numéro de téléphone indiqué sur le matériel. En retour, dans ce dernier cas, la réponse envoyée par le même canal, facturée 9 euros, donne droit à 30 minutes d’accès.

Avec abonnement

Pour accéder aux bornes du réseau Corri-Door, les éléctromobiliens en véhicules électriques et hybrides rechargeables BMW, Nissan, Renault et Volkswagen peuvent utiliser les badges respectifs fournis, – Charge Now, ZeroEmission Charge Pass, ZE Pass, et e-Pass -, selon une tarification définie par les constructeurs eux-mêmes. Pour les autres usagers réguliers du réseau Corri-Door, Sodetrel propose son propre badge nominatif. Selon l’abonnement choisi, pour un tarif mensuel compris entre 2 et 10 euros par mois, le prix de l’exploitation des bornes varie. Pour 15 minutes de recharge, les abonnés à la formule à 10 euros paieront 1,50 euro, contre 3,50 pour ceux qui ont préféré payer 2 ou 5 euros tous les mois.

Programme pilote

L’utilisation du réseau Corri-Door, programme pilote européen, va être exploitée pour bien appréhender les comportements et attentes des automobilistes au volant des véhicules électriques et hybrides rechargeables. Les résultats, accompagnés de recommandations à destination de diverses institutions (Union européenne, collectivités territoriales, services de l’Etat) « orienteront les modalités de déploiement ultérieur d’un réseau d’infrastructures de charge interconnectées et interopérables tant au niveau national que transfrontalier », assure le communiqué reçu à l’Avem.

5 g de CO2 au km

Selon le document à notre disposition, grâce à un mix de production EDF dont l’impact carbone est estimé à 17 g par kWh, une voiture électrique rechargée sur les bornes du maillage Corri-Door serait responsable de la libération de moins de 5 grammes de CO2 par kilomètre. En outre, les impacts de la recharge sur le réseau électrique seront étudiés de près !

Publié par Laisser un commentaire

Wattmobile : un rachat qui ouvre de nouveaux horizons


Wattmobile : un rachat qui ouvre de nouveaux horizons

L’opérateur de parcs de stationnement groupe Indigo, anciennement Vinci Park, a annoncé la semaine dernière le rachat, pour un montant non communiqué, de Wattmobile, une start-up qui a développé un réseau de location de Renault Twizy et de scooter électriques Peugeot e-Vivacity à proximité des grandes gares françaises. Ce rachat va permettre à Wattmobile d’accélérer le développement de son réseau auprès des gares, mais également de s’implanter dans les centres-villes et de toucher une nouvelle clientèle urbaine. De son côté, par cette opération, Indigo marque son intérêt croissant pour l’électromobilité et affiche sa volonté de transformer progressivement bon nombre de ses parcs de stationnement en hub de mobilité.

Un réseau créé autour des gares

Créée en 2010 à Venelles près d’Aix-en-Provence, Wattmobile avait à l’origine pour cible principale les voyageurs professionnels du TGV à qui elle entendait louer pour quelques heures des petits véhicules électriques leur permettant de se faufiler dans le trafic du centre-ville et de se garer facilement. Après l’exploitation d’un site pilote à la gare de Marseille Saint-Charles, Wattmobile a étendu, à partir de 2014, son réseau dans 11 grandes gares françaises à Paris, Lille, Lyon, Bordeaux, Grenoble, Toulouse, Avignon et Aix-en-Provence. Aujourd’hui, Wattmobile revendique aujourd’hui 8 500 inscrits à son service. Son projet était de déployer 70 à 100 stations dans toute l’Europe, mais, malgré plusieurs levées de fonds, Wattmobile ne disposait pas des moyens suffisants pour étendre son réseau.

De nouvelles perspectives de développement

Pour son Président David Lainé, son rachat par Indigo constitue donc une formidable opportunité pour Wattmobile qui va pouvoir s’appuyer sur le leader mondial des parcs de stationnement pour accélérer son développement et se diversifier au-delà des gares. En effet, bien que le réseau Wattmobile ne soit pas actuellement implanté dans des parcs de stationnement Indigo, ce dernier ne souhaite pas abandonner la stratégie d’implantation dans les gares, mais seulement la compléter. Pour David Lainé : « L’idée est de nous déployer dans les parcs indigo aux abords des gares, les voyageurs professionnels restant notre cœur de cible. Mais Indigo possède également de nombreux parkings, notamment en centre-ville, dans lesquels nous allons également pouvoir proposer nos services à une clientèle urbaine à la recherche de petits véhicules électriques en libre-service ».

L’intérêt croissant d’Indigo pour l’électromobilité

Pour Indigo, l’acquisition de Wattmobile est la marque de son intérêt croissant pour l’électromobilité. En partenariat avec Sodetrel, Indigo déploie déjà des bornes de recharges dans bon nombre des quelques 650 parcs de stationnement qu’il exploite en France. En reprenant Wattmobile, Indigo a pour ambition de renforcer son offre de mobilité individuelle et d’accélérer le développement de l’électromobilité en ville. Indigo compte pour cela capitaliser sur une marque déjà connue qui propose des véhicules de petits gabarits parfaitement adaptés à la circulation en centre-ville. De plus, la solution Wattmobile propose un parcours client simplifié avec une réservation du véhicule via le web ou dans les stations par l’intermédiaire d’une borne ; l’accès au véhicule via une carte ainsi qu’une facturation mensuelle sur la base du temps d’utilisation avec un relevé de tous les trajets. Progressivement, Indigo compte bien intégrer des stations Wattmobile dans les parkings qu’il gère en centre-ville, à commencer dès cette année à Paris et en petite couronne.

Transformé les parcs de stationnement en hubs de mobilité

A terme, l’objectif d’indigo est de transformer ses parcs de stationnement en véritables hubs de mobilité. Pour cela, les stations Wattmobile devraient étendre la gamme des services proposés en intégrant notamment des locations de Vélos à Assistance Electrique ainsi que des Smart électriques. Le but, avec ce nouveau service Indigo, sera de répondre aux besoins des particuliers à la recherche d’une solution de déplacement ponctuelle, mais aussi à ceux des entreprises cherchant à réduire les frais liés à la gestion d’une flotte de véhicules et à simplifier les process. Avec son maillage très dense au cœur des métropoles, Indigo dispose de sérieux atouts pour y parvenir et ainsi accélérer fortement le développement de Wattmobile.

Publié par Laisser un commentaire

Lancement du site Peugeot Electric Store


Lancement du site Peugeot Electric Store

Une seule voiture pour l’instant sur le site de e-commerce electric-store.peugeot.fr qui vient d’être lancé ce mois de mars 2016 en France : la Peugeot iOn. Tenté par le bolide branché aussi réactif qu’un kart ? L’application vous aide à trouver votre livrée extérieure, simuler le financement, et joindre le concessionnaire le plus proche pour un essai.

Peugeot Electric Box

Avec le slogan « C’est le moment de passer à l’électrique ! », Peugeot diffuse dans les médias depuis quelques semaines une offre originale de mobilité électrique qui comprend la Peugeot iOn et un vélo assisté. Pour rappel, la voiture branchée du Lion est, avec ses jumelles Citroën C-Zéro et Mitsubishi i-MiEV, mais aussi avec la Smart ED, l’un des modèles les plus convaincants pour se déplacer en ville sans émission sur son passage. Ses dimensions (3,475 x 1,475 m) et sa vivacité l’autorisent à se faufiler aisément dans la circulation et à se contenter de places de parking délaissées par nombre de conducteurs au volant d’engins plus imposants. La iOn sait aussi parfaitement battre la campagne quand il le faut, et avaler quelques bonnes dizaines de kilomètres sur voies rapides.

HYbrid-Bike urbain eC03.200

Un VAE chinois dans l’offre Peugeot Electric Box ? Certainement pas ! Le Lion propose un assortiment de qualité. Comme tous les vélos de Peugeot Cycles, le modèle eC03.200 qui est associé à la iOn est fabriqué en France, à Romilly (10). S’il est le modèle d’entrée de gamme des VAE urbains de Peugeot, pour un prix affiché en magasin à 1.149 euros, il est aussi correctement équipé. Certes, un dérailleur classique qui ne permet pas de changer de vitesse à l’arrêt, mais un engin confortable grâce à une fourche et une tige de selle suspendues. Le moteur implanté dans la roue avant est alimenté par une batterie lithium-ion de 37 V 8,8 Ah. Le Peugeot eC03.200 dispose d’un raccordement USB pour smartphone, utile pour recharger la batterie de l’appareil comme pour l’exploiter en GPS.

A partir de 99 euros par mois ou 11.562 euros au comptant

Aux 150 kilomètres d’autonomie annoncés par le constructeur pour la voiture, s’ajoutent les 50 du vélo, qu’il est un peu plus réaliste d’atteindre, ne serait-ce qu’en inhibant l’assistance. L’offre de location longue durée de la Peugeot Electric Box est accessible dès 99 euros TTC par mois, après un premier loyer de 2.800 euros, bonus écologique de 6.300 euros déduit, et à condition de bénéficier du superbonus complémentaire de 3.700 euros. Elle s’entend pour un usage privé, sur une durée de 48 mois, et pour un maximum de 40.000 kilomètres. Le site Peugeot Electric Store permet également d’acheter la parure au comptant, contre 11.562 euros, avec les mêmes impératifs de primes gouvernementales.

Jusqu’au 31 juin 2016

La documentation du Lion précise que l’offre est réservée jusqu’au 31 juin 2016. Mais peut-on imaginer que le constructeur ouvre sur Internet sa boutique dédiée aux voitures électriques pour la refermer dans 3 mois seulement, alors que la Peugeot Electric Box est disponible depuis quelque temps déjà ? Eventuellement, l’actuelle proposition pourrait-elle être remplacée par une autre, après, par exemple, une pause estivale. « A fin février 2016, le marché poursuit sa forte hausse à +92% et Peugeot iOn est sur le podium avec 8,4% du marché et un volume multiplié par 10 par rapport à début 2015 », plaide Xavier Duchemin, directeur Peugeot France. Il poursuit : « Cette étape importante illustre la volonté de Peugeot France de répondre aux attentes de ses clients et de renforcer sa présence dans un marché en plein développement ». Des arguments susceptibles d’étoffer notre raisonnement.

Peugeot Electric Store

Pourquoi une boutique en ligne, maintenant, réservée à la iOn ? La réponse est en substance dans le communiqué de presse reçu : « Le marché des véhicules électriques pour les particuliers a progressé de 65% en France entre 2014 et 2015. Fort de ce constat, Peugeot a décidé de renforcer sa présence dans l’activité des véhicules électriques en lançant son site de e-commerce, intégré au site www.peugeot.fr, dédié à ces véhicules ».

Configurateur

Pour l’instant, le configurateur autorise seulement de sélectionner la couleur extérieure de la iOn, entre 6 teintes : noir perlé métallisé, blanc Antarctique opaque, gris cool silver métallisé, blanc nacré métallisé vernie, bleu de Karner, et rouge Asuki. L’intérieur semble s’imposer dans un tissu bleu. Pas d’options sélectionnables à ce jour. Le site permet de réserver sa iOn pour un achat au comptant, mais aussi de simuler son financement, et de solliciter un essai.

Publié par Laisser un commentaire

Départ du 2nd Riviera Electric Challenge le 06 avril prochain


Départ du 2nd Riviera Electric Challenge le 06 avril prochain

Suite au succès de la première édition, c’est tout naturellement que la Mairie de Cagnes-sur-Mer a souhaité réorganiser avec la MC2D (Association Monaco Développement Durable) le Riviera Electric Challenge en marge du Salon EVER de Monaco qui aura lieu du 06 au 08 avril prochain.

A peine dans les préparatifs de cet événement, les équipes organisatrices ont senti que la première édition avait fait des envieux ! Elles ont répondu à de nombreuses demandes de participation, qui n’ont malheureusement pas pu être toutes acceptées.

Pourquoi ce Challenge ?

L’intérêt n’est pas de parcourir la plus grand distance en voiture électrique, car le parcours est de 85 km. Le but est, comme l’indique le Sénateur Maire de Cagnes-sur-Mer, Monsieur Nègre, de « fédérer les entreprises et collectivités pionnières dans l’intégration de véhicules électriques au sein de leur flotte ». Une petite difficulté cependant dans ce « Challenge », pour gagner le trophée, il faut réaliser le parcours en consommant le moins d’énergie possible.

Entreprises et collectivités associées ou concurrentes ?!

Les participants sont tous des entreprises ou collectivités locales engagées dans les actions environnementales avec deux exceptions, une voiture « associations » et un particulier très engagé dans l’électromobilité. Certains équipages ont souhaité construire une équipe issue de la même structure mais pas tous, ainsi certains seront concurrents, tandis que d’autres seront alliés pour l’événement.

Ce challenge est également l’occasion de parler des projets réalisées ou en réflexion afin de casser les idées reçues négatives et faire germer des actions auprès des acteurs locaux. Et pour mieux connaître les projets menées localement, les organisateurs ont prévu pour chaque étape, 3 questions sur la transition énergétique et les actions en faveur de l’électromobilité menées par les différents points d’étape.

L’organisation de la journée

Comme l’année dernière, le « Riviera Electric Challenge » partira dès 09h00 du port du Cros de Cagnes à Cagnes-sur-Mer pour rejoindre le Grimaldi Forum de Monaco le premier jour du salon EVER. Mais le parcours sera plus long que la première édition avec 10 points d’étape prévus.

Les 31 équipages devront passer par les étapes de Villeneuve-Loubet, La Colle-sur-Loup, Vence, la ville de Carros, l’entreprise Schneider et Nice-grid à Carros, puis, redescendre au bord de mer pour passer par les étapes de Saint-Laurent-du-Var, la Promenade des Anglais à Nice, Beaulieu-sur-mer et son Casino pour arriver au Grimaldi Forum de Monaco afin de valider le parcours de 85 km. A chaque étape, ils seront accueillis par 2 ou 3 membres du Rotary, partenaire de l’événement, qui valideront leur passage.

Cette année, les équipages auront le plaisir de s’arrêter au Casino de Beaulieu-sur-Mer pour profiter d’un rafraîchissement sans alcool offert par la direction du Casino avant de reprendre la route pour Monaco. A l’arrivée, les véhicules s’arrêteront et stationneront sur le parvis du Grimaldi Forum pendant que les participants iront déjeuner.

L’après-midi, les équipages pourront visiter le Salon EVER. La remise des trophées du Riviera Electric Challenge 2016 aura lieu à 17h30 en présence de SEM Monsieur le Ministre Bernard Fautrier, Président de EVER Monaco, de Monsieur Louis Nègre, le sénateur Maire de Cagnes-sur-Mer, un représentant du conseil du Gouvernement Princier, de Monsieur Bernard Mouret directeur régional d’ERDF, d’un représentant de la Métropole Nice-Côte d’Azur et de Monsieur Bertrand-Olivier Ducreux, représentant de l’ADEME. Cette remise des trophées sera suivie d’un cocktail offert par la MC2D.

9 véhicules différents au départ

Au départ du challenge, seront présents la Renault Zoé (l’équipe d’organisation remercie Auto-Bleue pour la mise à disposition de 3 Renaut Zoé), la Kia Soul EV, la Nissan Leaf en version 22 et 30 kWh, la Peugeot Ion, la Citroën C Zéro, le Peugeot Partner électrique, le Renault Kangoo ZE, la BMW i3, également la Tesla Model S, et même une voiture créée par l’ISAT, l’école publique d’ingénieurs automobiles soit 9 modèles de véhicules électriques différents !

Ce Challenge pour lequel l’Avem est partenaire, sera un moment fort en échanges et en partages d’expériences avec le même état d’esprit que l’an passé, de compétition mais surtout de convivialité.

Publié par Laisser un commentaire

Blue2BGreen choisi pour le déploiement de bornes de recharge dans les campings de Dordogne


Blue2BGreen choisi pour le déploiement de bornes de recharge dans les campings de Dordogne

A la genèse du projet auquel participe Jean-Luc Coupez et sa société de conseil, d’assistance technique et commerciale, et de formation en IRVE, une histoire familiale qui se fait réaction en chaîne, entraînant sur son passage, pour la bonne cause, les propriétaires et exploitants des campings de Dordogne. Convaincus par le partenariat avec le Crédit Agricole Charente Périgord, 50 établissements sont déjà prêts à constituer un réseau unique, sous l’impulsion de Gé Kusters, hôte du 5 étoiles Le Paradis au bord de la Vézère, et président du Syndicat départemental de l’hôtellerie de plein air (SDHPA).

Autrefois, la prise européenne bleue

Pour les pionniers de la mobilité électrique, venir en camping avec une Renault Clio ou une Peugeot 106 branchée signifiait le plus souvent de s’équiper au préalable d’un adaptateur avec une fiche mâle P17 pour exploiter le réseau électrique du site. Sur place ou à la réservation, il fallait souvent argumenter avant d’espérer faire le plein des batteries. Les chances de pouvoir effectuer l’opération étaient inversement proportionnelles au taux d’occupation de l’établissement.

L’aventure électrique chez les Kusters

Ca fait déjà plus de 2 ans que Jean-Luc Coupez connaît les Kusters, n’hésitant pas à leur dispenser un conseil avisé. Début 2014, c’est Christopher, le frère de Gé, qui ouvre la voie, en s’équipant d’une Tesla Model S pour exercer, également en Dordogne, son métier de chauffeur de taxi. Une Renault Zoé arrive au Paradis, d’abord pour répondre aux besoins familiaux. Bien vite, l’envie de partager a pris le dessus, et la citadine branchée a été louée une quarantaine de fois de début août à fin octobre. L’histoire pourrait s’arrêter là. Sauf que Gé Kusters est aussi président du SDHPA, et qu’il a initié, dés 2014, une réflexion avec l’ensemble des campings de son département au sujet de l’implantation sur ces sites d’une solution de recharge pour véhicules électriques et hybrides rechargeables.

Expertise

Associé dès le départ à cette histoire, Jean-Luc Coupez est devenu en quelques années un expert quasi incontournable pour équiper un camping d’une infrastructure de recharge pour voitures branchées. « Avec leurs tuyaux d’arrivée et d’écoulement d’eau, les câbles électriques, le wi-fi, etc., les terrains de camping abritent dans leurs sols de véritables spaghettis entremêlés », explique notre adhérent qui possède une culture globale assez unique, née de ses précédentes fonctions professionnelles, pour intervenir dans de tels établissements avec une démarche parfaitement adaptée.

Via le Net

« Après une recherche assez poussée sur le Net, Monsieur Jean-Luc Coupez de la Sté Blue2BGreen est apparu comme une des références en [électromobilité]. J’ai personnellement fait appel à lui pour l’implantation d’une borne de recharge accélérée (22 kW) dans notre entreprise, camping, Le Paradis à Saint-Léon-sur-Vézère », relate Gé Kusters. Il poursuit : « Cette expérience nous a permis de mettre en évidence ses compétences techniques, sa connaissance du métier du camping et de la gestion des énergies, ainsi que sa connaissance quasi exhaustive des fabricants de bornes de recharge ». Voilà pourquoi le Syndicat départemental de l’hôtellerie de plein air « a décidé de travailler avec lui en toute confiance pour nous aider à mettre en place cette nouvelle offre de services, mais aussi à appuyer le dossier auprès des médias », plaide Gé Kusters.

Offre d’étude packagée

Le SDHPA a mandaté Blue2BGreen pour lui fournir une offre d’étude packagée qui vise à la fois à optimiser au maximum les coûts des études individuelles sur chacun des sites, et à assurer la promotion de la démarche. Satisfait de la réponse de notre adhérent, le syndicat des campings de la Dordogne a transmis aux siens, « toujours partants pour des innovations éco-responsables », un dossier complet d’implantation des points pour faire le plein des batteries des véhicules électriques et hybrides rechargeables de leur clientèle. « Notre syndicat qui regroupe près de 200 campings de Dordogne, mène depuis plus de 20 ans une politique très active en faveur du développement durable. Nous sommes par exemple un des départements qui comptons le plus de campings éco-labellisés de France (Ecolabel Européen et Clef Verte). Nous aidons nos collègues dans les domaines de l’assainissement, les économies d’eau ou d’énergie et c’est ainsi que nous nous sommes aussi intéressés aux modes de déplacements alternatifs, dont l’électromobilité fait partie », commente Gé Kusters.

Mission

Jean-Luc Coupez présente la mission qui a été confiée à sa structure indépendante : Elle « consiste à préparer un dossier d’étude standardisé avec une méthode stratégique adaptée à l’hôtellerie de plein air, qui sera mise en place au printemps avant la haute saison, avec une méthode d’analyses des besoins : techniques, stratégiques et commerciaux, étude adaptée à chaque camping, avec la consultation de fournisseurs, la centralisation des commandes, le suivi des chantiers, la préparation des communiqués de presse et l’assistance commerciale pour faire connaître cette nouvelle offre de services de recharge et de mobilité des campings de Dordogne ».

ChargeMap

Clé de voute du volet communication, le référencement sur ChargeMap des bornes installées dans les campings de Dordogne. En indiquant à cette occasion les services offerts par les différents établissements qui vont constituer le premier réseau français de recharge en hôtellerie de plein air, les adhérents embarqués dans l’aventure bénéficieront d’une visibilité exceptionnelle du monde en pleine expansion des électromobiliens. Avec cette proposition de points de recharge et de solutions de mobilité dans les campings, il s’agit aussi de réaliser « une opération originale de communication à moindre coût », commente Gé Kusters. « En effet, les coûts d’investissement sont finalement assez faibles, et réduits de 50% grâce à une participation d’un partenaire financier leader sur le marché des campings en Dordogne et véritable banque du territoire : le Crédit Agricole Charente Périgord », illustre-t-il.

Inclure la mobilité électrique dans l’évolution des campings

« Tous nos campings ont évolué ces dernières années en offres de services : non seulement en hébergements où nous offrons toujours des emplacements pour caravanes et tentes, mais aussi de nombreux hébergements locatifs (mobil-homes, chalets, tentes lodge, roulottes cabanes…), mais de plus en plus en services annexes, restauration, bar, épicerie, espaces aquatiques, spas, espaces de services pour camping-cars, locations de vélos, scooters etc », témoigne Gé Kusters. Pour lui, la mobilité électrique fait partie de ce développement. Une mobilité électrique qui, de l’avis aussi de Jean-Luc Coupez, passe aussi par les deux-roues branchés.

En autopartage

En ce qui concerne les voitures électriques, Gé Kusters a bien étudié la question, notamment confronté à des difficultés au moment de faire assurer sa Renault Zoé pour la location à sa clientèle. Avec l’objectif global de diminuer les coûts, il préconise désormais d’exploiter les plateformes d’autopartage. La flotte électrique proposée par les campings de Dordogne sera plus visible et son utilisation plus optimisée. « Nos clients sont généralement des citadins qui sont de moins en moins motorisés. Ils voyagent en utilisant les transports en commun ou les lignes aériennes low-cost, à nous de leur fournir une solution de mobilité sur place », conclut Gé Kusters.

Pour les vacances d’été

Jean-Luc Coupez a négocié le matériel directement avec les fabricants qui fourniront en direct les campings intéressés. « Je ne pouvais être juge et partie du dossier en prenant encore une commission sur les bornes », justifie notre adhérent. Début mai, il reviendra en Dordogne pour des prestations complémentaires. Dès juin, les installations de recharge seront accessibles, et leur présence sera signalée par un panneau imaginé par Blue2BGreen. En attendant, Jean-Luc Coupez est sur la brèche, devant désormais répondre aux demandes d’autres établissements qui ont connu son action grâce au salon du camping de Sarlat, qui s’est tenu courant de la semaine dernière, les 17 et 18 mars 2016.

Publié par Laisser un commentaire

SPIE va déployer 882 bornes de recharge dans 5 départements


SPIE va déployer 882 bornes de recharge dans 5 départements

SPIE a annoncé lundi avoir signé, avec un groupement de 5 syndicats départementaux d’énergie, un contrat portant sur le déploiement de 882 bornes de recharge. En plus de la fourniture et de l’installation de ces bornes, SPIE Sud-Est sera également chargée de la supervision et de l’exploitation de ce réseau qui permettra aux conducteurs de véhicules électriques de traverser les départements de l’Ardèche, de la Drome, des Hautes-Alpes, de l’Isère et de la Haute-Savoie sans aucune rupture d’énergie.

5 départements concernés

Sous la houlette du SYANE pour la Haute-Savoie, qui coordonne le groupement, 5 syndicats départementaux d’énergie se sont réunis pour mutualiser leurs investissements et mettre en œuvre leurs schémas départementaux de déploiement d’infrastructures de charge. Outre le SYANE, il s’agit du SDE 07 pour l’Ardèche, du SDED pour la Drôme, du SEDI pour l’Isère et du SYME05 pour les Hautes-Alpes. Entre ces 5 départements, la répartition des bornes sera la suivante : 350 bornes en Isère, 250 bornes en Haute-Savoie dont 4 rapides, 132 en Ardèche, 115 dans la Drôme dont une rapide et 80 dans les Hautes-Alpes dont 11 rapides.

Orios Pegase pour superviser le réseau

Le contrat signé avec les 5 syndicats départementaux d’énergie prévoit également que SPIE Sud-Est assurera la supervision et l’exploitation commerciale du réseau. Une mission dont elle s’acquittera en mettant en œuvre son offre globale, dénommée Orios et développée en collaboration avec IBM. Pour la supervision du réseau, SPIE utilisera le portail Orios Pegase qui lui permet de surveiller et gérer les bornes, mais également d’intervenir à distance en cas de dysfonctionnement. Une plateforme qui facilite également l’administration du réseau en fournissant notamment bon nombre de statistiques sur la nature et la fréquence des usages.

Orios ID Charge pour faciliter la recharge

Avec son offre globale, SPIE cherche également à offrir un confort optimal aux usagers des bornes. Avec le portail dédié aux conducteurs, Orios IDCharge, ces derniers pourront très facilement, via leur smartphone, repérer une borne disponible à proximité et la réserver à distance. Une fois arrivé auprès de la borne et après avoir été identifié en présentant sa carte, l’usager n’aura plus qu’à brancher son câble pour que la recharge démarre. Une fois celle-ci terminée, il sera averti par un message sur son smartphone et pourra venir tranquillement récupérer son câble et sa voiture. Orios ID Charge propose également plusieurs solutions simples de paiement, par carte bancaire sans contact, par smartphone ou par carte d’abonnement avec la possibilité de s’abonner via un portail web spécifique.

Un réseau de recharge en pleine expansion

Pour Olivier Moinet, chef de service réseau au sein de SPIE : « ce contrat constitue une étape majeure de l’engagement du groupe SPIE dans la mobilité électrique visant à apporter des services aux clients de nos clients, c’est-à-dire aux usagers de véhicules électriques ». Avec 882 bornes à déployer, SPIE aura en charge l’un des plus grands réseaux interdépartementaux de bornes de recharge. Après le succès enregistré dernièrement dans le Morbihan ou SPIE a été retenu pour déployer un réseau de 250 bornes, ce nouveau contrat signé avec les 5 syndicats départementaux d’énergie valide le changement de cap dans sa stratégie opéré l’an dernier par SPIE afin d’offrir une offre globale à ses clients et plus de services aux usagers. Une stratégie qui porte ses fruits et qui permet à SPIE d’étendre progressivement la toile de son réseau de bornes sur tout l’hexagone.

Publié par Laisser un commentaire

ABB rappelle son offre de station de recharge multistandard Terra 53


ABB rappelle son offre de station de recharge multistandard Terra 53

Dotée de la certification CE depuis 2013, la station de recharge multistandard ABB Terra 53 répond déjà aux exigences de l’article 5 du décret qui se prépare afin de « définir les règles de configuration, d’installation et d’exploitation des infrastructures de recharge pour véhicules électriques ainsi que les dispositions relatives à l’accès à ces infrastructures ». Le matériel peut disposer des « trois câbles attachés munis respectivement d’un connecteur de type 2 […] en courant alternatif, d’un connecteur Combo2 et d’un connecteur CHAdeMO […] en courant continu ». Notre adhérent ABB souhaitait le rappeler à tous les professionnels qui pourraient chercher à s’équiper d’une telle infrastructure, depuis les concessionnaires automobiles, jusqu’aux exploitants d’aires d’autoroutes, en passant par les entreprises de transport, les fournisseurs de service en mobilité électrique, les collectivités, et les gestionnaires de flottes de véhicules.

Universalité de la charge rapide

Parmi la liste très diversifiée des adhérents à l’Avem, ABB fait partie des entreprises mondialement reconnues qui proposent une gamme complète de produits et solutions pour prendre en marche le train de la mobilité électrique. Ainsi son offre d’infrastructures de recharge pour véhicules électriques et hybrides rechargeables, à implanter aussi bien dans l’espace public que sur sites privés. En plus des divers bornes qui délivrent du courant alternatif (CA) et/ou du courant continu (CC) pour faire le plein des batteries de façon rapide ou accélérée, le catalogue ABB compte un panel « de services connectables, adaptables à des outils de gestion et de management standard ou spécifiques (back-office client), des solutions de management d’énergie, ainsi que des solutions d’interconnexion en temps réel pour le paiement, les POI et les futurs services à venir ».

Terra 53

La station multistandard Terra 53 constitue le fer de lance de l’offre ABB en matière d’infrastructures de recharge rapide pour véhicules électriques et hybrides rechargeables. Pourquoi ? Parce qu’elle répond aux différents standards actuels et pérennes du secteur, reconnus en Europe : normes NF EN 62196-2 pour le connecteur de type 2, et NF EN 62196-3 pour les charges rapides CC Combo et CHAdeMO 1.0. Ce matériel accepte, pour le règlement sécurisé de l’opération du plein des batteries, les systèmes suivants : smartphone, terminal de paiement pour les stations-service des groupes pétroliers, et carte RFID. En outre, « la connectivité intelligente de la station de recharge CC multistandard Terra 53 assure un contrôle à distance, une maintenance préventive ainsi que des mises à jour fonctionnelles, offrant ainsi à chaque client, les outils nécessaires pour recueillir des statistiques et rapports d’utilisation », précise le communiqué de presse.

Caractéristiques

A destination des professionnels intéressés, ABB met en avant différentes caractéristiques pour décrire son offre Terra 53 : « station de recharge rapide ; 30 à 80 % [de capacité batterie] en 15 minutes ; connexion Internet et évolutivité ; téléassistance, télégestion et diagnostic à distance ; gestion intelligente et mises à niveau logicielles ; simplicité d’utilisation ; écran tactile antireflet 8 pouces ; affichage de l’avancement de la charge, système d’autorisation par RFID/code PIN/NFC, design élégant et boîtier en acier inoxydable, rapidité et facilité d’installation, très faible niveau sonore en fonctionnement (inférieur à 50 dB) ».

ABB prépare le terrain aux bus électriques

Avec Heliox et Siemens, qui proposent également des stations de recharge adaptées aux poids lourds, ABB travaille à assurer la compatibilité des systèmes, répondant ainsi à la demande des constructeurs européens de bus Irizar, Solaris, VDL et Volvo. Il s’agit d’établir une norme commune, reconnue eu Europe, et applicable à horizon 2019-2020. A l’heure où les villes multiplient les essais de transport de voyageurs en véhicules lourds électriques, il est impératif d’établir une équation qui sera profitable à tous : aux gestionnaires des transports collectifs qui auront un jour à revendre leurs engins à d’autres communes, aux constructeurs qui n’auront pas à chaque nouveau projet des collectivités à adapter une énième fois leurs bus à accumulateurs, aux fournisseurs des systèmes de recharge pour disposer d’une offre exploitable immédiatement et circonscrite en quelques modèles de matériel.

Publié par Laisser un commentaire

Cooltra débarque à Nice avec des scooters et motos électriques à louer


Cooltra débarque à Nice avec des scooters et motos électriques à louer

Après s’être développée en Espagne, puis dans plusieurs pays de par le monde, Cooltra vient de mettre un pied en France. L’entreprise espagnole s’est en effet implantée à Nice où elle propose de la location de motos et de scooters dont une bonne partie est électrique. Les clients pourront en effet louer des scooters électriques de la marque allemande Govecs, ainsi que des motos fabriquées par le constructeur américain Zero Motorcycles. Pour l’instant, il n’est pas question à Nice de service de location de scooters électriques en libre-service, mais Cooltra qui lance ce mois-ci à Barcelone un service de ce type, pourrait bien être tentée de le déployer ensuite à l’étranger, et en priorité dans les villes où elle est implantée.

Cooltra, le leader européen de la location de deux-roues

Créée il y a 10 ans à Barcelone, Cooltra a connu une croissance très rapide et est aujourd’hui installée dans cinq pays, en Europe du Sud et au Brésil, avec pour objectif de proposer un service de location de scooters orienté aussi bien vers les touristes que vers les résidents des cités, le plus souvent balnéaires, dans lesquelles elle s’est implantée. Avec plus de 5 000 deux-roues disponibles dans plus de 100 points de location, Cooltra est aujourd’hui le leader européen de la location de scooters et de motos. La diminution de l’empreinte écologique étant une de ses priorités, l’entreprise ibérique a cherché à développer la location de scooters électriques, notamment depuis 2012 où elle avait commandé 1 000 scooters électriques au constructeur allemand Govecs. Cooltra a même lancé un service de location de scooters électriques en « free-floating » à Madrid et puis maintenant à Barcelone.

L’implantation de Cooltra à Nice

S’il n’est pas encore question de location en libre-service à Nice, le Cooltra Shop implanté au 2 rue Halévy, à deux pas de la Promenade des Anglais, propose toute la gamme de locations offerte dans les autres sites du groupe, de la location à la journée, jusqu’à celle de longue durée en passant par des formules de location-vente. Pour mieux découvrir la Côte d’Azur au guidon de son scooter ou de sa moto, Cooltra propose même des visites guidées. Outre des scooters Peugeot Tweet 125 et 500cc et le scooter à 3 roues Peugeot Metropolis 400cc, vous pourrez donc louer un scooter électrique Govecs GO ! S3.4, mais aussi une moto électrique, la Zero DS 12.4. Des locations qui incluent un casque, un service d’assistance routière 24h/24, un kilométrage illimité et une assurance.

Des scooters Govecs GO ! 3.4 pour rouler en ville

Le Govecs GO ! 3.4 proposé à la location à Nice par Cooltra est un scooter électrique équivalent 100 cm3 thermique. Son moteur délivre une puissance de 7 kW procurant un couple impressionnant de 114 Nm. De quoi obtenir de belles accélérations même si la vitesse du S3.4 est limitée à 80 km/h pour ne pas trop tirer sur la batterie. Une batterie Lithium polymère de 72 V, d’une capacité de 3 kWh se rechargeant complètement en 4-5 heures. L’autonomie est estimée à 50-60 km ce qui sera suffisant pour rouler en ville, mais un peu juste pour de grandes ballades sur la Côte d’Azur. Par contre le S3.4 rassure par sa bonne tenue de route qui est due en grande partie à son architecture puisque, contrairement à la plupart des scooters électriques, son moteur n’est pas sur la roue mais dans le cadre, permettant une meilleure répartition des masses.

Des motos Zero DS pour découvrir l’arrière-pays

Cooltra propose également à la location la Zero DS, une moto 100% électrique très polyvalente qui peut s’aventurer sur n’importe quelle surface et surmonter tous les obstacles grâce au groupe motopropulseur à entraînement direct et à la suspension entièrement ajustable. Avec elle, pas de problème d’autonomie (celle-ci tourne autour des 150 km) pour aller s’aventurer dans l’arrière-pays niçois, d’autant plus que cette moto est conçue à la fois pour être agile en terrain boueux et rapide sur le bitume. Son moteur délivre une puissance de 40 kW qui permet d’atteindre une vitesse de pointe de près de 160 km/h avec de belles accélérations. Une location d’une Zero DS chez Cooltra peut d’ailleurs constituer une bonne occasion de découvrir la sensation de puissance et de liberté, mais aussi le plaisir de conduire procurés par une moto électrique.