Publié par Laisser un commentaire

DBT présente sa borne pour voie publique au Salon des maires


DBT présente sa borne pour voie publique au Salon des maires

Le Salon des maires et des collectivités locales ouvre ses portes aujourd’hui, mardi 31 mai, jusqu’au jeudi 2 juin 2016, à Paris – Porte de Versailles. C’est dans ce cadre, hall 2.1, allée D, stand 64, que DBT présente pour la première fois sa borne VDK conçue pour une installation sur la voie publique.

VDK est son nom

Le modèle VDK a été conçu pour satisfaire aux actuelles exigences en matière de bornes de recharge pour véhicules électriques et hybrides rechargeables à installer sur la voie publique en 7/22 kW. Elle propose 2 points de charge, à équiper en prises selon plus d’une vingtaine de configurations possibles à définir selon les besoins du maillage. Communicante, elle permet au superviseur et à l’exploitant du réseau de vérifier en temps réel son état et sa disponibilité, mais aussi d’accéder à diverses informations en rapport avec son utilisation quotidienne.

Résistante aux agressions

Le corps de la borne VDK est prévu pour résister aux diverses agressions auxquelles est habituellement soumis le matériel urbain, qu’il s’agisse d’actes de vandalisme ou des conditions météorologiques. Ainsi, les logements qui abritent de chaque côté jusqu’à 3 prises (domestique E/F, type 2S et type 3) dans chacun, sont protégés par des portes verrouillables. A l’arrière, un coffret complètement indépendant et étanche permet à l’exploitant « d’y intégrer des équipements supplémentaires du type borne hot-spot wifi, panneau publicitaire, écran LCD, etc. ».

Déjà 4 réseaux à servir

Rapidement évoquée dans la note d’opération concernant l’augmentation de capital de DBT par émission d’actions nouvelles sur le marché Alternext d’Euronext à Paris, la borne VDK a déjà été choisie pour la constitution de 4 réseaux de recharge pour véhicules électriques et hybrides rechargeables, dans le Nord-Pas-de-Calais, et sur les territoires de la communauté de communes de la Haute Vallée de Chevreuse, et des syndicats de l’énergie de l’Aisne (Useda) et de la Seine-Maritime (SDE76). Comme tous les exploitants qui passeront commande pour ce matériel, ceux en charge de ces 4 maillages pourront demander à personnaliser l’apparence des bornes VDK, au niveau de la couleur du coffrage et en faisant apposer des stickers d’identification.

Hall 2.1, allée D, stand 64

Hervé Borgoltz et son équipe accueillent au Salon des maires et des collectivités tous les représentants des entités concernées par le déploiement d’un réseau de recharge pour véhicules électriques et hybrides rechargeables. A côté de la borne VDK sont également exposés d’autres produits de la gamme, tels que les matériels GNS, EV Stream, Wallbox Plus et le chargeur universel tri-standard. Sur la stand, la filiale DBT Ingénierie est également représentée avec ses offres en bornes de distribution d’énergie, contrôle d’accès et transformateurs de courant.

Publié par Laisser un commentaire

« On n’est pas bien là ? »… dans un Mitsubishi Outlander PHEV


« On n’est pas bien là ? »… dans un Mitsubishi Outlander PHEV

Depuis quelques jours, une nouvelle campagne de promotion Mitsubishi enfle sur la Toile. Baptisée « On n’est pas bien là ? », elle se compose de 8 épisodes qui sont autant d’occasions de mettre en avant un modèle du constructeur. Les troisième et quatrième histoires, par exemple, sont dédiées au Mitsubishi Outlander PHEV.

Il était une fois 3 potes…

« ‘On n’est pas bien là ?’ est le titre et le leitmotiv de la nouvelle communication signée Mitsubishi Motors en France. Déclinée au travers d’un format vidéo original à mi-chemin entre la saga et le spot traditionnel, elle met en scène trois copains à la bonne humeur communicative dans leur Mitsubishi » : ainsi le constructeur présente-t-il sa nouvelle campagne Web dans son communiqué de presse.

Tendance

Les scénarios mettant en scène une bande de copains quarantenaires ou cinquantenaires, que ce soit au cinéma ou dans les spots publicitaires, sont actuellement perçus comme « tendance ». Et quand les personnages se retrouvent dans un espace intime, les délires et confidences s’enchaînent le plus souvent, pour faire passer un ou plusieurs messages. C’est le cas dans la série « On n’est pas bien là ? », où Arnaud, Bruno et Christian vont réussir à placer quelques mots sur leur voiture personnelle (Outlander, ASX et pick-up L200) en parlant politique, sport, technologie ou art contemporain, dans de petites comédies de moins de 2 minutes. « Le ton volontiers décalé, léger et parfois absurde, donne une nouvelle tonalité à la prise de parole de Mitsubishi Motors qui se rapproche ainsi de ses clients. En plaçant la comédie à l’intérieur des véhicules, la saga offre un huis-clos dans lequel on partage confidences et éclats de rires. Les véhicules Mitsubishi deviennent ainsi un refuge, un lieu de vie fédérateur où l’on se sent bien et où l’on peut discuter de tout », commente le constructeur aux 3 diamants.

Christian : branché en dépit de son pull à carreaux

Des 3 de la bande, c’est Christian qui nous intéresse le plus, car son véhicule n’est autre que l’Outlander PHEV dont il n’hésite pas à faire remarquer le silence d’évolution et l’autonomie estimée par le constructeur à 50 kilomètres environ pour un trajet 100% électrique. Sur les 8 épisodes, les troisième (Voir encadré « Vidéo associée à cette actualité » dans la colonne de droite) et quatrième, respectivement intitulés « La technologie » et « Le sport », servent de support à la présentation du SUV PHEV. A travers la bande de copains, Mitsubishi cherche à atteindre les conducteurs, mais aussi les conductrices qui devraient apprécier le mode confidence employé dans les scripts. « Visible sur les réseaux sociaux et relayée par un dispositif de bannières web géolocalisées, « On n’est pas bien là ? » est d’ores et déjà un succès puisqu’après seulement trois semaines, les deux premiers épisodes diffusés dépassent les 300.000 vues sur Youtube ! », chiffre le communiqué de presse du constructeur. Un site Web dédié a été ouvert pour l’occasion, qui permet de retrouver progressivement les vidéos, au fur et à mesure de leur arrivée sur la Toile.

Publié par Laisser un commentaire

ERDF change de nom et s’appelle désormais ENEDIS


ERDF change de nom et s’appelle désormais ENEDIS

C’est au premier jour du Salon des Maires et des Collectivités Locales qui se tient à Paris actuellement que les dirigeants d’Électricité Réseau Distribution de France ont dévoilé le nouveau nom d’ERDF : Enedis. Ils gardent cependant la signature choisie il y a un an : « l’électricité en réseau ». Philippe Monloubou, Président du Directoire s’est exprimé sur le sujet : « Ce changement de nom intervient à un moment décisif dans la vie de notre entreprise. Bien plus qu’une nouvelle page de notre histoire, ce nouveau nom est un réel engagement sur l’avenir. Depuis plusieurs années, nous préparons partout en France les réseaux du futur et imaginons les contours de la ville intelligente, au service des consommateurs et des territoires. Ce nouveau nom est le révélateur de notre transformation : celle d’un service public nouvelle génération de la distribution électrique qui innove, gagne en agilité, en réactivité et travaille avec tous les acteurs sur les territoires pour conduire la transition énergétique et numérique. »

Les engagements d’Enedis

Comme l’a indiqué Monsieur Monloubou, avec le nouveau nom, Enedis réaffirme son engagement en faveur de la transition énergétique sur les territoires, pour accompagner les nouveaux besoins des utilisateurs et faciliter le déploiement des énergies renouvelables ; il confirme également sa mission de service public de nouvelle génération, notamment à travers les smart grid ; et réaffirme son nouveau modèle connecté, plus innovant et collaboratif.

Partenaire du Tour de France

La nouvelle identité sera déployée sur 18 à 24 mois sur les différents sites, véhicules et vêtements de la filiale d’EDF. De plus, en tant que partenaire officiel du Tour de France, Enedis sera également très représenté en juillet tout au long de l’événement cycliste, avec notamment le logo apposé sur les dossards des coureurs.

Le logo

Pour la réalisation du logo, Enedis s’est basé sur les anciennes couleurs du logo d’ERDF : le bleu des équipes et des véhicules et le vert qui incarne la transition énergétique et le progrès.

Changement de nom obligatoire

ERDF est née en 2008 en tant que filiale à 100 % d’EDF lors de l’ouverture du marché de l’électricité à la concurrence. Avec cette ouverture du marché de l’électricité, la CRE (Commission de Régulation de l’Énergie) voulait qu’il soit aisé de distinguer le distributeur ERDF du fournisseur d’énergie EDF, afin qu’il n’y ait plus de confusion entre ERDF et EDF dans l’esprit des clients. Le changement du graphisme du logo réalisé en 2015 n’étant pas suffisant pour la CRE, ERDF devait changer de nom, d’où cette nouvelle appellation, Enedis.

Publié par Laisser un commentaire

Dernière journée du France Électrique Tour


Dernière journée du France Électrique Tour

Comme les jours précédents, nous sommes partis tôt de notre hôtel pour parcourir les derniers kilomètres avant l’arrivée à Cagnes-sur-Mer vendredi dernier.

Visite d’une usine exemplaire

Depuis Aix-en-Provence, nous avons rejoint Aubagne où une visite de l’usine Mota était prévue. L’entreprise possède une flotte de 14 Nissan Leaf mises à disposition pour les déplacements professionnels et privés (moyennant participation) des employés ayant le plus d’ancienneté dans l’entreprise. Et l’entreprise ne compte pas s’arrêter au nombre 14 ! C’est un beau pas pour l’électro-mobilité quand nous savons que l’entreprise Mota est spécialisée dans le refroidissement des moteurs thermiques !

À Toulon, nous avons récupéré Tiphaine Leurent qui est venue en train depuis Cagnes-sur-Mer, avant d’aller à la prochaine étape, l’Ikéa de Toulon où nous pouvions nous recharger via une borne DBT-CEV. La recharge étant inutile pour nous, nous avons repris la route direction Cavalaire-sur-Mer en passant par le bord de mer, en longeant le massif des Maures.

Inauguration d’une borne 22 kW à Cavalaire

Nous étions attendus sur la place à côté de l’office de tourisme de Cavalaire. Les voitures garées et en charge, Marc André Gaubiac d’ERDF Côte d’Azur, Romain Vincent, gérant de Plus de Bornes et Philippe Leonelli, le maire de Cavalaire-sur-Mer nous ont accueilli chaleureusement. D’ailleurs, juste avant notre arrivée, l’entreprise Plus de Bornes venait, avec la Mairie de Cavalaire, d’inaugurer une borne de recharge accélérée sur le parking de la rue Saint Pierre, à côté de la médiathèque. Les deux points de charge de 22 kW avec prise type 2 sont déverouillables via le badge Plus de Bornes (disponible sur le site plusdebornes.net). Pour le moment, la recharge est offerte par l’entreprise et le stationnement, par horodateur sur ce parking, est gratuit si le véhicule se charge.

Recharge sur une borne du Corri-Door avant l’arrivée

Après le déjeuner, nous sommes repartis en direction de Cagnes-sur-Mer, et avons fait étape sur l’autoroute à l’aire de l’Estérel, à proximité des Adrets-de-l’Estérel, afin de recharger les voitures sur une des bornes du « Corri-Door » de Sodetrel, avant de repartir et de franchir la ligne d’arrivée à Cagnes-sur-Mer.

Les gagnants du France Électrique Tour

Arrivées à Cagnes, les voitures se sont garées en épi sur la promenade de la plage, de quoi susciter les questions des curieux, et communiquer sur les avantages de la mobilité électrique. De plus, de nombreux élus et personnalités ont fait le déplacement pour cette arrivée du France Électrique Tour. Une fois tous les équipages arrivés, Jean-François Villeret l’organisateur, Jean-Christophe Bonnard, le responsable développement opérationnel activités nouvelles d’ERDF ainsi que Serge Bonnaud, l’adjoint au sport de la ville de Cagnes-sur-Mer ont pris la parole pour remercier les participants de cette deuxième édition du France Électrique Tour. 4 trophées d’éco-conduite ont ensuite été distribués par catégorie de véhicule : Radio Vinci Autoroutes dans la catégorie des Renault Zoé, le Leaf France Café dans la catégorie des utilitaires, KiWhi Pass dans la catégorie des véhicules électriques chargeant en CHAdeMO, et Solution VE dans la catégorie des Tesla. Nous les félicitions tous !

Le mot de la fin par Jean-François Villeret

« Ce France électrique Tour démontre qu’en déplaçant 20 véhicules électriques en même temps, les véhicules sont tout à fait capable d’effectuer au minimum 300 km par jour, à condition d’avoir les infrastructures de recharge adaptées, à fortiori, rapides » nous a-t-il indiqué.

Publié par Laisser un commentaire

Innovation Day : le groupe PSA précise sa stratégie dans l’électrique


Innovation Day : le groupe PSA précise sa stratégie dans l’électrique

Lorsque Carlos Tavares dévoila son plan stratégique « Push to Pass » le 5 avril dernier, le PDG du Groupe PSA indiqua clairement que les véhicules électriques et hybrides rechargeables allaient prendre une place de plus en plus importante lors des 5 prochaines années au sein des marques Peugeot, Citroën et DS. Pour autant, même s’il annonça le lancement de 11 nouveaux modèles électriques et hybrides rechargeables durant cette période, Carlos Tavares resta assez discret sur les caractéristiques de ces futures voitures. Mercredi 25 mai, à l’occasion de l’Innovation Day, le groupe PSA a précisé sa stratégie dans l’électrique, qui diffère de celle de certains de ses concurrents qui ont choisi de miser sur des modèles purement électriques comme Renault avec sa Zoé. PSA a opté pour la déclinaison de modèles thermiques, électriques et hybrides essence rechargeables à partir de deux plateformes modulaires et mondiales.

Deux plateformes complémentaires

Pour le développement de ses futurs véhicules hybrides et électriques, le Groupe PSA a donc choisi de développer deux plateformes multi-énergies complémentaires. Les chaînes de traction électrique de nouvelle génération seront conçues à partir de la plateforme CMP (« Common Modular Platform) réalisée avec son partenaire chinois Dongfeng Motors. Celle-ci sera dédiée aux citadines, aux berlines cœur de gamme et aux SUV compacts.
Réservées plutôt au haut de gamme, les chaines de traction hybrides rechargeable, associées à une motorisation essence, seront développées sur la plateforme mondiale EMP2 (« Efficient Modular Platform), lancée en 2013 avec les nouveaux Citroën C4 Picasso et Peugeot 308, puis en Chine en 2014. Pour Gilles Le Borgne, Directeur R&D du Groupe PSA : « les technologies hybrides et électriques, déployées sur ces deux plateformes flexibles multi-énergies, viendront compléter l’offre de motorisations thermiques de nouvelle génération actuellement en développement. Le Groupe PSA proposera ainsi à chacun de ses clients une gamme diversifiée de technologies pour répondre à tous les besoins de mobilité durable et responsable ».

Le tout électrique pour les citadines, les SUV et les berlines

En adaptant une base roulante électrique sur la plateforme CMP, le Groupe PSA souhaite pouvoir créer une plateforme mondiale pour proposer une nouvelle génération de véhicules électriques polyvalents à forte autonomie. Grâce à l’adoption d’un pack batterie utilisant la technologie Lithium-ion, d’une capacité de 50 kWh, l’autonomie pourra atteindre jusqu’à 450 km en cycle NEDC, d’autant plus que les véhicules seront dotés d’une pompe à chaleur de nouvelle génération permettant d’assurer la fonction chauffage avec une dépense énergétique fortement réduite par rapport à un système de chauffage conventionnel.
La recharge sera également simplifiée avec deux solutions offertes. La recharge ultra-rapide qui permettra de recharger 80% de la batterie en 30 minutes avec une capacité de recharge allant jusqu’à 12 km d’autonomie par minute de recharge. Grâce au chargeur embarqué de 7 kW, la recharge domestique rapide offrira jusqu’à 100 km d’autonomie en 1h30. La recharge complète de la batterie nécessitera 8 h avec une Wallbox. Enfin, l’implantation ingénieuse du pack batterie offrira une habitabilité supplémentaire par rapport à l’offre électrique actuelle, améliorant le confort des passagers et dotant le véhicule d’un vrai coffre pour simplifier tous les usages.

L’hybride rechargeable pour le haut de gamme

Si le groupe PSA mise sur le tout électrique pour les petits véhicules à vocation essentiellement urbaine, il juge pour l’instant que la solution hybride rechargeable est la plus pertinente pour les modèles haut de gamme. Des voitures conçues à partir de la plateforme EMP2 qui permettra de développer des versions 2 ou 4 roues motrices selon les besoins. Elles embarqueront deux moteurs électriques. Le premier, délivrant une puissance de 80 kW, sera implanté sur l’essieu arrière, tandis que l’autre, conjugué au moteur thermique qui pourra développer entre 150 et 200 ch, permettra à certains modèles d’afficher jusqu’à 300 ch de puissance, offrant souplesse et réactivité pour un plaisir de conduire optimal.
Placée sous la banquette arrière, la batterie Lithium-ion affichera une capacité de 12 à 13 kWh et une puissance de 80 à 90 kW selon les modèles de véhicules qui seront également dotés de la technologie de récupération de l’énergie à la décélération de la voiture. De quoi, selon PSA, offrir à ces véhicules hybrides rechargeables une autonomie de 60 km en mode tout-électrique et permettre une consommation en rupture en ville (40% de gain par rapport à un modèle thermique pur). Là encore, une architecture ingénieuse permet d’implanter la batterie compacte sous l’habitacle pour électrifier le train arrière sans sacrifier à l’habitabilité.

Les premiers modèles dès 2019

Si le mystère n’a pas été totalement levé sur l’identité des différents modèles qui seront lancés d’ici à 2021, certaines pistes commencent à se dessiner. Concernant les véhicules 100% électriques, 4 modèles verront le jour entre 2019 et 2021. Le premier d’entre eux devrait être la variante crossover de la DS3. Devraient ensuite suivre une Peugeot 208, puis une Citroën E-Elysée en principe réservée au marché chinois et enfin une déclinaison du crossover Peugeot 2008. Pour les véhicules hybrides rechargeables, 7 modèles seront lancés d’ici à 2021. Là encore, ce devrait être une voiture de la marque DS qui inaugurera la nouvelle chaîne de traction, suivi ensuite par une déclinaison du Peugeot 3008, le crossover haut de gamme de la marque au lion.
Pour Carlos Tavares, tous ces modèles, dont les tarifs seront compétitifs avec ceux de la concurrence, arriveront au bon moment : « pile poil lorsque le marché va décoller ». Des modèles qui correspondront à la fois à la sévèrisation des règlementations, notamment celles qui interdisent l’accès des centres-villes aux véhicules émettant des particules, mais aussi à de nouvelles attentes des clients. Avec ces modèles, le Groupe PSA entend bien atteindre son objectif de commercialiser en 2020 plus de 60% de véhicules émettant moins de 100 g de CO2/km, tout en devenant leader dans le développement de solutions de mobilité durable.

Publié par Laisser un commentaire

19 juin 2016 : Tour du pays de Gex en véhicules électriques


19 juin 2016 : Tour du pays de Gex en véhicules électriques

L’association Vega, qui rassemble les utilisateurs de voitures 100% électriques du pays de Gex (01) et de ses environs, organise son premier circuit de sensibilisation à l’usage des engins branchés, le dimanche 19 juin 2016. Les membres circuleront à bord de Renault Zoé, Nissan Leaf, Mia, Citroën C-Zéro et Tesla Model S, faisant des haltes de quelques dizaines de minutes pour rencontrer le public et lui présenter les subtilités de la mobilité électrique.

Parcours

La colonne s’installera dans les communes de Gex (parking Perdtemps, de 9 à 10h30), Saint-Genis-Pouilly (parking Espace Jean Monnet, de 10h45 à 11h00), Thoiry (parking du Stade, de 12 à 13h00), Ferney-Voltaire (parking de la mairie, de 15h30 à 16h30), Divonne (esplanade du lac, de 16h45 à 18h30). C’est dans cette dernière que sont aujourd’hui recensés le plus de VE circulant dans le pays de Gex et ses alentours.

Association militante

Interrogé par l’Avem, Stéphane Semeria, président de Vega, indique que son « association milite pour le développement des véhicules électriques sur son territoire, n’hésitant pas à interpeler les entreprises (concessionnaires, centres commerciaux), la presse, les collectivités et les élus ». Grâce à ce démarchage, une Citroën E-Méhari devrait être prêtée pour participer au rallye de sensibilisation programmé le 19 juin prochain, et, plus globalement, un maillage en bornes de recharge s’étofferait davantage encore que dans les simulations de départ imaginées par les responsables locaux concernés.

Si le convoi, engagé dans un parcours de 45 kilomètres environ, attend une quinzaine des voitures appartenant aux membres de l’association, Stéphane Semeria serait particulièrement heureux d’accueillir des participants extérieurs.

Renseignements complémentaires sur le site de l’association :
www.forumvega.fr

Publié par Laisser un commentaire

Eccity Motocycles remporte une médaille d’or au Lépine 2016


Eccity Motocycles remporte une médaille d’or au Lépine 2016

Depuis 1901, le concours Lépine réunit et récompense les inventeurs qui présentent des innovations potentiellement intéressantes pour une application future. Délivré dans le cadre de la foire de Paris, le « Prix du maire de Paris – Sceau des nautes grand argent et médaille d’or du concours Lépine » a été attribué à Eccity Motocycles pour son concept « Smart Scooter ».

Smart Scooter

Sur la page dédiée aux prix attribués cette année 2016 dans le cadre du concours Lépine, on peut lire que le concept récompensé chez Eccity Motocycles concerne l’innovation suivante : « Batterie à usage et autonomie optimisés en température, connectée à un smartphone ».

Pour bien comprendre de quoi il retourne, mieux vaut laisser Eccity Motocycles présenter son travail autour d’un scooter électrique connecté au smartphone de son utilisateur : « L’innovation réside dans la conception d’une boîte noire pour scooter électrique permettant d’enregistrer des informations capitales sur l’utilisation du scooter tout au long de sa vie. Ces informations sont analysées en temps réels permettant d’évaluer à tout moment la valeur et la santé de votre véhicule électrique. Nous avons donc développé une application smartphone qui permet de se connecter au scooter pour visualiser ces informations. Cette application communique également au conducteur l’état de charge de la batterie et la consommation instantanée délivrée, mais aussi des informations utiles telles que le temps restant de charge ou l’autonomie restante en fonction de votre consommation ».

Mesure de l’énergie consommée, du courant et de la puissance instantanés, nombre de cycles effectués, températures de fonctionnement… Toutes ces informations ne constituent pas le seul intérêt de la « boîte noire ». Véritable outil de contrôle à distance, elle peut autoriser le démarrage ou immobiliser l’engin, et informer le propriétaire que le cordon de recharge a été débranché. Il a alors la possibilité de déclencher une alarme au niveau du scooter. D’autres fonctionnalités pourront être développées qui seront par la suite intégrées par téléchargement. Comme chez Tesla, en quelque sorte !

L’Avem félicite Christophe Cornillon et son équipe pour le travail réalisé, reconnu, et récompensé.

Publié par Laisser un commentaire

e-Kick : La trottinette à assistance électrique de Peugeot et Micro


e-Kick : La trottinette à assistance électrique de Peugeot et Micro

Avec le lancement de son nouveau 3008, Peugeot a levé le voile, lundi dernier, 23 mai 2016, sur le e-Kick, une trottinette à assistance électrique conçue avec le spécialiste de la mobilité urbaine Micro. Ce n’est pas une coïncidence si les 2 engins ont été présentés en même temps, puisque le SUV peut embarquer une station d’accueil qui permettra de recharger le petit deux-roues lorsque la voiture sera en marche. Un duo imaginé pour des déplacements multimodaux.

Une gamme branchée qui se diversifie chez Peugeot…

Dans son communiqué de presse, Peugeot indique avoir « placé historiquement la mobilité au cœur de ses préoccupations : c’est la seule marque au monde à commercialiser des vélos et des scooters à deux ou trois roues en complément d’une large gamme de véhicules particuliers et utilitaires ». On pourrait même dire, en détaillant un peu plus, que le Lion est le seul constructeur automobile au monde à proposer une palette aussi étendue d’engins électriques, de la trottinette à l’utilitaire, en passant par les vélos à assistance électrique, le scooter e-Vivacity, et la citadine iOn. A noter, qu’aujourd’hui, le Vivacity électrique n’est plus proposé que pour des marchés professionnels. C’est en tout cas l’information que l’on obtient en contactant le numéro dédié à cet engin, qui figurait sur d’anciennes publicités Web, toujours accessibles via un moteur de recherche.

…mais aussi pour Micro

Le même communiqué présente Micro comme une « référence mondiale de la trottinette [qui] propose depuis 20 ans des solutions adaptées à la mobilité de la famille ». Sur son site, ce spécialiste des engins pour les déplacements urbains pointe effectivement l’année 1996 comme étant le début de son aventure, avec cette anecdote : « Wim Ouboter, banquier suisse, invente la trottinette moderne, afin de pouvoir se rendre dans le restaurant de saucisses qu’il adore et où il ne peut garer ni sa voiture, ni son vélo – dilemme résolu grâce à la première trottinette pliable ! Tous les mercredis, les enfants du quartier ébahis envahissent son garage pour essayer ses trottinettes et sa femme insiste pour qu’il en fasse un métier. Il relève le défi et fonde Micro Mobility Systems ». Dès le début du XXIe siècle, le succès est au rendez-vous pour la jeune entreprise dont les productions vont être massivement copiées. Micro Mobility France est créée en 2013. Sur le site dédié à cette branche, le concept de la trottinette est décliné à l’envi, depuis le trotteur pour le premier âge, jusqu’aux engins de freestyle, en passant par diverses adaptations, dont celles pour traîner les bagages. Soit plus de 300 entrées, avec les accessoires, depuis le catalogue en ligne.

Convergence

« Peugeot et Micro partagent une vision identique des enjeux de mobilité dans un contexte où l’accès aux centres villes est de plus en plus contraint », peut-on lire sur le communiqué de presse. Une convergence qui va pousser les 2 entreprises à s’associer pour concevoir la trottinette e-Kick, en s’appuyant à la fois sur leurs savoir-faire respectifs et sur leurs exigences partagées en faveur de la qualité de production.

Motion Control

« Trottinette à assistance électrique offrant une expérience à l’usage à la fois active, fluide et facile, e-Kick permet d’optimiser les déplacements en ville en fonction des circonstances et des envies », présente le communiqué de presse. L’e-Kick emprunte tout simplement l’architecture développée par Micro pour son modèle de trottinette électrique pour adulte Emicro One, proposé en ligne pour un prix de départ légèrement inférieur à 1.000 euros. Les 2 engins sont équipés du même dispositif d’assistance électrique « Motion Control », parfaitement intégré à la plateforme, et qui s’inhibe au-delà de 25 km/h. Une batterie lithium-ion alimente, en fonction des sollicitations de l’utilisateur, le moteur de 500 W placé dans la roue arrière. Comme l’Emicro One, le e-Kick dispose d’une autonomie d’environ 12 kilomètres, permise par la régénération de la batterie à la décélération.

Les + apportés par Peugeot

Peugeot Design Lab s’est chargé de dessiner un « bras-guidon » aussi esthétique que pratique. Repliable facilement sur la plateforme en quelques secondes, une poignée permet de tirer la trottinette alors qu’elle repose sur sa roue avant. Pas besoin de supporter au poignet les 8,5 kilos de l’engin ! En associant le nouveau 3008 à l’e-Kick, Peugeot vise les déplacements multimodaux. Le propriétaire du pack peut ainsi se rendre au parking d’une gare avec son SUV, déplier la trottinette pour arriver rapidement sur le quai, et, une fois à la station de destination, la reprendre pour rejoindre le bureau. Au retour, l’e-Kick reprend sa place dans le coffre de la voiture, installé sur la « dockstation » à partir de laquelle ses batteries se rechargeront. Au besoin, l’opération peut également s’effectuer, en une heure, sur une prise de courant classique. « e-Kick est un objet multimodal avec 3 utilisations possibles : roulage, transport ou rangement. Les deux poignées utilisées en mode roulage se replient pour former une unique poignée permettant de transporter la trottinette sur une roue et d’offrir un encombrement minimal lors des trajets en transports en commun », explique Cathal Loughnane, responsable du Peugeot Design Lab.

Publié par Laisser un commentaire

Le France Electrique tour passe, tandis que les voitures thermiques patientent aux stations


Le France Electrique tour passe, tandis que les voitures thermiques patientent aux stations

Pour cette quatrième journée du France Electrique Tour, nous avons commencé à avoir le rythme des recharges et des rencontres avec les syndicats d’énergie, les différents ERDF et villes qui nous reçoivent. Cela nous plaît bien. Nous avons commencé à sentir la chaleur du sud également ! Cela fait du bien !

Pas besoin d’attendre aux pompes pour nous !

Hier matin, nous sommes partis de Valence pour rejoindre Aix-en-Provence le soir. Mais avant d’y arriver, un beau programme nous attendait ! Sur le trajet, nous avons vu de plus en plus de voitures en train de patienter dans de longues files d’attente pour pouvoir remplir leur réservoir d’essence. Nous avons même vu une queue de 150m de voitures… Nous espérons que les derniers n’ont pas attendu pour rien ! D’ailleurs, dans les discours, nous sentons que ces problèmes de bloquage font réfléchir et que le sujet des véhicules électriques est d’actualité.

Le parcours

Pour la première étape, nous sommes passés par les petites routes au milieu des vignes pour arriver jusqu’à Avignon. Sur la route, nous avons fait une recharge sur les bornes du corridor de la CNR (Compagnie Nationale du Rhône) à Orange, avec, toujours un bon retour de la part de tous.

Arrivés à Avignon, nous avons rechargé la voiture dans le centre-ville sur une borne rapide DBT-CEV, qui est en libre service juste derrière l’hôtel de Ville avant d’être accueilli par ERDF, la mairie d’Avignon et deux Syndicats d’énergie (le SMEG30, Syndicat Mixte à cadre Départemental d’Electricité du Gard, et le SDE07, Le Syndicat des Energies de l’Ardèche) sur les quais du Rhône pour un cocktail.

Nous sommes ensuite repartis vers Aix-en-Provence, étape assez longue avec beaucoup de petites routes. Sur le trajet, nous avons rechargé à Arles sur une borne de la CNR, et avons fait étape à Châteauneuf-du-Pape pour profiter de la vue et des bons crus. Arrivés à Aix, nous avons rechargé à la concession Nissan la plus branchée de France, Nissan Couriant (le concessionnaire est depuis le début, enthousiasmé par la Leaf. D’ailleurs, la première Leaf vendue en France l’a été dans sa concession !). Nous avons ensuite été accueilli dans les bâtiments d’ERDF à Aix-en-Provence avec l’adjointe au Maire d’Aix-en-Provence, ERDF et le SMED13 (Syndicat Mixte d’Energie du Département des Bouches du Rhône).

Deux road-books très bien faits

Le premier correspond au trajet à parcourir. Pour chaque journée, nous avons une carte avec le parcours à réaliser, et à chaque étape, un focus pour se rendre sur les sites, avec le nombre de kilomètres depuis le début du trajet pour se repérer sur la carte. Pour éviter les erreurs, les organisateurs ont indiqué chaque changement de direction avec des lettres et le détail précis des directions à prendre sous la carte.

Le second road-book comprend les horaires, et les consignes de charge qui dépendent des véhicules (car pour ce France Electrique Tour, nous avons 5 type de voiture se chargeant à des moments et endroits différents : la Renault Zoé, la Nissan Leaf 24 kWh et la Nissan Leaf 30 kWh, le Nissan e-NV200, la Kia Soul EV et la Tesla model S). Par exemple, la Leaf 24kWh va se charger au même endroit que la Leaf 30 kWh, mais les recommandations du road-book indiquent qu’elle devra se charger pendant plus longtemps (6 minutes au lieu de 3 par exemple).

Publié par Laisser un commentaire

2e Salon du véhicule électrique et hybride à Val d’Isère (14-17 juillet 2016)


2e Salon du véhicule électrique et hybride à Val d’Isère (14-17 juillet 2016)

Ce n’est peut-être que le deuxième Salon du véhicule électrique programmé à Val d’Isère (73), mais quand on a eu la chance de pouvoir vivre le premier, on sait que la manifestation s’est placée d’entrée de jeu dans celles qui s’imposent comme incontournables dans la promotion et la rencontre de la mobilité branchée. L’accès à cet événement, pour lequel l’Avem est partenaire, est gratuit pour les visiteurs, mais il est conseillé de se préinscrire en ligne pour récupérer le badge à l’entrée, sans attente. Cette année, le salon ouvre plus officiellement ses portes aux modèles hybrides. En tout, ce sont 90 marques, soit le double du chiffre enregistré en 2015, qui exposeront leurs productions dans un espace de 15.000 m2.

Du 4×4 au VE

Pourquoi la station de Val d’Isère est-elle un lieu si judicieusement approprié à vivre un événement majeur pour la découverte de la mobilité branchée. ? Tout simplement parce qu’elle a une histoire toute particulière qui la hisse en symbole de la transition énergétique. Après 25 ans à présenter les nouveaux 4×4, le site, qui draine chaque été de nombreux vacanciers, venus de France comme de l’étranger, s’attache à indiquer une toute nouvelle direction à suivre, bien plus conforme aux exigences imposées par l’évolution climatique. En outre, la situation de Val d’Isère s’ouvre sur plusieurs pistes à exploiter par les engins sportifs et de mobilité douce.

Des VE pour se déplacer autrement

La mission confiée encore plus spécifiquement cette année au Salon du véhicule électrique et hybride de Val d’Isère est de jeter l’éclairage des projecteurs sur ces petits engins qui permettent d’envisager d’autres manières de se déplacer au quotidien. Ce sont en particulier les e-skates, trottinettes, monoroues, gyropodes qu’il sera possible d’essayer en se rendant sur les stands de leurs fabricants et/ou diffuseurs. Parmi eux, Globe 3t, Beeper Road, Eco-Riders, Evolve Skate, Gyromax, L-Trott, Neopode.

Une large place pour les VAE

Avec une croissance de plus de 30% en 2015, le vélo à assistance électrique continue de bénéficier d’une image qui séduit de plus en plus le public. Depuis une poignée d’années, ce sont désormais les sportifs à VTT qui se sont approprié la technologie. Une boucle de 1,5 kilomètre en forêt sera réservée à l’essai des modèles présentés par B2 e-Bike, Cannondale, Cycleurope, Flying Cat, Giant, Gitane, Hot Road Bikes, KTM, Lapierre, MCF, Moustache Bikes, Neomouv, Peugeot Cycles, Riese & Muller, Scott, Stealth Electric, Twinburst, Wattitud, etc.

Motos et voitures

Il est important de le savoir : tous les véhicules présentés, à part les engins historiques ou les concepts, sont disponibles à l’essai. C’est donc aussi le cas pour les modèles produits par BMW (i3, 330e, X5 xDrive 40e, etc.), Citroën (C-Zéro, E-Méhari), France Craft, Nissan (Leaf, e-NV200), Peugeot (iOn), Renault (Zoé, Twizy), Tesla (Model S), Toyota et Volkswagen (Golf et Passat GTE). Un espace plus particulièrement dédié aux professionnels proposera de découvrir les utilitaires branchés disponibles, à la commande, sur les catalogues de Nissan, Peugeot, Renault mais aussi Arctic Cat, BlueBus, Goupil, Ligier, Mega, Polaris et Rainbow System. A noter qu’une navette gratuite sera assurée entre la station et le salon avec les fameux bus développés par Bolloré. Du côté des motos et scooters, seront présents : BMW Motorrad, Electric Motion, Expemotion, KTM, Kuberg, LMX Bikes, Torrot, YCF et Zero Motorcycles.

Expertise

Parmi toutes ces entreprises qui fabriquent et/ou distribuent des véhicules électriques et hybrides, les visiteurs pourront rencontrer divers adhérents à l’Avem. On peut aussi retrouver ces derniers parmi les intervenants et experts conviés par les organisateurs du salon pour parler de la mobilité branchée. Ils se glissent dans cette nouvelle liste, non exhaustive : Cimes Energies, EM Project, ERDF, PlugGo, Sodetrel, Blue2BGreen, Le CFA de l’Erier, Clean Energy Planet, Cycletyres, The Sun Trip, et eBikeLabs.

Exposition sur l’histoire de la mobilité électrique

Sans doute certains se sentiront-ils frustrés de ne pas pouvoir faire quelques tours de roues dans les engins d’exception rassemblés pour évoquer la mobilité électrique, son passé et son avenir. C’est qu’ils ne sont pas à mettre entre toutes les mains et qu’ils sont uniques pour la plupart, depuis une reproduction de la Jamais Contente, de Camille Jenatzy, jusqu’à des concepts comme la Peugeot Fractal.

Michel Vaillant

Le Salon du véhicule électrique et hybride de Val d’Isère célébrera la sortie du Tome 5 des nouvelles aventures du célèbre coureur automobile Michel Vaillant, imaginé par Jean Graton. « Michel Vaillant : Renaissance » est le titre de l’exposition qui accompagnera l’événement. Elle met en avant le changement d’ère pour l’écurie Vaillant qui s’est approprié les problèmes climatiques actuels, en faisant une large place à la Formule E et à l’ePrix de Paris disputé en avril dernier.

Animations

Parmi les animations proposées à l’occasion de la seconde édition du salon de Val d’Isère : des projections de films (En quête d’un monde sans pétrole, Paris-Dakar no OIL ; The Sun Trip), des conférences, une initiation à la moto électrique pour les enfants, des shows de trial, la montée du col de l’Iseran à VAE, une course de e-VTT, des compétitions de reproductions radiocommandées, etc. De quoi intéresser toute la famille !