Publié par Laisser un commentaire

Achetez un bus électrique BYD et louez les batteries !


Achetez un bus électrique BYD et louez les batteries !

C’est ce que propose le constructeur chinois à ses clients américains à travers un programme inédit lancé conjointement avec un établissement financier : Generate Capital.

Alléger le coût d’acquisition

Si les premières formules de location de batteries pour les Renault Z.E. démarrent en dessous des 100 euros, à combien peuvent commencer celles pour des bus électriques ? BYD l’indique très clairement sur son support commercial : 4.900 dollars. Soit un peu plus de 4.400 euros à verser chaque mois par véhicule. L’offre s’adresse aux établissements publics et privés.

BYD se répand dans le monde

Afin de percer aux 4 coins du monde, BYD a fait le choix d’ouvrir des usines aussi en dehors de la Chine. Ainsi aux Etats-Unis, au Canada et en Europe. Imaginant un peu tout ce qui pourrait séduire ses prospects, le constructeur ne se contente pas d’étendre toujours davantage la palette de ses bus électriques qui compte, par exemple, des modèles articulés ou à 2 étages. Il recherche aussi les formules les plus souples d’acquisition.

Publié par Laisser un commentaire

EVBox ouvre son propre Lab Space à Amsterdam


EVBox ouvre son propre Lab Space à Amsterdam

Cet espace dédié permettra à EVBox d’effectuer toutes sortes de tests de charge en courants alternatif et continu sur toutes sortes de véhicules électriques, ainsi que de développer davantage ses technologies d’équilibrage de charge et de recharge bidirectionnelle (vehicle-to-grid).

Nouvelles technologies

EVBox reste précurseur en apportant de nouvelles technologies au secteur grâce à des investissements dans la recherche et le développement (R&D). Situé à Amsterdam-Zuidoost (Pays-Bas), ce nouveau Lab Space facilitera les processus de développement et de tests chez EVBox. Avec un espace dédié aux essais sur véhicules électriques, EVBox améliore son offre de solutions de recharge et conserve sa place de pionnier du secteur de la mobilité électrique. Avec un nombre croissant de véhicules électriques sur les routes, la demande en infrastructures de recharge augmente.

Précurseur du secteur de la mobilité électrique

« Le Lab Space d’EVBox a déjà fait ses preuves avec les tests de modes de recharge parmi les plus avancés et protocoles de communication sécurisés réalisés sur de nouvelles voitures qui seront mises sur le marché dans une phase ultérieure. Cet espace dédié permettra au centre de recherche et de développement d’EVBox de passer à la vitesse supérieure pour répondre aux besoins du marché », commente Arjan van Rooijen, directeur technique chez EVBox.

450 bornes rapides et ultrarapides par mois

Ce nouveau Lab Space s’ajoute à la liste des centres de R&D d’EVBox. En novembre dernier, EVBox a agrandi et rénové son site de Bordeaux dédié à la recharge rapide et ultrarapide afin de conserver sa place de leader dans un secteur innovant. Ce seront désormais 450 unités par mois de bornes de recharge EVBox Troniq ou Ultroniq qui sortiront de l’usine de Bordeaux en 2020.

Un Lab Space multifonctionnel

Ce Lab Space EVBox à Amsterdam accueillera les équipes de recherche & développement, d’experts produits et de validation produits. Il abritera également un espace pour les formations techniques d’EVBox sur la recharge en courants alternatif et continu pour ses partenaires et ses installateurs.

A propos d’EVBox

EVBox accélère la mobilité durable en fournissant des infrastructures de recharge intelligentes et évolutives et un logiciel de gestion de charge aux véhicules électriques du monde entier. Filiale d’Engie, EVBox a produit plus de 100.000 points de charge, actuellement en fonctionnement dans plus de 55 pays. Avec des solutions de recharge à domicile, en entreprise, commerciales et publiques, EVBox contribue à la construction d’un avenir où les transports du quotidien sont sans émissions.

Publié par Laisser un commentaire

La Citroën Ami One Concept récompensée


La Citroën Ami One Concept récompensée

Présentée il y a presque un an, le concept de véhicule électrique minimaliste du constructeur aux chevrons a reçu le « Grand Prix de la Mobilité en ville » décerné par un jury d’experts et de passionnés qui officiaient dans le cadre du Festival automobile international. Ouvert aux Invalides (Paris) jusqu’à ce dimanche 2 février 2020, cet événement présente également le 19_19 Concept qui, à l’inverse, offre une « vision de l’ultra-confort et de la mobilité extra urbaine ».

Cube

De forme cubique, le concept électrique, dont le nom s’inspire de la célèbre berline Ami 6 dessinée par Flaminio Bertoni avec une lunette arrière inversée, ne serait pas une énième voiture proposée à la vente dans les concessions si elle connaissait un avenir commercial. Avec un habitacle original pouvant accueillir 2 personnes, elle serait d’abord la carte de visite d’une mobilité partagée et branchée à travers un service d’autopartage comme Free2Moove. Citroën a aussi imaginé la proposer à travers diverses autres formules de location. Classé parmi les quadricycles légers, grâce à son poids réduit de 425 kilos et à sa vitesse maximale bridée à 45 km/h, l’engin pourrait-être conduit dès l’âge de 16 ans.

Le commentaire du DG

« La marque est très fière de recevoir le Grand Prix de la Mobilité en Ville, un thème qui constitue un véritable enjeu d’avenir pour Citroën. En 100 ans, la marque a toujours fait preuve d’innovation et de créativité pour démocratiser la liberté de mouvement, comme par exemple avec la 2 CV. Avec Ami One Concept, Citroën imagine une solution de mobilité urbaine accessible à tous : compacte, sécurisante, 100% électrique, abordable et digitale, une réelle rupture dans l’accès à la mobilité urbaine. Cette belle idée n’est pas un exercice gratuit et nous lui apporterons une suite très prochainement ! », a commenté Vincent Cobée, directeur général de Citroën, en recevant la récompense lors de l’inauguration du Festival automobile international, mercredi dernier 29 janvier 2020.

Publié par Laisser un commentaire

Forte progression de la vente de voitures électriques d’occasion


Forte progression de la vente de voitures électriques d’occasion

L’Avere-France vient de présenter le bilan 2019 des ventes de véhicules électriques d’occasion. Un marché en forte hausse puisqu’il enregistre une progression de 55% par rapport à l’année 2018. Il commence à attirer de plus en plus de Français car il permet la transition vers une plus grande démocratisation de la mobilité électrique. En offrant des véhicules abordables, il contribue à lever la barrière du prix, d’autant plus si l’acquéreur est éligible à la prime à la conversion.
Si ses perspectives de croissance dans les prochaines années sont très fortes, le marché du véhicule électrique d’occasion devra encore surmonter quelques obstacles, notamment en matière d’autonomie. Si pour l’heure, l’acquéreur doit bien veiller à ce que le véhicule électrique d’occasion choisi corresponde à ses besoins en mobilité, le marché va très vite et, comme le souligne la Déléguée Générale de l’Avere-France Cécile Goubet : « Les véhicules d’occasion permettront de plus en plus d’accéder à des niveaux d’autonomie permettant de l’envisager comme le véhicule principal du foyer. »

La Zoé en tête des ventes

Si l’on entre dans le détail du bilan 2019 du marché du véhicule électrique d’occasion, 19 652 ventes ont été enregistrées contre 12 681 en 2018, soit une progression de 55%. A noter que la seconde partie de l’année a été plus prolifique avec près de 11 000 voitures vendues au second semestre contre 8 851 au premier. C’est la Région Ile de France qui a enregistré le plus grand nombre de transactions (3 317), devant Auvergne-Rhône-Alpes (2 639), Occitanie (2 034), Nouvelle-Aquitaine (1 980) et Hauts-de-France (1 471).
Sans grande surprise, la Renault Zoé reste le modèle le plus vendu en 2019 avec 11 944 unités, soit une hausse de 64% par rapport à 2018. Derrière la citadine de la firme au losange qui représente un peu plus de 60% du marché, la Nissan Leaf pointe en seconde position loin derrière avec 1 293 unités (+21%), qui se répartissent en 635 de première génération et 658 de seconde génération. La BMW i3 occupe la 3ème marche du podium avec 1 183 unités au sein desquelles on distingue 381 modèles 100% électrique et 802 dotés d’un prolongateur d’autonomie. Suivent ensuite dans ce classement, la Peugeot iOn avec 864 unités (+14%) et la Tesla Model S avec 696 unités (+45%). Au total, ces 5 modèles leaders représentent 81% du marché.

Progression moins sensible pour les hybrides rechargeables

Dans son bilan, l’Avere-France publie également les chiffres concernant les véhicules hybrides rechargeables. Sur ce marché de l’occasion, la progression est moins nette que pour les voitures 100% électrique. Avec 10 310 transactions, l’augmentation par rapport à 2018 n’est en effet que de 37%. Au niveau régional, l’Ile de France arrive de nouveau en tête avec 2 360 transactions devant Auvergne-Rhône-Alpes (1 371), Provence-Alpes-Côte d’Azur (976), Occitanie (894) et Nouvelle-Aquitaine (854).
Concernant les modèles, c’est le Mitsubishi Outlander qui occupe la première position avec 1 392 ventes, soit une belle progression de 98% par rapport à 2018. Il ne représente toutefois que 14% du marché. La Volkswagen Golf avec 908 unités (+15%) et l’Audi A3 avec 713 unités (+7%) complètent le podium devant la BMW Série 2 Active Tourer avec 674 ventes (+67%) et le Porsche Cayenne avec 603 ventes (+42%).

Des indications sur les prix des transactions

Dans sa présentation, l’Avere-France donne aussi quelques indications sur les prix moyens des différentes transactions. Ainsi, au bout de 3 ans de possession, la Renault Zoé se vend en moyenne 12 500 euros avec environ 19 800 kilomètres au compteur. En comparaison, les Renault Clio se revendent 13 000 euros pour 22 500 km en moyenne. Le besoin d’accompagnement semble nécessaire lors de l’achat d’un véhicule électrique d’occasion puisqu’alors que pour la Clio, 40% des acquisitions se font entre particuliers, cette part chute à 10% pour la Zoé. Un pourcentage que l’on retrouve pour la plupart des voitures électriques.
Des comparatifs sont également établis pour d’autres modèles, toujours au bout de 3 ans de possession. Concernant la Nissan Leaf, le prix de vente moyen s’est élevé à 18 500€ avec 14 600 km au compteur contre 14 000€ et 24 700 km pour la Nissan Pulsar. Pour la Tesla Model S, les ventes se sont réalisées en moyenne à un prix de 64 000€ avec 90 000 km au compteur. Cette fois, la comparaison avec un modèle thermique équivalent a été établie avec la BMW Série 5 dont le prix de vente moyen a été de 44 000€ pour un kilométrage de 30 900 km. Enfin, la Peugeot iOn s’est vendue en moyenne à 11 000€ avec un kilométrage moyen de 5 800 km, à comparer au 10 200€ d’une Peugeot 108 avec 14 000 km au compteur.

Encore quelques obstacles à surmonter

Même s’il a affiché une belle croissance en 2019 et qu’il a devant lui de belles perspectives d’avenir, le marché du véhicule électrique d’occasion a encore quelques obstacles à surmonter pour devenir pleinement mature. Le prix encore trop élevé des voitures électriques reste un frein important pour bon nombre de Français ainsi que l’a montré le dernier baromètre énergie publié en septembre 2019 par l’Argus. Le marché de l’occasion, où les prix se révèlent souvent assez proches des modèles thermiques équivalents, voire même parfois en dessous, les rendent plus accessibles car, contrairement aux tarifs des modèles thermiques d’occasion déterminés par les réseaux de distribution, ce sont plutôt les acheteurs qui fixent un « prix d’accessibilité » pour l’électrique.
L’autre frein principal est celui de l’autonomie des véhicules. Si, avec les progrès enregistrés dans le domaine des batteries, l’autonomie n’est plus un problème majeur pour les nouveaux modèles électriques, ce n’est pas encore le cas sur le marché de l’occasion où l’on trouve principalement des modèles de premières générations qui n’intègrent pas encore ces progrès en matière d’autonomie. Il faudra donc attendre encore quelques années pour que les derniers modèles sortis soient disponibles en occasion et que ce marché connaisse une embellie durable.

Publié par Laisser un commentaire

Solaris va proposer un nouveau bus électrique de 15 mètres de long


Solaris va proposer un nouveau bus électrique de 15 mètres de long

La gamme de bus Urbino Electric du constructeur polonais se composait déjà d’un midibus de 8,9 mètres de long, d’un modèle standard 12 m et d’un articulé de 18 m. Le nouveau venu, dont le format de 15 mètres a déjà été exploité depuis 1999 avec des motorisations diesel et GNC sur 1.300 unités roulantes, reçoit 3 essieux, dont 2 à l’arrière.

Marché scandinave

Le Solaris Urbino 15 LE électrique inaugure une nouvelle génération de bus à plancher surbaissé et entrée basse, conçus plus particulièrement pour le marché scandinave et uniquement assemblé autour d’un groupe motopropulseur à batterie de traction. « Malgré le fait que nous construisons ce modèle principalement pour les marchés scandinaves, nous ne sommes évidemment pas limités à proposer ce bus uniquement dans ces pays. Il sera disponible pour tous les opérateurs qui recherchent un bus à trois essieux à entrée basse pour le transport urbain et interurbain », modère Petros Spinaris, PDG adjoint de Solaris Bus.

Au choix

Le nouvel engin doté de 55 places assises se déclinera en une version interurbaine de classe II (autocar avec places pour des passagers debout). Les opérateurs pourront choisir entre 2 ou 3 portes (disposition 2-2-0 ou 2-2-1). Au choix également la façon de recharger les packs : soit avec un classique connecteur pour recevoir le câble d’un chargeur rapide, soit via pantographe sur le toit. Le constructeur promet « une autonomie de déplacement en adéquation à la fois avec un usage en ville et pour des dessertes interurbaines ». Et ce, grâce à « des batteries Solaris High Energy + de dernière génération, offrant une densité énergétique extrêmement élevée ».

Plus d’infos en avril

Solaris compte communiquer en avril toutes les caractéristiques de son futur Urbino 15 LE électrique. Au cours des prochaines semaines, la société bouclera la phase de conception du nouveau véhicule et lancera la production de deux exemplaires de présérie. Le constructeur se réjouit d’annoncer que plusieurs opérateurs d’un pays scandinave ont déjà communiqué à l’entreprise leur souhait de tester les 2 premiers bus dans les conditions routières réelles qui sont les leurs.

Usage 24/7

Conçus pour fonctionner pendant une durée illimitée, soit 24 heures par jour sans interruption dans la semaine, les bus électriques de la gamme Urbino ont déjà reçu en 2017 la distinction de « Bus de l’année ». Solaris explique cette fiabilité et cette endurance par le choix de « solutions techniques innovantes ».

Publié par Laisser un commentaire

B.E. Green conserve la traverse Brancion-Commerce (Paris)


B.E. Green conserve la traverse Brancion-Commerce (Paris)

Attribuée depuis sa création en 2013 à Cars Dominique / B.E. Green, la concession d’exploitation de la ligne de bus Brancion-Commerce circonscrite au 15e arrondissement de Paris arrive à échéance. Elle est renouvelée pour la tranche du 1er février 2020 au 31 décembre 2024 avec une répartition des rôles tripartite : les Cars Dominique pour l’exploitation, sa filiale spécialisée dans l’écomobilité B.E. Green pour la fourniture des minibus électriques 22 places, et l’opérateur Keolis pour la mise en place d’une nouvelle plateforme connectée d’informations à destination des voyageurs.

28 arrêts

Depuis sa création, cette ligne est parcourue par des bus 100% électriques. Elle revêt un symbole, puisque c’est la première du territoire à avoir été confiée à un autre opérateur que la RATP. Longue de 8 kilomètres, cette traverse a été initialement ponctuée de 28 arrêts entre l’Institut Pasteur au Nord et le parc Georges-Brassens au Sud. Ne débordant pas du 15e arrondissement de Paris, elle dessert aussi sa mairie, sa médiathèque et différentes écoles du territoire. Cette ligne de bus parisienne originale est active toute l’année du lundi au dimanche.

Des Zeus aux Karsan

Adhérent à l’Avem, B.E. Green a choisi au lancement de la ligne des minibus électriques Zeus compatibles avec le transport de personnes à mobilité réduite, éventuellement en fauteuil roulant. Un défibrillateur équipe également les 3 engins qui seront prochainement remplacés par des modèles Jest EV de même format et toujours électriques produits par Karsan en Turquie. Sous la plateforme qui supporte les voyageurs, ces minibus sont chacun propulsés par une motorisation empruntée à la BMW i3. Le moteur d’une puissance crête de 125 kW, pour un couple de 290 Nm au maximum, permet de gravir des côtes jusqu’à 25%. Pour l’alimenter, 2 packs de batterie pour une capacité énergétique totale de 88 kWh. De quoi doter les engins d’une autonomie d’environ 200 kilomètres.

Depuis avril

B.E. Green accueille dans sa flotte de bus électriques des Karsan Jest EV depuis avril 2019, dotés d’une empreinte au sol de 5,8 x 2,4 mètres. En presque 1 an, l’entreprise a largement eu le temps de valider le fonctionnement de ces minibus de 22 places qui ont ouvert la voie de la mobilité électrique au constructeur représenté en France par HCI (Hervouet Corporate Industry). La reconduction de la concession de la traverse Brancion-Commerce à Cars Dominique / B.E. Green démontre une nouvelle fois tout le sérieux de ces entreprises mère/filiale dans l’exploitation de lignes régulières desservies par des engins électriques de transport en commun de différentes tailles. Président des Cars Dominique, Patrick Mignucci se réjouit du « savoir-faire acquis par l’entreprise en matière de desserte fine des territoires ».

Publié par Laisser un commentaire

Flotte de vélos électriques pour entreprises


Flotte de vélos électriques pour entreprises

La mise à disposition de flotte de vélos électriques pour les entreprises est possible pour tous corps de métiers. Le but étant de limiter les déplacements professionnels en voiture et les remplacer par un autre mode de transport. Aujourd’hui, beaucoup de sociétés remboursent partiellement les abonnements de transports. D’autres mettent en place des indemnités kilométriques ou des voitures de fonction. Cependant, bon nombre d’entre elles essayent peu à peu de se tourner vers des alternatives à la voiture pour les déplacements quotidiens. Une flotte de vélos électriques représente un gros intérêt pour les entreprises dont une réduction de coûts non négligeable.

Intérêt pour une entreprise

Les avantages sont nombreux et divers d’avoir une flotte de vélos électriques au sein des entreprises.

Une flotte de vélos électriques au sein d’une société permet aussi d’avoir une meilleure ambiance de travail. En effet, d’un point de vue psychologique, des collaborateurs qui se déplacent à vélo électrique sont moins sujet au stress. Ils arrivent au travail plus détendus et cela contribue au bien-être de l’entreprise ainsi qu’à leur motivation de travail qui augmente de près de 52%

C’est aussi positif pour l’entreprise en termes d’efficacité et de rapidité. Les collaborateurs sont en mesure de se déplacer rapidement et sans avoir à prendre en compte les contraintes du trafic si il est perturbé. L’engagement sportif des employés qui viennent au travail à vélo électrique se ressent également dans la productivité qui peut augmenter jusqu’à 9% (selon une étude du Medef).

De plus, les retards sont beaucoup moins fréquents car très peu excusables par les transports ou le trafic. L’absentéisme diminue lui aussi grâce à l’usage du vélo électrique car il limite les risques de maladies et d’accidents. Aussi, une réduction d’impôts de 25% du montant total des frais de la flotte de vélos électriques est possible. Enfin, au niveau du coût du carburant, mais aussi de l’entretien en général, le vélo gagne haut la main.

Flotte Momentum Electric

Momentum Electric équipe déjà plusieurs entreprises de flottes de ses vélos électriques, notamment la marque de barbier/chapelier/lunettier La Shaperie. Ils ont aujourd’hui trois vélos électriques 2wenty. Ils les utilisent pour se déplacer d’une boutique à l’autre, ce qui rend beaucoup plus simple la gestion des plannings.

Nous proposons un service de flotte fiable, de qualité et facile d’entretien avec plusieurs avantages. Tous nos modèles, bien que différents en termes de design, sont équipés des mêmes batteries et donc des mêmes chargeurs. Notre 2wenty est d’ailleurs très apprécié des entreprises où il y a de petits espaces car très facile à plier et à ranger.

Les avantages

Non seulement nos vélos électriques présentent de nombreux avantages, mais en plus on s’occupe de toutes les démarches administratives pour vous. Une assurance Allianz de deux ans est incluse pour chaque vélo électrique de la flotte. De plus, les 10 subventions autorisées par société parisienne sont demandées et gérées par nos soins. Nous proposons également un contrat d’entretien avec des prix réduits aux entreprises et un suivi personnalisé. Le leasing est également une des solutions disponibles pour équiper les entreprises de flottes de vélos électriques. Tous les trois ans, les vélos électriques usagés sont remplacés par des vélos électriques neufs.

Il est également possible de personnaliser la flotte de vélos électriques destinée à votre entreprise. Vous pourrez par exemple disposer des stickers à l’effigie de l’entreprise, aménager un espace avec des bornes de recharges où tous les collaborateurs pourront recharger leur vélo électrique. Ces prestations se font sur devis.

N’hésitez pas à venir nous rencontrer et échanger autour de nos modèles dans notre boutique au 64 rue d’Alésia dans le 14e à Paris, ou bien à vous rendre sur notre site pour mieux connaître la marque Momentum Electric.

Publié par Laisser un commentaire

Les acteurs de l’autopartage se regroupent derrière l’association AAA


Les acteurs de l’autopartage se regroupent derrière l’association AAA

Ce sont 11 acteurs majeurs de la filière des services d’autopartage en France, dont l’adhérent à l’Avem Totem Mobi, qui ont décidé de se structurer derrière l’Association des acteurs de l’autopartage (AAA).

Plus de 150 communes

En plus de Totem Mobi, ce sont 10 autres entreprises qui composent, à sa création, la liste des membres de l’organisation : Clem’, Citiz, Communauto, Getaround, Mobility Tech Green, Modulauto, Mov’InBlue, ShareNow, Ubeeqo et Vulog. Collectivement, ces 11 acteurs sont présents dans plus de 150 communes à travers l’Hexagone, opérant la quasi totalité des services de mise à disposition en autopartage de véhicules à destination des particuliers et des salariés. AAA ambitionne de réunir tous les opérateurs, mais aussi les fournisseurs de technologies qui aident à développer l’autopartage en France.

Accessible à tous

L’objectif premier de l’association est de « rendre l’autopartage accessible à tous et de promouvoir les avantages économiques et écologiques de cette solution ». Le credo de AAA et de ses membres : « En plus de permettre une réduction des coûts liés à la détention d’un véhicule pour les particuliers, les entreprises et les collectivités, l’autopartage permet d’agir efficacement en faveur de la transition énergétique dans le domaine de la mobilité ». Ce type de location libre-service de voitures particulières ou d’utilitaires légers, associée à l’usage des transports en commun et de petits engins personnels (trottinettes, vélos, etc.) s’enchaînent pour des déplacements multimodaux qui favorisent l’abandon de la possession en propre d’un véhicule relativement imposant.

Interlocuteur de référence des pouvoirs publics

Présidée par Jean-Baptiste Schmider, cofondateur dirigeant de Citiz, AAA espère devenir l’interlocuteur de référence dans son domaine auprès des pouvoirs publics, aussi bien à l’échelle du pays qu’au niveau local. L’association entend prendre part aux orientations politiques relatives à l’autopartage et suivre la bonne mise en application des textes législatifs qui visent à développer son usage. Ainsi avec la loi d’orientation des mobilités (Lom).

Elections municipales

Un des premiers chantiers de l’organisme est d’inciter les candidats aux prochaines municipales à « se doter d’une politique ambitieuse en faveur de la mobilité partagée, et en particulier de l’autopartage sur 3 sujets principaux : réserver 1% des places de stationnement de leurs communes à l’autopartage, se doter d’un ‘label autopartage’, et mettre en œuvre une ‘prime à la mobilité durable’ ».

Sensibilisation des entreprises

L’association AAA compte bien également sensibiliser les dirigeants d’entreprises « aux bénéfices économiques, sociaux et environnementaux liés à la mise à disposition des collaborateurs d’une flotte de véhicules en autopartage pour des usages mutualisés professionnels et personnels : réduction du coût total de mobilité, amélioration de la sécurité des conducteurs, promotion de l’usage des véhicules électriques ».

Publié par Laisser un commentaire

Spécialiste de la recharge, ChargeGuru devient membre de l’Avem


Spécialiste de la recharge, ChargeGuru devient membre de l’Avem

Alors que l’accès à la recharge est très souvent pointé du doigt comme le facteur limitant le développement de la mobilité électrique, ChargeGuru propose des solutions clé en main adaptées aux besoins de chacun, que cela soit pour des particuliers ou des entreprises. L’installation d’une borne de recharge chez soi ou sur son lieu de travail n’a pas besoin d’être un parcours du combattant.

Accompagnement

De la définition du projet à la mise en service de la borne de recharge et des services associés, ChargeGuru accompagne les clients pour toutes les étapes du projet : suivi par un conseiller dédié au projet, visite technique gratuite, sélection de la bonne solution technique, obtention des aides existantes, et référencement en ligne pour les sites ouverts au public.

Eligibles aux subventions locales et nationales

L’accent est mis sur la qualité du service client et de la prestation technique pour une expérience client 5 étoiles. Toutes les offres ChargeGuru sont éligibles aux subventions locales et nationales. ChargeGuru intervient partout en France pour tous types de clients.

Apprécié des constructeurs

De grands constructeurs automobiles ainsi que des acteurs majeurs de la mobilité électrique font aujourd’hui confiance à ChargeGuru pour fournir la solution de recharge optimale à leurs clients. La Solution de Recharge Volvo a été conçue par Volvo Car France en partenariat avec ChargeGuru et Zeplug.

2 simulateurs

Pour aider les usagers à mieux comprendre la recharge, ChargeGuru a créé deux simulateurs :
Le calculateur du temps de recharge : Il aide à choisir sa borne de recharge en fonction du temps nécessaire à retrouver les kilomètres parcourus dans la journée
Le calculateur des économies en électrique : En comparant les dépenses de carburant en véhicule thermique par rapport à l’électricité nécessaire en électrique, il aide à passer le pas de la mobilité électrique.

Fiches pratiques

ChargeGuru publie régulièrement des fiches pratiques pour mieux comprendre les enjeux de la mobilité électrique.

Contribuer davantage

Devenir membre de l’Avem est un moyen pour ChargeGuru de contribuer davantage au développement du véhicule électrique et de participer à la transition énergétique.

Publié par Laisser un commentaire

Volkswagen accélère dans l’autopartage


Volkswagen accélère dans l’autopartage

Fort des résultats encourageants enregistrés à Berlin où elle compte déjà 50 000 clients, Volkswagen vient d’annoncer l’extension prochaine à plusieurs grandes villes européennes de son service d’autopartage WeShare. Pour le PDG de WeShare Philipp Reth, 2020 sera une année de croissance exceptionnelle pour cette filiale du groupe Volkswagen. Il est par ailleurs convaincu que l’autopartage en free-floating 100% électrique jouera un rôle de transition essentiel dans le secteur de la mobilité partagée et durable pendant toute la période qui précédera l’arrivée des systèmes de transport automatisés.
L’objectif de WeShare est de faire une percée auprès du grand public, en coopération avec les grandes métropoles. Pour accompagner son expansion, le service espère bien recevoir le soutien des villes concernées, notamment concernant les tarifs de stationnement des véhicules d’autopartage ou la désignation de nouveaux espaces dédiés à l’autopartage dans l’espace public, afin d’inciter les utilisateurs à adopter ce service rendu encore plus intéressant et pertinent.

De bons débuts à Berlin

A l’occasion de cette annonce, Volkswagen a communiqué un premier bilan des premiers mois d’exploitation de WeShare à Berlin. Lancé en juin 2019, le service d’autopartage compte aujourd’hui 50 000 clients inscrits dont près des trois quarts sont des utilisateurs actifs. Comprenant 1 500 e-Golf, la flotte WeShare qui a effectué au cours des six derniers mois plus de 3 millions de kilomètres, ce qui correspond à une moyenne de 4 à 5 trajets par jour et par véhicule. Des trajets effectués généralement pour seulement 0,19 € par minute + 1 € par location. La tarification encourage également les trajets plus longs, avec des forfaits établis de manière à ce que la location de 24 heures ne dépasse jamais 39 €.
Si Berlin était une ville idéale pour lancer WeShare puisque de nombreux habitants avait déjà fait l’expérience de l’autopartage, Volkswagen a tout de même dû surmonter un défi majeur : la recharge de ses e-Golf. Afin de compenser le manque d’infrastructures de charge dans la ville, WeShare a passé des accords avec le groupe Schwartz qui est en train d’installer à Berlin 140 bornes de recharge publiques dans ses 60 magasins Lidl et ses 10 hypermarchés Kaufland. WeShare peut ainsi utiliser ces bornes en exclusivité pour sa flotte d’autopartage lors de la fermeture des magasins, tandis que lors des heures d’ouverture de ces derniers, ces bornes sont à la disposition de leurs clients.

Une extension du service à 7 villes européennes

L’annonce de Volkswagen sur l’extension de son service d’autopartage concerne sept grandes villes situées en Allemagne et dans d’autres pays européens. Prague et Hambourg ouvriront le bal dès le printemps et seront ensuite suivies par Paris, Madrid, Budapest, Munich et Milan dans le courant de l’année 2020. Au total, WeShare proposera dans toutes ces villes une flotte d’environ 8 400 véhicules 100% électriques, disponibles selon le principe du free-floating, c’est-à-dire que les usagers n’auront pas besoin de se rendre dans une station pour mettre fin à la location mais ils pourront le faire simplement d’où ils se trouvent en se géolocalisant via l’application WeShare.
Si à Prague, le groupe Volkswagen compte utiliser la Citigo e IV, la petite citadine électrique de la marque tchèque Skoda, les flottes des autres villes seront composées dans un premier temps d’e-Golf et d’e-Up Volkswagen, avant l’arrivée en fin d’année des premières ID.3. Avec son service d’autopartage, Volkswagen vise en priorité les jeunes utilisateurs urbains qu’elle entend inciter à prendre le chemin de la mobilité électrique. Le groupe fait le pari qu’après y avoir pris goût, ces jeunes conducteurs seront plus enclins à opter pour l’un des futurs modèles de la famille ID, qui seront bientôt disponibles sur le marché.