Le recyclage des trottinettes électriques se met en place

Le recyclage des trottinettes électriques se met en place

La filière se développe en particulier grâce à un partenariat entre la Fédération des professionnels de la micro-mobilité (FPMM), Ecologic, éco-organisme agréé par l’Etat pour la collecte et le traitement des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE ou D3E), et le réseau Screlec qui est chargé de la récupération des piles et accumulateurs depuis 1999.

200.000 batteries à recycler en 2020

Dopé par les services de location partagée en free-floating, le marché des trottinettes électriques connaît actuellement une véritable explosion. Depuis 2016, les chiffres des ventes pour ces engins et assimilés s’approchent à grands pas des 2 millions d’unités. Une période qui correspond à la durée de vie théorique des batteries lithium-ion qui les équipent, pour environ 500 cycles de recharge/décharge. La FPMM estime que pour la présente année 2020, ce sont 200.000 batteries de trottinettes électriques à bout de souffle qui devront être traitées. Un volume à comparer avec les quelque 120.000 de ces e-EDP achetés en 2016.

Code de l’environnement

Trois articles (L541-2, L541-10 et R543-130) du code de l’environnement imposent d’organiser le recyclage aux professionnels qui mettent sur le marché des trottinettes électriques. Et ce en dissociant la batterie du reste de l’engin. Un des rôles de la FPMM est de faciliter la tâche aux producteurs, importateurs et distributeurs concernés. En plus de faire la promotion des nouvelles mobilités à travers différents supports, la fédération a travaillé sur : une mutualisation des chaînes logistiques afin d’optimiser les process et parvenir à des coûts de traitement supportables par les professionnels ; une plateforme de réflexion autour de la seconde vie des batteries ; des formations et ateliers sur les questions réglementaires qui entourent le recyclage des trottinettes électriques.

Guichet unique

Le partenariat établi entre la FPMM, Ecologic et Screlec se traduit par la mise en place d’un guichet unique à l’intention des producteurs, importateurs et distributeurs concernés par la diffusion en France des trottinettes électriques. Le tout apporte des garanties certaines aux institutions qui veillent à la bonne application du code de l’environnement, et permet d’informer avec précision le public de plus en plus soucieux du devenir des équipements qu’ils choisissent. Concrètement, Ecologic assure la collecte de ces e-EDP et leur recyclage, sauf pour les batteries que l’organisme transmet à Screlec. Ecologic se charge aussi des déclarations et enregistrements aux registres Syderep respectifs.

Share:

More Posts